Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Réacteur n°4 de Fukushima: Nouveau danger !

Publié par wikistrike.com sur 2 Juin 2012, 17:21pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Nouveau danger découvert à l’unité 4 de Fukushima Daiichi 25.05.2012


Fukushima : des photos récentes montrent les dégâts sur le mur Est du BR4 - gen4 - Les quatre vérités et les mille mensonges du nucléaire | FUKUSHIMA INFORMATIONS | Scoop.it

Extrait du pgm “Hodo Station” de TV Asahi du 25 Mai 2012.
Devant les inquiétudes grandissantes suscitées par la piscine de combustibles usagés de l’unité 4 de Fukushima Daiichi, le bâtiment très endommagé, et l’impossibilité d’obtenir des données fiables et complètes de TEPCO, la chaîne a décidé de mener sa propre enquête auprès d’experts, ingénieurs et travailleurs de Fukushima, et de faire réaliser ses propres expériences sur les barres de combustible.
Il a ainsi été révélé qu’elles peuvent subir de graves dommages au delà de 700 °C ou si choc thermique, donc bien avant d’en arriver à leur fusion à 1800 °C.
S’il n’y a plus d’eau dans la piscine de stockage, le refroidissement par convexion naturelle dans l’air limiterait l’échauffement des barres à une plage entre 150 et 300 °C. Mais les radiations émises seraient mortelles sur tout le site. Sans refroidissement par l’air, la destruction des barres et la libération des matières radioactives signerait probablement le début de la fin.
 
 
 
 
Vidéo originale postée par Irwin Miller : http://youtu.be/jOEkyTPLWzA
Traduction Anglaise par Goldieluvmj : http://youtu.be/zuxFQewzPjk
Merci à eux.
Traduction et sous-titrage Fr par Kna60 ( travail remarquable sur Fukushima )
 
Source: Realinfos

Fukushima : pourquoi autant de mystères autour de la piscine n°. 4 ?

Nous avons vu un peu plus tôt que les "vérifications visuelles" effectuées par Tepco le 25 mai au niveau de la structure de la piscine n°. 4 semblaient avoir été assez sommaires mais revenons sur le projet de déchargement de combustible neuf que nous avions évoqué dans un billet précédent : Tepco entend donc décharger 2 modules de combustible au mois de juillet afin de vérifier que l'opération est envisageable avant d'installer "l'artillerie lourde", à savoir le "side-car" qui devrait être accolé vers la mi-2013 sur le bâtiment-réacteur n°. 4.



Après les fissures, la censure ?

L'opérateur va donc "bricoler" longuement au niveau du mur Est de l'unité n°. 4, ce qui ne nous rassure pas forcément surtout après que nous ayons constaté la présence d'au moins 2 cracks au niveau du mur Sud de la piscine. Pour en revenir au prochain essai de déchargement, un autre détail nous interpelle :

Tepco semblerait avoir sélectionné les assemblages qu'il souhaite désinstaller mais il (tout au moins le METI qui a rédigé le document) n'en communique pas l'emplacement précis et l'on peut raisonnablement se demander : pourquoi ?



Le document du METI caviarde étrangement l'emplacement du panier sélectionné


Par chance, la vidéo originale tournée par Tepco nous révèle qu'il s'agit du panier n°. 26 :)
Vérifiez : nous avons recompté les bulles ;)

Le mystère du panier n°. 26

Bon, le mystère est-il pour autant éclairci ? Pas vraiment car selon la page 188 du document NRC que nous commençons à bien connaître, le panier n°. 26 est théoriquement vide ! Nous avons superposé le relevé des débris SFP4 effectué par Hitachi / GE, qui indique la numérotation des paniers de combustible, avec le plan de puissance résiduelle fourni par la NRC indiquant les emplacements et les dégagements thermiques des assemblages et le résultat est sans appel :

Dans le schéma NRC ci-dessus (qui date de juin 2011), chaque panier plein comptant 30 assemblages, nous décomptons 40 paniers pleins soit 1200 assemblages et 7 paniers incomplets contenant 131 assemblages donc 1331 assemblages au total. Ce chiffre représente précisément la première estimation de combustible SFP4 publiée dans les estimations initiales des inventaires publiées peu après l'accident ; ce chiffre (plus de 1300 assemblages) est d'ailleurs toujours celui cité dans la page wiki française consacrée à l'accident.

Il semble qu'il ne s'agisse en fait que du combustible "irradié" placé en SFP4 auquel s'est ajouté un peu plus tard dans les inventaires la présence de 204 assemblages de combustible "neuf" ; ces 204 assemblages représentent environ 7 paniers qui pourraient effectivement avoir été installés dans les emplacements n°. 26 et n°. 31 à 35 qui étaient "libres".

Mais si la piscine contenait effectivement 1330 assemblages avant le déchargement, un cœur complet de Mark 1 comportant 548 assemblages, où diable les 548 - 204 = 344 assemblages restants ont-ils été déchargés, sachant que la capacité maximale de la SFP4 est de 53 * 30 = 1590 assemblages ?


Selon le cas, la piscine n°. 4 est donc "au moins" remplie à 96.5% et peut-être même à 118% !
Source GEN4.FR
Commenter cet article

Bob 02/06/2012


Faudrait prendre tout les responsables et les coller dans cette picsine, tous qu'une bande de sales déchets.

Marc L 03/06/2012


Bob : à quoi cela servirait ? À part de nous des assassins, non l'idée serait plus tôt qu'ils restent et voient ce qu'ils sont fait éternellement.


J'ai pensé comme vous, puis je me suis dit c'est bien trop rapide, et en plus ça n'y changerait rien leurs cadavres faudrait encore allez les chercher, ce qui est encore plus dangereux pour ceux
qui seront chargés du nettoyage.


Non, le Japon est perdu, mais aussi un quart du monde, tout l'hémisphère nord aura à subir les radiations. Et nous en France que faisons-nous pour palier à ce type de catastrophe ?

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog