Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Sarkozy : un doute sérieux sur 3 MF du financement de l’achat de son appartement de la jatte

Publié par wikistrike.com sur 1 Avril 2012, 08:37am

Catégories : #Politique intérieure

Sarkozy : un doute sérieux sur 3 MF du financement de l’achat de son appartement de la jatte

En plus de sa fausse déclaration de patrimoine en 2007, en plus des interrogations des travaux effectués dans son appartement de La Jatte dont, malgré ses promesses, il n'a jamais fourni les factures, Médiapart révèle qu'il y a un doute sérieux quant aux 3 millions de Francs que Sarkozy a déclaré provenir d'un emprunt auprès de l'Assemblée Nationale.

521px-Corruption-Nouakchott-4-3f642.jpg

Médiapart a en sa possession les actes de ventes de l'appartement de La Jatte de Sarkozy : Le financement fantôme de l'appartement de Sarkozy

Une bonne partie du patrimoine du président résulte de la vente de l'appartement de l'île de la Jatte, acquis en 1997. En 2007, il avait dit avoir financé cet achat grâce à un prêt de l'Assemblée de plus de 3 millions de francs. Or ce prêt ne figure pas sur l'acte de vente (que nous publions), et dépasse le plafond en vigueur à l'époque.

Le nouvelsObs nous en dit plus (voilà un hebdomadaire qui a décidé de tirer à vue : Bettencourt, Maistre et maintenant l'appartement de La Jatte. Puissent ses confrères lui emboîter le pas !) : En 1996, Nicolas Sarkozy achète un appartement de 216m² en duplex. La propriété se trouve sur l’île de la Jatte, quartier cossu et "superbe oasis" à Neuilly-sur-Seine, tout près de la Défense.

Selon les informations de Mediapart, Nicolas Sarkozy aurait, à l’époque, acheté son appartement 5 millions de francs. L’achat aurait été financé avec un dépôt de garantie de 270.000 francs et deux prêts.

L'ex-maire de Neuilly affirme avoir contracté un emprunt de 1,6 million de francs par sa banque et un autre de 3 millions de francs auprès de l’Assemblée nationale. En effet, jusqu’en 2010, les députés pouvaient demander un prêt auprès de l'Assemblée à des taux très avantageux : 2% pendant cinq ans, puis 0%.

Le prêt ne correspond pas

Mediapart relève cependant une "incohérence majeure". Car l'Assemblée nationale indique qu’un député ne pouvait emprunter plus de 196.000 euros (1,183 million de francs). Soit presque trois fois moins que les trois millions de francs évoqués par Nicolas Sarkozy.

Les journalistes ont tenté de questionner Nicolas Sarkozy jeudi. Le candidat a repoussé leur caméra sans répondre, avant que le service d’ordre ne les écarte.

Déjà une plainte avait été déposée concernant les travaux dans cet appartement. Devinez qui était le procureur chargé de l'enquête. Oui, oui. Celui-là même : Courroye dont aujourd'hui on sait qu'il a été mis en examen dans l'affaire des fadettes du Monde, annulé par la cour d'Appel mais annulation suspendue du fait du pourvoi en cassation, il est donc toujours en examen) qui a classé l'affaire sans suite. A propos de suite, en sachant la suite justement des affaires traitées par Courroye de façon très exotique on s'aperçoit qu'à Bordeaux les conclusions et les avancées ne sont pas du tout les mêmes.

Voici un extrait de ce que disait Le NouvelObs de cette affaire (19/9/2007) : Nicolas Sarkozy, qui a aujourd'hui revendu ce logement, aurait bénéficié, à l'époque de l'achat, d'un rabais et de travaux pour un total de 300.000 euros, a assuré le Canard enchaîné en publiant des documents, ce que Nicolas Sarkozy a nié dans des communiqués diffusés pendant la campagne.

L'hebdomadaire a assuré par ailleurs que, quelques mois avant cette transaction, le même promoteur avait bénéficié d'un rabais de la mairie de Neuilly évalué à 775.000 euros, grâce à un étalement sur deux ans de l'achat des terrains où ont été bâtis trois immeubles de l'île de la Jatte, dont celui où se trouvait le logement acheté par Nicolas Sarkozy.
Concernant les travaux réalisés dans son logement, Nicolas Sarkozy a fourni à la presse une facture de 72.000 francs correspondant à la pose d'un escalier, mais selon le Canard enchaîné une remise de 30.000 francs a été consentie encore sur cette dernière. Aucune autre facture n'a été ensuite produite.

Courroye, proche de Sarkozy

Concernant le second volet de l'affaire, Nicolas Sarkozy a déclaré que le rabais s'expliquait par la baisse du marché, dont la réalité est mise en cause par les spécialistes de l'immobilier interrogés dans la presse.
La nomination en avril dernier de Philippe Courroye, jusqu'ici juge d'instruction anti-corruption réputé, comme procureur de Nanterre, avait suscité des critiques car ce magistrat ne cache pas sa proximité avec Nicolas Sarkozy.

Oui proche de Sarkozy. On veut bien le croire.

Maintenant que le temps de parole est un peu plus équilibré (pas encore les commentaires) voilà qu'Eva Joly y va au bazooka (Kärcher ?). Elle a attaqué chez Bourdin bille en tête déclarant que Sarkozy était concerné par 4 affaires, ajoutant même qu'il avait fait une fausse déclaration de patrimoine, qu'il y avait suspicion légitime sur son élection et qu'il devait s'expliquer auprès des juges tant pour l'affaire Bettencourt que pour l'affaire Karachi. Si elle pouvait y aller à fond à toutes les télés et dans toutes les radios pendant les trois semaines qui restent ce serait salutaire pour ces élections. Et si les lascars parlent alors elle aura aussi sont temps de parole. Et elle ira. Envoyons lui des messages de soutien à EELV pour qu'elle continue. Son statut d'ancien magistrat, sa lutte contre la corruption, s'il sera raillé par l'UMP et les soutiens de Sarkozy, il en sera autrement des autres. Elle dit qu'il se présente à l'élection non pour diriger la France mais pour se protéger des affaires. Accusation très lourde. Attendons une plainte en diffamation. Sans plainte, qui ne dit mot consent.

 

Il nous reste quatre semaines pour nous débarrasser de ce pouvoir. Souvenons-nous à chaque instant de cette campagne qu'Eric Woerth a été mis deux fois en examen dont une pour recel de financement illégal de parti ce qui est une forte suspicion de l'illégalité de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 et donc l'illégalité de son élection et que Sarkozy lui-même est supposéé avoir touché de l'argent liquide en avril 2007 de la part de Bettencourt et qu'il a fait, toujours en 2007 (mars), une fausse déclaration sur l'honneur de patrimoine.. Trouvez aussi ici la vraie timeline de Sarkozy (journal Facebook). Faisons notre Révolution en 2012, et avant si possible. Et votez en conscience après avoir lu ce livre des méfaits du clan Sarkozy Le Sarkozyland et ses méfaits(epub) ou Le Sarkozyland et ses méfaits(issuu)

 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Source: Agoravox 

Archives

Articles récents