Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Révélations sur l’incroyable mensonge de Tepco à Fukushima

Publié par wikistrike.com sur 19 Septembre 2013, 09:39am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Révélations sur l’incroyable mensonge de Tepco à Fukushima


Tepco, l’opérateur du site de Fukushima, avait volontairement négligé la gestion des eaux contaminées dès le mois de mai 2011, pour des raisons financières et boursières. Le gouvernement de l’époque aurait avalisé la situation.

00000000.jpg
Tepco, l’opérateur du site de Fukushima, a volontairement négligé la gestion des eaux contaminées du site dès le mois de mai 2011 - AFP

Deux députés du centre-gauche, membres de l’administration au pouvoir au Japon en 2011 lors de la destruction de la centrale de Fukushima-Daiichi viennent de révéler que Tepco, l’opérateur du site, avait volontairement négligé la gestion des eaux contaminées dès le mois de mai 2011 car il redoutait alors d’engager des dépenses qui auraient pu ternir son image sur les marchés financiers. Selon les anciens cadres de l’exécutif, l’électricien aurait compris deux mois après la catastrophe que d’énormes quantités d’eau souterraine venaient inonder les sous-sols des réacteurs et se chargeaient en radioactivité. Le groupe aurait alors envisagé la construction d’un gigantesque mur d’acier autour du site pour empêcher ces flux et freiner une accumulation d’eau radioactive. Mais, un mois plus tard, en juin 2011, l’opérateur aurait repoussé ce projet qui lui aurait coûté près d’un milliard de dollars. “Si nous incluons ce coût de construction à nos comptes, le marché considérera que nous sommes une société menacée par la faillite”, aurait alors expliqué un cadre de l’entreprise à Banri Kaieda, le ministre de l’industrie de l’époque et à Sumio Mabuchi, qui servait de conseiller spécial au premier ministre Naoto Kan. Tepco aurait alors promis d’entamer les travaux nécessaires un peu plus tard et aurait demandé, en échange, au gouvernement de rester vague, lors des conférences de presse sur la crise nucléaire, sur cet enjeu de l’eau contaminée et sur le projet de mur de protection. Considérant alors que la catastrophe relevait effectivement de la sphère privée et non de la responsabilité publique, les autorités avaient accepté ce “marché” pour ne pas nuire à la santé financière de l’électricien, qui devait par ailleurs dédommager les victimes ayant du évacuer leurs maisons situées près de la centrale. “Tepco n’a ensuite pas tenu sa promesse”, a regretté Sumio Mabuchi. Deux ans et demi plus tard, Tepco a été nationalisé pour éviter une faillite complète et le gouvernement a admis, du bout des lèvres, qu’il allait devoir s’impliquer dans la gestion du démantèlement, qui est perturbé par la dangereuse accumulation d’eau contaminée. Le Premier ministre Shinzo Abe doit se rendre cet après-midi dans la centrale détruite pour faire le point sur la situation. La stratégie du yen faible fait exploser le déficit commercial japonais

En orchestrant avec l’aide de la Banque centrale du Japon une spectaculaire baisse du yen, les autorités japonaises espéraient alimenter une hausse des exportations qui aurait soutenu leur stratégie de relance de l’activité dans le pays. Mais ce rebond des commandes étrangères reste fragile et le yen faible a déjà considérablement renchéri les importations de matières premières de l’archipel. Si le pays n’a pas augmenté, en volumes sur un an, ses achats d’énergie fossile à l’étranger, ses importations de cargaisons de gaz naturel, de pétrole ou de charbon qu’il utilise dans ses centrales thermiques, lui ont coûté 18% plus cher qu’il y a un an. Au total, au mois d’août, les importations nippones ont progressé en valeur de 16% par rapport à août 2012. Les progrès des exportations étant moins dynamiques, le déficit commercial du pays a bondi de 25%, en glissement annuel, à 960 milliards de yens (7,4 milliards d’euros).

Enquête anti-corruption : un fournisseur de Petrochina dans la tourmente

Le groupe chinois Wison Engineering, spécialisé dans l’ingénierie pétrochimique, a annoncé ce matin que les autorités chinoises avaient saisi  sa comptabilité, et temporairement gelé un certain nombre de ses comptes en banque. Une affaire qui illustre l’ampleur que prend progressivement l’enquête autour du géant pétrolier chinois, Petrochina, dont quatre cadres dirigeants, ainsi qu’un ancien président, font l’objet d’investigations depuis quelques semaines. Wison, le plus gros sous-traitant privé chinois dans cette industrie, est en effet connu pour dépendre très largement de Petrochina. Le groupe a annoncé, par ailleurs, être sans nouvelle de son président et fondateur, Hua Bangsong, qui avait dit coopérer avec les autorités chinoises. Les actions de Wison, qui s’étaient effondrées de 30% dès le début de l’enquête sur Petrochina, sont suspendues de cotation à Hong Kong depuis le début du mois.

Pollution : Pékin brandit la menace de la honte auprès des gouvernements locaux

Un vice-Premier ministre chinois, Zhang Gaoli, a annoncé hier soir que Pékin allait désormais publier, tous les mois, une liste des dix villes les plus polluées du pays – de même qu’une autre sur laquelle figureront les dix villes les plus propres. « Les gouvernements locaux doivent accepter leur responsabilité en matière de qualité de l’air », a justifié Zhang Gaoli. Cette annonce est symptomatique de la volonté, au plus haut de l’Etat chinois, de changer de stratégie pour s’attaquer au fléau de la pollution. Jusqu’à présent, la qualité de l’air faisait théoriquement partie des critères sur lesquels étaient jugés les cadres locaux du Parti Communiste, et elle était censée avoir une influence sur leur évolution de carrière. Mais comme l’a établi, il y a quelques mois, une étude de l’Université nationale de Singapour, ce n’était absolument pas le cas. Au contraire, il apparaît que ce sont encore les responsables locaux qui ont mis l’accent exclusivement sur la croissance économique qui ont connu, à ce stade, des progressions de carrières rapides. Devant l’inertie de ce système, Pékin a donc opté pour une méthode très atypique dans le paysage chinois : utiliser l’opinion publique pour contraindre les agglomérations à s’attaquer enfin au problème.

 

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0203014843050-cette-nuit-en-asie-revelations-sur-l-incroyable-mensonge-de-tepco-a-fukushima-606902.php?xtor=RSS-2210&utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Commenter cet article

anon 20/09/2013 18:00


allo!!! moderateurS!!! Y EN A UN QUI SE SENT PLUS PISSER AVEC SES LIEN VIDEOS SUR SORAL!!!! c'est bon ont a compris qu'il avait des problèmes se pauvre gars

Antoine 19/09/2013 12:26


Magnifique Vidéo de Rentrée de Alain Soral :


http://www.egaliteetreconciliation.fr/Alain-Soral-entretien-de-rentree-2013-20217.html

Antoine 19/09/2013 12:22


Magnifique Vidéo de Rentrée de Alain Soral :


http://www.egaliteetreconciliation.fr/Alain-Soral-entretien-de-rentree-2013-20217.html

Archives

Articles récents