Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Canberra a partagé des renseignements sur Assange avec Washington pendant plus de deux ans

Publié par wikistrike.com sur 27 Octobre 2012, 20:49pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

Révélation : Canberra a partagé des renseignements sur Assange avec Washington pendant plus de deux ans

connards-copie-1.jpgWikiLeaks et Julian Assange ont été le sujet d'échanges de renseignements entre l'Australie et les USA depuis plus de deux ans, a révélé le Ministère (australien, ndt) des Affaires Etrangères et du Commerce Extérieur. 
L'éditeur de WikiLeaks a aussi fait l'objet de rapports de renseignements australiens depuis Washington peu de temps avant qu'il ne cherche l'asile politique à l'Ambassade londonienne de l'Equateur. 

Dans une décision hier tenant à la liberté de l'information, les Affaires Etrangères ont confirmé à Fairfax Media l'existence d'un rapport de renseignement concernant WikiLeaks et M. Assange, câblé à Canberra depuis l'Ambassade australienne à Washington, le 1er juin. 

M. Assange, qui était en échec dans son combat juridique pour éviter l'extradition du Royaume-Uni vers la Suède pour y répondre à un interrogatoire portant sur des accusations d'agression sexuelle, chercha l'asile politique à l'Ambassade équatorienne de Londres 18 jours plus tard. 

Le ministère a également confirmé que les échanges de renseignements entre l'Australie et les USA autour de WikiLeaks remontent à plus de deux ans, en révélant l'existence de deux rapports de renseignement envoyés depuis Washington vers Canberra les 4 et 25 août 2010, dans les suites immédiates de la publication par le site de lanceurs d'alerte de rapports militaires US secrets sur la guerre en Afghanistan. 

Les câbles diplomatiques secrets, à Washington, n'ont pas été publiés parce qu'ils sont des « documents d'agence de renseignements », et par conséquent exempts de divulgation sous les lois de liberté de l'information. 

Toutes les agences de renseignements australiennes sont représentées à l'Ambassade de Washington et sont en liaison étroite avec leurs homologues US. 

Un câble diplomatique australien récemment publiédémontre que l'Ambassade de Washington a bel et bien reçu des informations confidentielles concernant l'implication du FBI dans des enquêtes ciblant WikiLeaks aussi tôt que le 29 ou le 30 juillet 2010. 

Toutefois les détails de cet échange ont été édités par le Ministère des Affaires Etrangères pour la raison que la divulgation « d'évaluations ou de commentaires de la part d'officiels étrangers » nuirait aux relations internationales de l'Australie. 

D'autres câbles diplomatiques australiens publiés précédemment à Fairfax Media révèlent qu'en décembre 2010 l'Ambassade confirmait que le Ministère de la Justice US menait une « enquête active et vigoureuse pour voir si Julian Assange pouvait être accusé selon la loi US, très probablement l'Espionage Act de 1917. » 

Des officiels US ont dit à l'Ambassade que « l'affaire WikiLeaks est sans précédent, à la fois dans son étendue et dans sa nature. » 

Dans un autre document publié par les Affaires Etrangères (australiennes, ndt), l'ancien ministre des Affaires Etrangères Kevin Rudd écrivait le 15 novembre 2011, qu'il cherchait l'opinion de l'ancien ministre de la Justice Robert McClelland sur des rapports selon lesquels « la meilleure voie vers une accusation réussie serait de démontrer que M. Assange avait agi comme co-conjuré - sollicitant, encourageant ou assistant Bradley Manning (le soldat US qui a divulgué les « War Logs », ndt), pour obtenir et ensuite fournir les documents. » 

Le ministre des Affaires Etrangères (actuel, ndt) Bob Carr a systématiquement nié toute connaissance d'une quelconque intention de Washington de porter une accusation à l'encontre de M. Assange, affirmant en juin : « Je n'ai reçu aucun indice qu'ils aient le projet de l'extrader vers les USA... Je m'attendrais plutôt à ce que les USA ne veuillent pas y toucher. » 

La dernière divulgation d'information faite à Fairfax Media montre que des diplomates australiens ont continué à assister et commenter en détail les procédures d'avant-procès auxquelles est soumis Bradley Manning qui est confronté à 22 charges différentes en relation à la divulgation présumée à WikiLeaks d'informations confidentielles et, de par ces divulgations, d'avoir « aidé l'ennemi », une accusation pouvant déboucher sur une peine de réclusion à perpétuité. 

Le 20 juin, l'Ambassade de Washington a rapporté l'échec de l'équipe de défense de Manning à obtenir l'accès aux minutes du grand jury fédéral US présumé engagé dans l'enquête du ministère de la Justice pour espionnage et délits associés en relation avec l'obtention par WikiLeaks de documents classés confidentiels. 

Cependant des informations connexes « sensibles » du rapport de l'Ambassade ont été éditées, une fois de plus sous prétexte que leur divulgation publique nuirait aux relations de l'Australie avec les USA. 

Le président de l'Equateur Rafael Correa a accordé l'asile politique à M. Assange le 16 août, affirmant que si M. Assange était extradé en Suède il courrait le risque d'une extradition supplémentaire aux USA pour y répondre d'accusations d'espionnage ou de conspiration. 

Des discussions entre le ministre britannique des Affaires Etrangères William Haig et son homologue équatorien Ricardo Patino, à New York le 27 septembre, n'ont pas permis de briser l'impasse diplomatique et juridique autour du statut de M. Assange. 

Le gouvernement britannique dit qu'il est légalement tenu d'extrader Assange vers la Suède, et qu'il ne lui permettra pas de quitter l'Ambassade équatorienne pour voyager vers ce pays latino-américain. 

http://wikileaksactu.wordpress.com/2012/10/24/revelation-can...
Source: Theage.com
Commenter cet article

JASTREBIEC 28/10/2012 09:49


DECOUVERTE ?....Tous les pays anglosaxons: angleterre, australie, canada, n ew zealand....N'ont qu'une apparence de souveraineté , tous sont soumis au grand frère et ne sont que des protectorats
aux ordres de la CIA...et du NOM

Archives

Articles récents