Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Qui sont les Anonymous, ces vengeurs masqués du net ?

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 24 Mai 2011, 13:17pm

Catégories : #Social - Société

anonymous.jpgQui sont les Anonymous, ces vengeurs masqués du net ?


Ils prennent pour cibles des gouvernements, des banques, des services en ligne… avec un seul mot d’ordre : la liberté d’expression. Aujourd’hui, on les soupçonne d’avoir attaqué le réseau EDF depuis les serveurs du Parti Pirate allemand ou d’avoir piraté ceux de Sony.  Mais qui sont ces mystérieux vengeurs qui sévissent sur la Toile ?

Difficile de savoir qui se cache derrière les masques du héros de la BD "V pour Vendetta", puisque rester anonyme est la philosophie même du mouvement. Les Anonymous sont-ils par ailleurs des "cyberterroristes", des "cybermilitants", des "hackers", des "manifestants du futur" ?

Le flou demeure malgré les cyberattaques à répétition ces dernières années et plusieurs arrestations. Mais les Anonymous se définissent comme un collectif d’internautes de tous âges, de tous niveaux, souhaitant devenir un contre-pouvoir aux Etats.  Les seuls éléments "concrets" connus à ce jour sont les suivants : les rares personnes arrêtées au motif de cyberattaques sont généralement de sexe masculin et ont entre 15 et 25 ans.  Mais le FBI est loin de pouvoir dresser un portrait robot. Ce qui est sûr, c’est que n’importe qui peut aujourd’hui participer à ces opérations, à un moment donné, pour une action commune précise. La communauté se restructure en permanence. 

Le groupe a une organisation assez chaotique : il ne possède pas de fonds ni de matériel commun pour agir. Chacun vient avec ce qu’il a. Et d’ailleurs, qui décide ? Il n’y a pas de leader à ce mouvement, et pas de porte-parole. Toutefois, cela n’empêche pas la communauté d’être efficace à différents niveaux (technique, réactivité...).

Des cyberattaques qui ne se font pas au hasard

Les opérations (cyberattaques ciblées) menées par ces internautes ne se font pas au hasard ni par plaisir. Les Anonymous veulent lutter contre la censure, défendre la liberté d’expression, sur Internet en particulier. Ils veulent un réseau libre, ouvert et neutre. Pour les Anonymous, Internet doit être un espace dans lequel il ne doit y avoir aucune loi. Ils visent donc tous les acteurs qui bafouent ce principe. On peut alors parler d’"hacktivistes" (un terme pour réunir "hacker" et "activistes"). L’action menée pour soutenir le site WikiLeaks est le meilleur exemple : au mois de décembre, alors que plusieurs organismes comme Visa, PayPal ou MasterCard avaient décidé de couper l’approvisionnement du site de Julian Assange, les Anonymous avaient massivement riposté en lançant une série d’attaques qui ont paralysé les sites des entreprises incriminées pendant plusieurs heures.

04152004-photo-anonymous.jpgPour mener de telles opérations qui font trembler les plus grands sites web et même les Etats, les Anonymous utilisent sur leurs propres machines un outil clé en main appelé LOIC ("Low Orbit Ion Canon"), en référence à "La Guerre des Etoiles :  L’Empire contre-attaque". Gratuit, ce logiciel leur permet des attaques par déni de service (DDOS). Cela signifie qu’ils font en sorte que les ordinateurs envoient au même moment des milliers de requêtes erronées sur le site visé pour le rendre inaccessible. Incapable de les gérer, il sature.

Pour pouvoir lancer ces cyberattaques très efficaces, les Anonymous communiquent grâce à plusieurs canaux de discussion libres comme les forums ou sur les chats."N'importe qui peut proposer une opération sur une cible en la revendiquant des Anonymous. Après, l'opération aboutira seulement si la masse suit...", a raconté l'un des Anonymous au Nouvel Observateur. Un autre a précisé au journal, que "tous ne sont pas des hackers invétérés, plutôt des internautes mobilisés". La volonté politique semble au coeur du mouvement. Selon Gabriella Coleman, anthropologue et spécialiste du phénomène, interrogée par OWNI"les Anonymous sont passés du statut de troll à celui de militants". Elle estime qu’au plus fort de la bataille contre les organismes bancaires des milliers d’Anonymous ont été recensés.

Il est toutefois important de faire la différence entre ce réseau et les réseaux terroristes comme Al-Qaïda, car ces militants s’en prennent essentiellement à des serveurs informatiques (et non à des personnes) dans le but unique de faire triompher la liberté d’expression.

Défendre la liberté d’expression et faire taire la censure

Ces méthodes faciles ne sont pourtant pas sans risque, puisque cinq personnes, dont deux Français, ont été arrêtées en janvier dernier, la police ayant réussi à récupérer leur adresse IP. D’ailleurs, une députée UMP s’est attaquée, sans les nommer, aux Anonymous la semaine dernière en déposant, avec 58 de ses collègues,une proposition de loi pour durcir la lutte contre les attaques informatiques. Concrètement, cette proposition étend les amendes et les peines de prison en cas d'intrusion dans les services de communication au public en ligne, et plus seulement dans les "systèmes de traitement automatisé de données". Elle double ces peines en cas d’attaque contre les institutions publiques et introduit une peine complémentaire de coupure de l’accès à Internet "pendant une durée maximale de deux ans" pour les assaillants.

Le groupe d’hacktivistes, qui a fait parler de lui récemment en s’attaquant aux sites institutionnels du régime iranien, aux ennemis de Julian Assange, ou encore en accompagnant les soulèvements en Tunisie et en Egypte - ils ont fait crouler plusieurs sites gouvernementaux pour faire pression sur Hosni Moubarak-, n’est pourtant pas nouveau. Il était simplement resté silencieux pendant deux ans. En effet, en 2008 il menait un premier grand combat contre l’Eglise de Scientologie, qui avait fait retirer une vidéo gênante de YouTube montrant un Tom Cruise tenant des propos fortement teintés de fanatisme. C’est la première fois que les Anonymous apparaissaient sur le devant de l’e-scène. Ces précurseurs du mouvement étaient des internautes qui s’étaient rencontrés sur le forum 4chan.

Alors que Nicolas Sarkozy vient d'inaugurer le tout premier "e-G8" (ou G8 de l'Internet), la question de la sécurité de la Toile et celle de la liberté d'expression sont au coeur des débats. Si le chef de l’Etat prône l’amélioration de ces libertés, il réclame en revanche une régulation du web et la mise en place de davantage de contrôles. Un discours qui risque de déclencher les foudres des Anonymous.

 

v_for_vendetta.jpgMais qui sont-ils ? des poètes ? Voici leur Wikipedia

 

 

Anonymous (« Anonyme » en français) est une étiquette et un mème internet utilisé dans laculture internet. En tant que mème, Anonymous désigne les actions coordonnées de plusieurs communautés formées d'internautes agissant de manière anonyme, dans un but particulier. L'étiquette est considérée comme un mot fourre-tout désignant des membres de certaines sous-cultures d'Internet1[réf. insuffisante].

Les actions informatiques et physiques attribuées à Anonymous sont entreprises par des individus non-identifiés. Lors des manifestations physiques du collectif, les membres sont généralement masqués2. Ils défendent le droit à la liberté d'expression sur Internet et en dehors.

Bien que ce mème ne soit pas lié à une entité spécifique, plusieurs sites Internet y sont fortement associés, notamment les imageboards tels que 4chan et Futaba, leurs wikisrespectifs, Encyclopedia Dramatica, et certains forums3.

Origines

 

Le nom Anonymous est inspiré par l'anonymat d'utilisateurs postant des images et des commentaires sur Internet. L'utilisation du termeAnonymous, dans le sens d'identité partagée, a commencé sur les imageboards, où la mention « Anonymous » est attribuée aux visiteurs qui publient des commentaires sans identification.

Certains utilisateurs de ces imageboards ont considéré, par plaisanterie, qu’Anonymous était une personne réelle. Avec la popularité grandissante des imageboards, l'idée qu'Anonymous soit un collectif d'individus non-nommé est devenue un mème internet4,5. Par la suite le 25 Novembre 2006, plusieurs mentions de la communauté Anonymous sont faites dans le manifeste Rules of the Internet édité sur 4chan. La notoriété du nom a réellement débuté en 2008 avec le Projet Chanology.

Par la suite, le sens original d'Anonymous a été mécompris, notamment dans l'affaire Sony, où les grands médias ont pû en parler comme d'un groupe restreint de personnes bien identifiées et organisées, alors qu'il s'agit en fait d'un mème et que n'importe qui peut se revendiquer "Anonymous".

Philosophie du mouvement

« Nous sommes Anonymous. Nous sommes Légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n'oublions pas. Préparez-voustrad 1. »

— Devise d'Anonymous

Anonymous représente largement le concept de chacun et tous comme un collectif sans nom. Les définitions ont tendance à mettre en avant le fait que le terme ne peut être facilement cerné et au contraire est souvent défini par des aphorismes décrivant des qualités perçues.

« Anonymous est la première superconscience construite à l'aide de l'Internet. Anonymous est un groupe semblable à une volée d'oiseaux. Comment savez-vous que c'est un groupe ? Parce qu'ils voyagent dans la même direction. À tout moment, des oiseaux peuvent rejoindre ou quitter le groupe, ou aller dans une direction totalement contraire à ce derniertrad 2. »

— Chris Landers, Baltimore City Paper, 2 avril 20086

Formes d'actions et perception

images-copie-2.jpgLes Anonymous lancent également des attaques par déni de service (DDOS) contre des sites de sociétés ciblées comme ennemis des valeurs défendues par le mouvement. Ainsi, la communauté cible des attaques contre des sites de protection, d'ayant droits, ainsi que de certainesdictatures. Ils utilisent pour cela un logiciel nommé LOIC7 qui permet aux volontaires de prêter leur ordinateur pour procéder aux attaques8. Ainsi, en décembre 2010, des attaques ont été menées contre le site de Mastercard après que cette société eut décidé d'interrompre ses services destinés à WikiLeaks9. À la suite de ces attaques, des poursuites en justice ont été entreprises à l'endroit de plusieurs membres du mouvement démasqués par la police10.

À la fin de l'année 2010 et au début de l'année 2011, le groupe participe à des attaques contre des pays où la censure sur internet est forte11. Il crée ainsi les opérations Tunisie12Algérie13Vénézuela14, puis Égypte15Anonymous ciblerait également d'autres pays tels l'Arabie saoudite, la Libye, la Syrie, la Jordanie, le Yémen et le Maroc16.

Le 2 avril, le groupe a annoncé le début d'une opération baptisée « #opsony » contre Sony et le PlayStation Network, en représailles aux procédures judiciaires contre les hackers George Hotz (GeoHot) et Graf_Chokolo qui étaient parvenus à contourner les protections numériques de la PlayStation 317.

Principales actions

Raids sur Habbo

Une célèbre attaque a été organisée par le groupe Anonymous en 2006 sur Habbo, l'hôtel virtuel en ligne. Leur tout premier raid est connu sous le nom de "Great Habbo Raid of '06," et a, par la suite, été suivi du "Great Habbo Raid of '07"18. Le raid a été inspiré par des nouvelles en provenance d'un parc d'attraction en Alabama bannissant un enfant de deux ans affecté par le SIDA de la piscine du parc. Les utilisateurs se sont inscrits sur le site et se sont représentés sous l'avatar d'individus noirs, habillés en gris, avec une coupe de cheveux afros et bloquaient l'entrée de la piscine de l'hôtel déclarant qu'elle était "fermée à cause du SIDA" ("closed due to AIDS")18,19floodant le site internet. Lorsque ces utilisateurs sont bannis, ils clament au racisme19.

Projet Chanology

Message to Scientology.ogv
Lire la vidéo
magnify-clip.png
„Message to Scientology“ (Message à la scientologie), 21 janvier 2008.

Le Projet Chanology est le nom donné à une série d'attaques informatiques contre l'Église de scientologie perpétrées par la communautéAnonymous, réalisée en fin du mois de janvier 2008, et aux manifestations mensuelles pacifiques du même groupe qui ont eu lieu par la suite.

Le 14 janvier 2008, une vidéo de l'église mettant en scène Tom Cruise se répand sur internet et est exposée sur Youtube20,21,22,23. L'église de scientologie se plaint contre Youtube pour atteinte aux droits d'auteur et exige le retrait immédiat de la vidéo sur le site24. En réponse à ça, le groupe Anonymous forme le projet Chanology25,26,27,28. Qualifiant l'action de l'église de scientologie appelant à la censure sur internet, les membres du projet Chanology organisent une série d'attaques par déni de service contre les sites de la scientologie, des canulars téléphoniques etfaxs aux centres de scientologie29.

Le 21 janvier 2008, les individus clamant parler pour l'Anonymous annoncent leur buts et intentions par le biais d'une vidéo postée sur YouTube intitulée "Message to Scientology" ("Message à la Scientologie"), et par le biais d'un communiqué de presse déclarant la "guerre à la scientologie" autant contre les églises que les centres28,30. Dans le communiqué de presse, le groupe déclare que les attaques contre l'église de scientologie continueront dans l'objectif de protéger la liberté d'expression et d'en finir avec ce qu'ils appellent les exploitations financières des membres de l'église31. Une nouvelle vidéo intitulée "Call to Action" est exposé sur YouTube le 28 janvier 2008 appelant à des manifestations contre l'église de scientologie le 12 avril 200832. Le 2 février 2008, 150 individus se tiennent devant les portes de l'église de scientologie àOrlando (Floride, aux États-Unis) pour manifester contre l'organisation. Des manifestations mineures sont également organisées à Santa Barbara(en Californie) et à Manchester au Royaume-Uni. Le 10 février 2008, environ 7000 individus ont manifesté dans plus de 93 villes à travers le monde33. De nombreux manifestants portent un masque à l'effigie du personnage de V dans le film V pour Vendetta (qui a, en retour, été influencé par Guy Fawkes), ou masquent autrement leur visage pour se protéger des représailles de l'église34,35.

Anonymous organise une seconde vague de manifestations dès le 15 mars 2008 dans les villes de plusieurs pays incluant Boston, Dallas, Chicago, Los Angeles, Londres, Paris, Vancouver, Toronto, Berlin et Dublin. Il était estimé qu'environ 7000 à 8000 individus étaient présents, pratiquement autant qu'à la première36. La troisième vague de manifestations a eu lieu le 12 avril 200837.

Des membres du collectif ont également manifesté à de très nombreuses reprises sur les lieux physiques des succursales de cette secte à travers le monde. Certains d'entre eux ont été blessés lors de ces manifestations, d'autres menacés et certains sont actuellement en procès contre l'Église de scientologie.

Opération Payback et campagne Avenge Assange

175px-You_call_it_piracy.jpg
magnify-clip.png
L'une des premières propagandes de l'Opération Payback.

Operation Payback est un groupe qui coordonne des attaques contre les adversaires du piratage sur Internet. Il se positionne en tant que défenseur d'un « internet libre et ouvert à tous ». Cette opération s'est cristallisée à propos de l'affaire The Pirate Bay38.

La campagne Avenge Assange a été une réaction au refus de plusieurs banques de garder Wikileaks comme client. Elle a visé notamment les sites de PaypalVISA et MasterCard39.

Ces dernières opérations marquent le passage à une forme d'action plus délictueuse : l'attaque par déni de service (DDoS), avec son prolongement en Social Denial of Service (SDoS).

Opération Leakspin-Crowdleak

L’opération Leakspin, rebaptisée ultérieurement Crowdleak, est née de la volonté de faciliter la diffusion des 250 000 câbles diplomatiques américains, recueillis par Wikileaks et progressivement mis en ligne depuis le 28 novembre 2010, en partenariat avec des medias. Cette opération vise notamment à faire vivre un espace de débat et d’analyse de ces textes40,41.

Manifestations électorales iraniennes

En 2009, des doutes ont été émis à propos de la victoire de Mahmoud Ahmadinejad aux élections présidentielles ; des milliers d'Iraniens ont participé aux manifestations. Anonymous, ensemble avec The Pirate Bay et de nombreux pirates iraniens, a lancé un support nommée "Anonymous Iran". Le site a atteint 22 000 participants à travers le monde et a permis un échange d'information entre le monde et l'Iran malgré les tentatives de censure par le gouvernement iranien. Le site encourage les actions militantes des Iraniens42,43.

images--1--copie-1.jpgOpération Tunisie

Cette opération vise à soutenir les internautes tunisiens lors de la révolution tunisienne de 2011 pendant laquelle le gouvernement de Zine el-Abidine Ben Ali censure internet44.

Le 2 janvier 2011, huit sites gouvernementaux ou proches de la présidence tunisienne ont été mis hors service par saturation de leurs serveurs. Anonymous a fourni à ses membres et à tous ceux qui le souhaitaient un logiciel noyant ces sites de demandes d'accès, avec instruction de l'utiliser en même temps. Une semaine après, le site internet de la télévision nationale TV7 a été piraté pour qu'elle n'affiche que le message, en arabe « Les journalistes condamnent la répression de la police et exigent la libération de Slim Amamou ». Par ailleurs, Anonymous a aidé les internautes tunisiens à se protéger des agents de la censure sur internet du gouvernement en fournissant des astuces pour garantir l'anonymat de messages, de partage de fichiers ou leur protection. Certains tunisiens n'ont pas hésité, en Tunisie même, à s'afficher avec le masque symbole d'Anonymous.

Au début de leur action, au printemps 2010, les membres tunisiens d'Anonymous étaient environ une cinquantaine. Ils seraient à présent plus de 4000 à agir au travers de ce groupe45.

Selon un des opposants arrêtés par la police tunisienne Slim Amamou, l'action de la communauté a été « déterminante » dans l'extension de la révolte en Tunisie. C'est également l'avis de Lucie Morillon, membre de Reporters Sans Frontières16.

Opération Égypte

Les pages internet du ministère de l'Égypte et du parti démocratique du président Hosni Mubarak ont été mises hors-ligne par Anonymous dans le but d'encourager la Révolution égyptienne de 201146.

Opération Sony

Cette opération a été lancée contre Sony au début du mois d'avril 2011. Celle-ci a été lancée en raison de la déclaration de Sony suite au "Hack" de GeoHot "Sony s'engage à éliminer tout les hackers de la Playstation 3." Ils veulent d'une part défendre GéoHot, d'autre part montrer à Sony qu'ils ont tort. Le but est de faire du boycott dans les magasins Sony.

En avril 2011, le groupe a lancé une attaque contre Sony et le PlayStation Network. Anonymous explique : « Nous avons lancé cette attaque contre Sony pour envoyer un message aux joueurs à travers le monde qui ont des droits, et ne sont pas uniquement une source de revenus. Votre désagrément temporaire devrait avoir un retentissement durable pour Sony et d'autres sociétés qui s'obstinent à dégrader leurs services aux clients pour en tirer toujours plus de profits. Même si vous ne pourrez pas jouer pendant quelques jours, cet évènement devrait vous permettre de jouer des centaines d'heures plus sereinement dans l'avenir. Les Anonymous sont aussi des joueurs. Nous soutenons les droits des gens à travers le monde, et nous continuerons de nous dresser pour avoir un usage complet des appareils que nous achetons. »[réf. nécessaire].

Réactions internationales

  • À la suite du projet Chanologie, l'Église de scientologie a mené des actions coercitives contre des activistes se réclamant ou non des Anonymous.[réf. nécessaire]


Commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog