Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Réviser trop longtemps nuit à la mémorisation

Publié par wikistrike.com sur 5 Juin 2013, 08:39am

Catégories : #Santé - psychologie

 

Réviser trop longtemps nuit à la mémorisation

 


 

livre_apprendre_apprentissage_bibliotheque_connaissance_sav.jpgTenter d'apprendre le contenu d'un cours ou d'un dossier au cours d'une période excédant un certain seuil horaire serait néfaste, révèle une étude. En effet, cela fragiliserait les informations mémorisées au cours des premières heures de travail. En cause, nos synapses, dont l'efficacité décroît au delà d'une certaine durée de stimulation.

Vous devez passer un examen dans quelques jours, et vous avez prévu passer les quelques jours qui vous restent à réviser du matin au soir afin d'être fin prêt pour l'épreuve ? Vous ne devriez pas. En effet, un tel programme risque bien d'être contre-productif. Et pour cause, puisque des neuropsychologues américains viennent de montrer que lorsque la durée d'une session d'apprentissage dépasse un certain seuil horaire, la bonne mémorisation des informations emmagasinées au cours des premières heures de ce travail a de grandes chances d'être compromise.

En cause, la synapse, cette "zone de contact" qui a pour mission de convertir le signal électrique transmis par le neurone sur lequel elle est située, en message chimique délivré à la synapse de l'autre neurone : lorsque la durée d'une session d'apprentissage dépasse un certain seuil,  la faculté des synapses à transmettre les informations entre les neurones se met à décroître.

Or, il se trouve que cette aptitude des synapses à augmenter leur faculté à diffuser certaines informations à la suite d'une phase d'apprentissage est précisément ce qui permet au cerveau de se remémorer ultérieurement ces informations.

Résultat ? Lorsque la durée d'une session d'apprentissage dépasse un certain seuil horaire, alors la mémorisation des infomations qui avaient été acquises au cours des premières heures de travail se voit menacée.

Ce résultat, obtenu par des neuropsychologues américains de l'Université Carnegie-Mellon (Pittsburgh, États-Unis), a été publié en mai 2013 dans la revue Journal of Neuroscience sous le titre "Initiation, Labile, and Stabilization Phases of Experience-Dependent Plasticity at Neocortical Synapses".

Pour mieux comprendre la teneur de ces travaux, il faut d'abord rappeler que notre aptitude à apprendre et à mémoriser des informations repose sur la faculté de chaque synapse à se renforcer sous l'effet de l'apprentissage, c'est-à-dire à augmenter la capacité des deux neurones à l'interface desquels la synapse est située à communiquer entre eux : lorsqu'une synapse est exposée de façon répétée à une stimulation, elle a tendance à se renforcer, en modifiant certaines de ses caractéristiques, par exemple en augmentant sa taille, sa sensibilité, ou encore via la formation de nouvelles synapses (pour plus d'informations à ce sujet, lire le document "Les mécanismes neuronaux de l'apprentissage", publié par l'Université du Québec à Montréal). Ce qui favorise alors la circulation des informations d'un neurone à l'autre.

Or, en analysant le comportement des synapses de la souris, Alison L. Barth et ses collègues ont découvert que le renforcement des synapses ne croissait pas de façon linéaire sous l'effet de l'apprentissage. Si, au cours d'une première phase, les synapses se renforcent effectivement lorsqu'ils sont exposés de façon répétée à une stimulation nerveuse, cette période s'achève toutefois au bout de 12 heures environ.

Au-delà de cette durée, si l'exposition à cette stimulation nerveuse se poursuit, alors les synapses cessent de se renforcer, et commencent même au contraire à s'affaiblir ! En d'autres termes, malgré le fait que la synapse continue d'être exposée de façon répétée à la stimulation nerveuse, sa faculté à convertir cette stimulation en message chimique puis à le transmettre à la synapse à laquelle elle est connectée, s'amoindrit au lieu de se renforcer...

Un résultat qui suggère qu'un temps d'apprentissage trop long a pour effet de nuire à la mémorisation des informations qui sont enregistrées au début de la phase de travail. Selon les auteurs de l'étude, ce sont les informations les plus fraîchement acquises sont celles qui sont les plus menacées par ce phénomène.

Comment traduire de façon concrète ce résultat ? Imaginons un étudiant en train de réviser. Au cours des premières heures de travail, l'apprentissage se fait correctement : plus l'étudiant lit et relit les informations qu'il souhaite mémoriser, et plus ses synapses se renforcent. Résultat : lorsqu'il s'agira dans quelques jours de se remémorer ces informations lors de l'examen, l'étudiant y parviendra plus facilement que s'il n'avait jamais effectué cette session de révision.

Mais arrive alors un seuil horaire au-delà duquel, si l'étudiant décide de prolonger sa session de révision, ses synapses vont commencer à s'affaiblir au lieu de se renforcer : plus l'étudiant s'évertuera à mémoriser le contenu de son cours, et plus les informations qui avaient été mémorisées pendant la première phase de révision sera affecté. En d'autres termes, en persistant ainsi dans ses révisions, l'étudiant ruinera les efforts fournis lors des premières heures de révision.

Quel est ce seuil horaire au dela duquel, chez l homme, l'apprentissage devient contre productif ? Si, nous l'avons vu plus haut, ce seuil semble être de 12 heures environ chez la souris, il est bien évidemment impossible de se prononcer en l'état sur le niveau de ce seuil chez l'Homme. Toutefois, rien n'interdit de penser qu'un jour, des travaux plus approfondis permettront d'estimer ce seuil.

 

En attendant, ce résultat confirme une réalité bien connue des professionnels de l'éducation : pour un étudiant, il est bien plus efficace d'espacer ses temps d'apprentissage en révisant un petit peu tout au long de l'année, plutôt que de chercher à mémoriser en quelques jours l'intégralité d'un programme...

 

Source: JS

Commenter cet article

Kopen 05/06/2013


Les smicards eux ont trop révisé, c'est pourquoi ils ont égé si nul à l'école 

Blog archives

Recent posts