Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Royaume Uni : les personnes âgées sont privées de nourriture pour les faire mourir plus vite

Publié par wikistrike.com sur 12 Août 2012, 12:40pm

Catégories : #Santé - psychologie

 

 

 Royaume Uni : les personnes âgées sont privées de nourriture pour les faire mourir plus vite


00000000000000000000000000000000000000000000000000000000.jpgLes hôpitaux peuvent priver des patients âgés de nourriture et de boisson pour hâter leur mort, ceci étant une partie des mesures des réductions des coûts, afin de libérer des lits. six médecins mettent en garde. 

Des dizaines de milliers de patients atteints de maladies incurables sont placés sur une « voie de la mort » pour les aider à mourir chaque année. Cependant, dans une lettre au Daily Telegraph, six médecins mettent en garde que les hôpitaux peuvent utiliser le projet controversé de réduire les accords sur les ressources hospitalières. 
Les partisans de l'accès aux soins de Liverpool, qui permet au personnel médical de cacher des fluides et des drogues dans les derniers jours d'un patient, affirment que c’est la meilleure façon de les laisser partir. Mais les experts disent dans leur lettre que les décès naturels sont souvent plus libres de douleur et de détresse. 

Le consentement éclairé n'est pas toujours recherché par les médecins, qui ne parviennent pas à demander aux patients leurs souhaits pendant qu'ils ont encore le contrôle de leurs facultés, ont averti les six médecins. Cela a conduit à une augmentation de patients portant des cartes qui informent les médecins qu'ils ne souhaitent pas être mis sur « la voie » dans les derniers jours de leur vie. 

Les six médecins sont des experts en matière de soins aux personnes âgées et ils on écrit la lettre en collaboration avec le « Medical Alliance Ethique », une organisation chrétienne médicale. Ils disent que de nombreux membres du public les ont contacté avec des exemples de l'utilisation inappropriée de « la voie », qui est mise en œuvre dans près de 29 pour cent des décès en milieu hospitalier. 

« Il avertissent qu’il n’y a pas « de manière scientifique » de diagnostiquer une mort imminente ». Ils écrivent : « Il s'agit essentiellement d'une prédiction, et il est possible que d'autres considérations puissent entrer en ligne de compte pour en arriver à cette décision, sans exclure la disponibilité des ressources. » 

Le parcours de soins de Liverpool, est ainsi appelé parce qu'il a été développé à l'Hôpital Royal de Liverpool dans les années 1990. Il vise à s'assurer que les patients qui sont proches de la mort peuvent mourir sans être soumis à des entraves inutiles par le personnel. En outre du retrait des liquides et des médicaments, les patients peuvent être placés sous sédation jusqu'à ce qu'ils meurent. 

Le Dr Gillian Craig, un gériatre à la retraite et ancien vice-président de l'Alliance de l'éthique médicale, est l'un des six signataires de la lettre au Daily Telegraph. 

« Si vous êtes cynique à ce sujet, comme je le suis, vous pouvez le voir comme une mesure de réduction des coûts, si vous ne voulez pas que vos lits soit remplis avec des personnes âgées », dit-elle. Elle a indiqué que ceux qui ne veulent pas être mis sur « la voie » devraient porter des cartes faites par le Dr Rosalind Bearcroft, un psychiatre consultant de Kent, et un autre signataire. 

L'année dernière, le Daily Telegraph a rapporté que le nombres des personnes étant mises sur « la voie » avait doublé en seulement deux ans, avec des dizaines de milliers de patients qui y participent maintenant. Le rapport par le Collège royal des médecins a trouvé que jusqu'à la moitié des familles ne sont pas informées de la décision des cliniciens de mettre un parent sur « la voie ». Les partisans soulignent que le parcours de soins à Liverpool a été approuvé par l'Institut national de la santé et l'excellence clinique (Nice) qui est soutenu par le ministère de la Santé. 

Un porte-parole du ministère de la Santé a déclaré : « Les gens qui arrivent à la fin de leur vie devraient avoir un droit de haute qualité, de compassion et de dignité. » 

« Le Liverpool Soins Pathway (LCP) n'est pas là pour faire des économies. Il est un outil établi et respecté qui est recommandé par le NICE et il a l'appui massif des cliniciens en Grande-Bretagne et à l'étranger » 

« La décision d'utiliser « la voie » devrait associer les patients et les membres de la famille, et l'état du patient doit être étroitement surveillé. Si, comme cela arrive parfois, l’état d’un patient s'améliore, il doit être retiré de la LCP et il doit avoir le traitement qui convient le mieux à ses nouveaux besoins. Pour s’assurer que la LCP est utilisée correctement, il est important que le personnel reçoive la formation et le soutien appropriés. »

 

Source

Commenter cet article

see 13/08/2012 15:17


avec cette societé ou les enfants sont obligés de travailler tous et délaisser leur parents dans des centres de soins à la charge d'autres tout ca ne m'étonne que moyenement et puis ont ne vi
plus dans des grandes familles comme avant maintenant tout le monde veut son petit chez sois personnel avec son petit confort matériel, c'est un monde matérialiste et individuel

Arlette 13/08/2012 14:39


SI on a mal et qu'on est condamné(e), on n'est plus à deux mois près pour résoudre le problème soi-même ! Le seul inconvénient : la religion ne veut pas
qu'on se suicide ! Si on passe outre, on va soi-disant : en ENFERS. (On ne sait pas) !

Laurent Franssen 13/08/2012 10:48


Cette association ne me choque as, 
des gens censes , en souffrance, qui font un pelerinage vers une fin decente ,

cela me semble plus etre de l ordre du droit que de l indignation populiste... 

Arlette 12/08/2012 18:30


A.D.M.D. - infos@ultimeliberté.fr  - 52000 NEUILLY-sur-SULZE.


15g de PENTOBARBITAL 6'000 euros - la dose vétérinaire à 5 euros. GOOGLE : DIGNITAS.ch - puis article TV  Temps
Présent : Dignitas, la mort sur ordonnance.  Des centaines de gens en fin de vie, en provenance des quatre coins du Monde, viennent mourir à Zurich. Comme cette Française,
écrivain, qui a accepté que Temps Présent l'accompagne dans son dernier voyage. Ceux qui veulent mourir se tournent vers Dignitas. L’association est accusée de profiter du « tourisme de la mort
». Elle a accepté exceptionnellement de nous ouvrir ses portes.  "Dignitas, death on prescription" (version anglaise) 
:  La Suisse est le seul pays au Monde qui permet aux étrangers de venir mourir sur son territoire. Depuis
1998, plus de mille personnes ont déjà fait le voyage à Zurich pour mourir avec Dignitas, fondée par l’avocat controversé Ludwig Minelli. Des personnes
atteintes de maladies, graves, incurables, avec des souffrances intolérables, mais pas seulement. Dignitas revendique ouvertement le droit au suicide pour une large catégorie de population,
couples, dépressifs. Décrié et souvent épinglé dans la presse, Ludwig Minelli n’a pour l’instant rien à se reprocher. Mais le tourisme de la mort pratiqué par
Dignitas dérange, en particulier les Politiques qui affirment «ne pas vouloir de ça chez nous», même si la majorité de la population Suisse est en faveur de l’assistance au suicide. DEUX VIDEOS à voir  sur le Site : Temps Présent a obtenu un accès quasi-illimité au travail de Dignitas, très
différent de celui d’Exit en Suisse romande, qui n’est PAS, en principe, ouvert aux étrangers. Ce reportage exceptionnel nous emmène en Allemagne, en
Belgique, en France, pour tenter de mieux comprendre ce tourisme de la mort que certains reprochent à la Suisse. Temps présent a suivi les derniers jours de la Française Michèle Causse, 74 ans, déterminée à mourir comme elle l’avait choisi : le jour de son anniversaire, à Pfäffikon dans la banlieue de Zurich, là ou Dignitas
assure les accompagnements au suicide. Un reportage bouleversant sur cette assistance au suicide et son responsable Ludwig Minelli, qui
dérange tellement, mais que de nombreux interlocuteurs du film considèrent comme un visionnaire. Rediffusion le vendredi 18 février 2011 à 0h50 et
lundi 21 février 2011 à 15h40 sur TSR2. Générique : Un reportage de Emmanuelle Bressan Blondeau et Jean-Bernard Menoud Image :
Patrice Cologne Son : Beat Lambert Montage : Patrick Guignet  - J'ai enregistré plusieurs VHS en DIRECT TV  (il y a plusieurs années). (L'homme, né en 1945, cancer CERVEAU... et
d'autres... ) ! Il y a le retour  des cendres dans une urne par la Poste.  Un gars a écrit un Livre (FNAC)  : "La mort de ma soeur manquait de Dignité". Soeur médecin - époux
médecin : les deux, AMEN. UN CHOIX !

Archives

Articles récents