Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Recherche sur l’embryon : le Sénat vote pour son autorisation

Publié par wikistrike.com sur 6 Décembre 2012, 14:34pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

Recherche sur l’embryon : le Sénat vote pour son autorisation


 

bioethique-le-senat-a-adopte-un-texte-autorisant-la-recherc.jpgDans la nuit de mardi à mercredi, le Sénat a adopté à une large majorité un texte autorisant la recherche sur l'embryon et les cellules souches.

La chose s'est faite en toute discrétion mais elle ne va pas manquer de relancer le débat sur la bioéthique. Dans la nuit de mardi à mercredi, le Sénat a en effet adopté une proposition de loi qui prévoit de passer du régime actuel d'interdiction de la recherche sur l'embryon avec dérogation, à une autorisation encadrée. Le texte a été largement adopté par 203 voix contre 74. Toute la gauche PS, CRC (communiste), RDSE, EELV a voté pour (excepté 5 élus qui se sont abstenus) tandis que la droite UMP et UDI-UC s'est montré plus partagé (respectivement 72 et 22 pour, sur 131 et 32 élus).

Le débat concernant cette proposition de loi du RDSE (à majorité radicaux de gauche) a commencé le 18 octobre puis a repris pour s'achever mardi soir avec l'adoption du texte. Ce dernier appuyé par le gouvernement, a été critiqué par Jean-François Copé, de l’UMP, qui a estimé que "ce projet de la gauche est un renversement complet de la logique actuelle du Code civil qui garantit le respect de la vie et de la dignité humaine". En effet, la recherche sur les cellules souches avait été interdite lors de la révision de la loi sur la bioéthique, en 2004, interdiction renouvelée en 2011. Pourtant c’était le Sénat qui était à l’époque à majorité de droite qui avait voté en faveur de la recherche en première lecture avant d'être battu.

Une "avancée majeure" pour la recherche

La droite comme la gauche semble donc aujourd'hui avoir changé d’avis sur la question. Cela promet de futures polémiques si le texte arrive jusqu'à l'Assemblée nationale où il peut être inscrit à l'ordre du jour par les députés PRG ou par le gouvernement. La ministre de la Recherche, Geneviève Fioraso, a quant à elle jugé que "ce texte permettrait d'asseoir notre recherche et de poser des principes clairs, il s'agit d'une avancée majeure, attendue par nos chercheurs". A l’heure actuelle, la recherche dans ce domaine est rendue pratiquement impossible par les interdictions et les dérogations qui l’entourent.

"La France n'est plus qu'au huitième rang européen et au quinzième rang mondial pour les publications" a déploré Geneviève Fioraso évoquant une "hypocrite interdiction". Le président du groupe RDSE porteur du texte, Jacques Mézard, a pour sa part indiqué que, selon lui, "permettre que certaines cellules soient utilisées par la recherche dans le but d'apporter une réponse à des malades est une bonne chose. Il y aura un encadrement strict et aucune marchandisation".

L’encadrement consiste à autoriser la recherche si le projet est "scientifiquement pertinent" et s’il a "une finalité médicale". De plus, il ne doit "pouvoir être conduit qu'avec des embryons humains" et doit également "respecter des garanties éthiques"

 

Source: Maxisiences

Commenter cet article

Archives

Articles récents