Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Sarkozy : "en cas d’échec, vous n'entendrez plus parler de moi"

Publié par wikistrike.com sur 24 Janvier 2012, 11:19am

Catégories : #Politique intérieure

 

Sarkozy : "en cas d’échec, vous n'entendrez plus parler de moi"

Sarkozy-presidentielle_scalewidth_630.jpgSerein en public, le chef de l’Etat se laisse aller à des confidences moins optimistes en privé.

Si, en public, Nicolas Sarkozy reste serein et confiant sur sa victoire, il se laisse parfois aller ces derniers jours à des confidences douces-amères devant son entourage. "En cas d'échec, j'arrête la politique. Oui, c'est une certitude et vous n’entendrez plus parler de moi", assure le chef de l’Etat, quand on l’interroge sur l’hypothèse d’une défaite à la prochaine élection présidentielle. "Si je ne suis pas élu ça s’arrête, et si je suis élu ça s’arrête aussi". Comprendre, s’il fait un deuxième mandat, ce sera le dernier.

"Un recommencement"

Le président confie aussi à ses visiteurs : "pour la première fois de ma vie, je suis confronté à la fin de ma carrière".

Et pour montrer qu’il peut y avoir une vie après la politique, Nicolas Sarkozy imagine pouvoir "commencer ses semaines le mardi et les finir le jeudi soir ! Ce serait un recommencement". Selon son entourage, le président de la République "préfère encore aller au Carmel car au moins il y a de l’espérance", plutôt que "d’animer des sections UMP".

"Des obligations qui l’empêchent de se déclarer"

Mais si le chef de l’Etat évoque l’hypothèse de sa défaite, il ne se prépare pas moins à la course à la présidentielle. En coulisses, le président révise "sa" séquence : une intervention télévisée le 29 ou le 31 janvier, voire le 2 février. Il y détaillera les deux derniers grands chantiers de son mandat, la TVA sociale — terme qu’il récuse — et les accords compétitivité-emploi à l’allemande pour enterrer les 35 heures. Des réunions d’arbitrage sont prévues cette semaine à l’Elysée.

Pour l’instant, Nicolas Sarkozy a des "obligations" qui l’empêchent de se déclarer, relèvent ses proches, citant la crise en Europe ou en Iran. "S’il se déclare et que ça ne change rien, c’est très mauvais", achève un conseil ministériel.

 

Bon vent Sarkozy, ou mauvais vent, et rends-la thune...

 

Source: Europe1

Commenter cet article

lasorciererouge 24/01/2012


...Je dirai qu'une chose CASSE TOI, PAUVRE CON !!!

zarmagh 24/01/2012


Ce serait bien la première fois ou il tiendrait sa parole. J'en doute, il n'est pas fiable.

Resistant 24/01/2012


Ah parce-que là il ne se considère pas encore comme un échec ? Bah merde alors...


Mascarade.

Blog archives

Recent posts