Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La reconstitution du visage de Robespierre révéle les traits d'un psychopathe !

Publié par wikistrike.com sur 21 Décembre 2013, 21:58pm

Catégories : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

Robespierre aurait les traits d'un fou

 

 

 

 

Robespierre--1-.jpg

Maximilien de Robespierre, figure parmi les plus controversées de la Révolution française, en outre raccourcie à la guillotine le 28 juillet 1794 à l'âge de 36 ans, vient de voir son visage reconstitué par des scientifiques. Surnommé l'incorruptible, l'homme politique se trouvait non seulement marqué par les cicatrices de la variole et aurait probablement été atteint de la sarcoïdose diffuse, selon un diagnostic rétrospectif concocté par le légiste Philippe Charlier. L'enquêteur s'est efforcé de reconstituer le dossier médical de celui qui instaura la Grande Terreur.

Si les causes de sa mort sont bien connues, à savoir la décapitation, on peut désormais estimer comment sa santé se trouvait aussi fragilisée par les maladies. Au rang des symptômes dont souffrait Robespierre dans les derniers mois avant sa mort, après avoir guéri de la variole dont il conserva des marques, figurait notamment une fatigue permanente, l'asthénie, qui le maintenait au bord de l'épuisement, selon le spécialiste des énigmes historiques Philippe Charlier. 

Pour reconstituer son dossier médical, le Dr Charlier, du Laboratoire d'anthropologie médicale et médico-légale de l'Université Versailles Saint-Quentin, a pu s'appuyer sur des témoignages des contemporains du révolutionnaire ainsi que sur l'examen de deux masques mortuaires, conservés au Musée Granet d'Aix-en-Provence pour l'un, tandis que l'autre se trouve au Muséum d'Histoire naturelle de Paris. 

C'est l'exemplaire d'Aix-en-Provence, moulée par Marie Grosholtz aka Madame Tussaud, qui aura finalement servi de base à la reconstitution faciale en 3D. Celle-ci a été réalisée par l'infographiste Philippe Froesch, coauteur avec Philippe Charlier de la révélation publiée vendredi par la revue médicale britannique The Lancet. 

Des signes cliniques, notamment des saignements de nez, auraient été décrits par des contemporains de Robespierre. Mais selon le spécialiste, la figure historique présenterait en outre « quasiment tous les signes d'une sarcoïdose diffuse : une atteinte ophtalmologique, cutanée, à la fois au niveau des jambes et au niveau du visage, et également une atteinte des muqueuses respiratoires ». 


Sans certitude mais avec des symptômes très évocateurs 


La sarcoïdose est une affliction auto-immune de cause inconnue, appelée parfois maladie de Besnier-Boeck-Schaumann, et qui peut toucher plusieurs organes. Un trouble qu'il ne serait pas aisé de diagnostiquer et qui n'aurait été décrit pour la première fois qu'en 1877 par un médecin britannique, Sir Jonathan Hutchinson. Elle se caractérise notamment par la formation d'amas de cellules, les granulomes. Comme l'explique le Dr Charlier : « On n'a pas la prétention d'avoir un diagnostic de certitude, néanmoins c'est très, très, très fortement évocateur. » 

Selon le légiste, qui estime que la maladie se serait aggravée entre 1790 et 1794 : « Le tableau clinique d'affaiblissement généralisé de Robespierre peut être mis à la fois sur le compte de l'engagement politique, avec les insomnies, le débordement d'activité de ce phénomène qu'était Robespierre, mais aussi sur le compte de cette maladie qui affaiblit et fatigue considérablement l'organisme. » 

Son complice Philippe Froesch s'est quant à lui occupé de la réalisation de la reconstitution faciale, comme il l'avait déjà fait pour Henri IV. Celle-ci nous dépeint un visage marqué de nombreuses lésions, notamment des cicatrices de la variole que l'on surnommait à l'époque la petite vérole. Si la sarcoïdose disparaît souvent de manière spontanée, on la traite aujourd'hui avec des corticoïdes ou des immunosuppresseurs. Mais du temps de Robespierre, on avait recours aux saignées, au régime riche en vitamines, et en préconisant une surconsommation d'oranges. 

En découvrant cette reconstitution du visage de Robespierre, peu flatteuse, Jean-Luc Mélenchon s'en serait indigné, en conséquence de quoi les enquêteurs répondent que « ce portrait se veut réaliste, notamment sur le plan pathologique, et qu'il n'a aucune vocation à critiquer le personnage ». Ces modélisations servent notamment à faire progresser les techniques médico-légales, mais aussi pour servir à une prochaine série TV en phase de préproduction. Philippe Froesch reconstituera ainsi les visages de Dante, du marquis de Sade, Napoléon, Jules César, Benjamin Franklin et autre Marie-Antoinette...

 

http://www.lefigaro.fr/sciences/2013/12/20/01008-20131220ARTFIG00474-comment-les-scientifiques-ont-reconstitue-le-visage-de-robespierre.php

Commenter cet article

le blocage de toute procédure judiciaire 22/12/2013 21:01


J'en ai connu qui " mesuraient " la personnalité des hommes à la taille des boîtes craniènnes...

Archives

Articles récents