Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Retraites US: Scénario d'une catastrophe annoncée

Publié par wikistrike.com sur 29 Juillet 2013, 08:12am

Catégories : #Economie

Retraites US: Scénario d'une catastrophe annoncée

 

 

521036Philadelphie.jpg

 

                     

 

La faillite de la ville de Détroit place le système américain sous le feu des projecteurs en particulier  sur les paiements des retraites des fonctionnaires municipaux américains. 


A Détroit  comme  à Stockxton ..  les faillites ou mises sous chapter 9  risquent bien d'entrainer dans leurs chutes  toutes les retraites des fonctionnaires municipaux, les fonds étant mis à la disposition des autres créanciers pour satisfaire  la cupidité des banques privées actionnaires de la FED, au prétexte d'une remise en cause de la priorité des créanciers. 


Dans les deux articles ci-dessous, l'auteur évoque même une décote pouvant se monter à 70% du montant contractuel des retraites . 
 
Will your pension disappear, post-Detroit? 
Detroit not alone; public pensions vulnerable 
 
Pour rappel, la Banque Fédérale américaine n'est pas une banque publique mais bien une banque privée dont les actionnaires sont les principales banques américaines .  
 
 « La Fed est une banque privée » 
 La FED : un mythe de l'indépendance de la politique monétaire et de sa dépendance politique 
  

Nous nous trouvons donc devant un pays capable de sauver ses banquiers  (too big to fail) aux frais du contribuable, mais qui est incapable de tenir ses promesses vis à vis de ceux qui ont travaillé pour l'Etat.  Cet actionnariat privé entraine bien un conflit d'intérêt majeur entre l'intérêt général des américains et celui des banques actionnaires de la FED. 
 
Cette réalité totalement démente montre définitivement l'irresponsabilité de ceux qui ont laissé se faire ce transfert du pouvoir régalien de création monétaire aux banques privées. Avec la structure actuelle du fonctionnement monétaire américain, l'Etat ne peut pas se substituer  directement par création monétaire comme le ferait la Chine ou la Russie,  il en a l'interdiction absolue. Ce sont les banques qui décident et elles ont décidé de sacrifier les retraites à leurs  propres intérêts financiers, si ce n'est que les contrats passés avec ces fonctionnaires deviendraient alors caduques. Les cours de justice sont à l'oeuvre, mais il est totalement dément de penser que des fonctionnaires aient à passer devant les juges pour se faire verser ce qui leur a été contractuellement promis.  
  

Dans ce contexte inutile de vous dire qui gouverne vraiment ... et il est urgent de comprendre pourquoi il faut bloquer les réformes des retraites imposées par les Directives Européennes qui vont donner les fonds de retraites par capitalisation, dont  PREFON  à ces fonds de pension, en copiant le modèle américain.  
 

Nos retraites contre leurs paradis fiscaux 
 

Dans son dernier article , l'économiste Alexandre Aïvazov se livre à  une analyse sans concession du futur économique américain comme Européen. Son analyse présente de nombreux points communs avec celle d'un Jacques Sapir. J'en cite ici quelques extraits, mais je ne peux que recommander d'aller lire l'article dans son intégralité. 
  
 
Alexandre Aïvazov: "Le dollar s'effondrera en 2014"
 
 "De nombreux médias financés par l'oligarchie financière mettent l'accent sur des pays secondaires, comme la Grèce ou le Portugal, mais ce qui arrive aux Etats-Unis est bien pire. Il n'y a qu'une seule différence entre Washington et Athènes: le premier peut imprimer de l'argent, le second pas. Les Américains comme les Grecs vivent au-dessus de leurs moyens, créant moins de biens qu'ils n'en consomment, mais les premiers compensent la différence avec des "morceaux de papier vert" sans valeur, tout comme les colonisateurs de jadis achetaient de vraies ressources avec des morceaux de verre. Le monde entier accepte ces "morceaux de verre" pour fournir des biens véritables. Toute violation de l'équilibre mènera tôt ou tard à une crise, vouée à restaurer l'ordre violé."

"Le dollar pourrait résister s'il ne jouait pas le rôle de monnaie mondiale. Ce qui sape le dollar, c'est qu'il supporte le fardeau d'un gigantesque volume d'obligations du monde entier. Personne ne peut le sauver. Les USA vivront des temps très durs, similaires à la Grande dépression.
Mais les Américains ont prévu une issue de sortie. Le plus probable est qu'ils feront défaut sur leur dette, se renfermeront sur le NAFTA (qui intègrera la Grande-Bretagne), mettront en place une nouvelle devise, l'Amero, sur lequel un accord a été trouvé avec le Canada et le Mexique dès 2007, puis ils panseront leurs plaies.
Le potentiel économique des USA est très important: ils ont des ressources, ils n'auront pas trop de mal à reconstituer leur potentiel de production, ils ont du personnel qualifié, leur niveau d'innovation est le plus élevé au monde, ils sont leaders dans l'assimilation de la Structure technique du VIe cycle de Kondratiev.
Il est vrai, on assistera à l'effondrement des liens technologiques et productifs liés à l'Europe, l'Asie et l'Amérique latine, les marchés financiers américains dégringoleront, leurs obligations redeviendront de simples bouts de papiers, les retraites de millions d'Américains seront dépréciées, le niveau de consommation et de vie des Etats-Unis va chuter, et toutes les bases militaires américaines à l'étranger seront fermées. Mais les USA surmonteront ces temps difficiles et après 2020 ils commenceront à rapidement redynamiser leur économie. Toutefois, ils ne seront plus l'unique leader de l'économie mondiale. Ils ne seront qu'un leader régional parmi d'autres."


Cette analyse s'inscrit également dans la ligne des dernières déclarations Chinoises  qui semblent se débarrasser de leurs dollars et de leurs euros  à vitesse accélérée : 


La baisse des fonds exceptionnels pour les devises étrangères pourrait conduire à la baisse du taux des réserves obligatoires

Malgré la méthode Coué utilisée par les médias financiers pour expliquer que la reprise est là,  les défauts prévisibles de paiement des retraites des fonctionnaires américains , l'augmentation du chômage  partout en Europe, la baisse de la consommation, montrent que ce scénario décrit par Alexandre Aïvazov devient de plus en plus probable. 

  

Caro pour WikiStrike

Commenter cet article

Franck 29/07/2013 10:34


Detroit (Etats-Unis) : 84% de Blancs en 1950. 83% de Noirs en 2010


[Extrait
d'interview] Heidi Ewing et Rachel Grady ont réalisé un documentaire sur Détroit, sur le déclin de la ville et sur les bouleversements de population.



La ville de Detroit a connu un bouleversement
démographique durant les récentes décennies. On est passé d’une ville habitée à 84% par des Blancs en 1950 à une ville habitée par des Noirs à 83% en 2010.



Beaucoup de gens voient dans les émeutes des années 60 le tournant de la ville en termes de viabilité et de qualité de vie.



La plupart des habitants blancs ont commencé à abandonner
la ville et n’y sont jamais retournés. Et c’est ce qui s’est passé dans beaucoup d’autres villes. Les Blancs s’enfuyaient. De partout.



Dans beaucoup de villes, le même phénomène a eu lieu. Ce qui est arrivé à Détroit n’a rien de particulier. Mais ca s’est fait à plus grande échelle.


Washington Post

Archives

Articles récents