Jeudi 24 mai 2012 4 24 /05 /Mai /2012 17:00

Scandale au Vatican : viol et meurtre sur mineure

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz.PNG
Emanuela Orlandi

Le père Gabriele Amorth, 85 ans, met en cause le défunt Mgr. Simeone Duca, ancien archiviste du Saint-Siège, qui aurait été l'organisateur de fêtes sexuelles à Rome, voire dans la cité vaticane. Il l'accuse indirectement du meurtre d'une jeune fille de 15 ans, Emanuela Orlandi, disparue en 1983 et présumée enterrée secrètement dans la crypte de l'église Sant' Appolinare, dans le cercueil d'un capo mafieux, Enrico De Pedis.
Voilà des années que le mystère de la disparition d'Emanuela Orlandi émeut toute l'Italie, et des semaines que de nouvelles supputations donnent sa dépouille enterrée dans la sépulture, en l'église romaine Sant Appollinare, d'un chef mafieux, Enrico De Pedis, abattu à l'âge de 38 ans en 1990.
La tombe a été ouverte la semaine dernière, mais Mgr Pietro Vergari, en charge de la paroisse dans les années 1980, dément les supputations…
Pour lui, il s'agit d'une légende, et seuls de très anciens paroissiens auraient été enterrés dans son église (hormis la dépouille de De Pedis, qui se serait repenti en prison et se serait adonné à des bonnes œuvres).
Mais le très controversé exorciste officiel du Vatican, le père Amorth, n'a pas attendu les résultats des examens menés par le Labanof (laboratoire d'anthropologie et d'ondontologie légale) de Milan (attendus ces prochains jours…).
Pour l'exorciste, la jeune victime a été l'objet d'un trafic à caractère sexuel après enlèvement et l'instigateur n'aurait été autre que Mgr Simeone Duca, l'ancien archiviste décédé du Vatican. En sus, partie de la garde suisse et une « ambassade étrangère » proche de la nonciature apostolique (les Affaires étrangères vaticanes) serait impliquée, selon le père Amorth.
La Stampa, à laquelle l'exorciste a confié ses accusations, encore fort peu étayées, traite l'affaire avec circonspection.
D'une part, une toute autre hypothèse avait été précédemment avancée. De Pedis, capo de la Banda della Magliana, avait été victime d'un règlement de comptes de la part d'ex-associés.
La victime de l'enlèvement était la fille d'un employé du Vatican. L'ex-concubine de De Pedis, Sabrina Minardi, avait mis en cause le prélat américain, Mgr Paul Marcinkus, qui avait la haute main sur les finances du Vatican.
Ce dernier, de son vivant (il est mort en Arizona voici quatre ans), a toujours argué de son statut diplomatique pour se soustraire à toute enquête, que ce soit dans l'affaire du scandale de la banque Ambrosiano ou dans d'autres.
« Simple » enlèvement
Selon Sabrina Minardi, Mgr Marcinkus ou certains de ses associés mafieux auraient enlevé la jeune fille pour faire pression sur sa famille. Les faits seraient certes crapuleux, mais sans connotation sexuelle particulière.
La réticence de la rédaction de La Stampa provient aussi de la réputation de l'exorciste, peu en état de grâce dans la communauté ecclésiastique vaticane.
Parties fines
En matière de scandales sexuels, ces dernières années, le Vatican n'avait défrayé la chronique qu'à la suite d'allégations selon lesquelles des sœurs (surtout de jeunes religieuses africaines ou originaires de pays très pauvres) seraient exploitées par les prélats, servant de bonnes à tout faire et parfois de « distractions ».
Leur sort peu enviable obligerait certaines à se prostituer aux abords de l'agglomération romaine.
Mais le père Amorth va beaucoup plus loin. Selon lui, qui n'aurait jamais cru à un enlèvement du fait d'un « réseau international », l'adolescente aurait été la proie d'un cercle de « libertins » ou plutôt d'exploiteurs sexuels dont l'épicentre aurait été Mgr Simeone Duca, bénéficiant de complicités au sein des services de sécurité du Vatican et de ceux d'une « ambassade auprès du Saint-Siège ».
Le père Gabriele Amorth, nommé exorciste en 1986, a dénoncé souvent – il a écrit trois livres, traduits en France aux éds François-Xavier de Guibert – la présence de cercles satanistes au Vatican.
Il a aussi mis en cause l'influence néfaste de la saga des Harry Potter, la pratique du yoga, et abondé en déclarations.
Ainsi le pape Pie XII aurait tenté d'exorciser Adolf Hitler à distance, en vain.
Le père Amorth aurait pratiqué, selon ses dires, 45 000 exorcismes, pour des cas de possession, vexation, obsession et infestation. Il est parti en croisade contre les nouvelles règles régissant les exorcistes dans les diocèses, car il considère qu'elles limitent beaucoup trop leurs interventions et que les nouveaux rites sont inopérants.
Se serait-il mis de nouveau en avant pour faire parler de lui et de ses thèses ? Bien sûr, il s'en défend… Mais son tout dernier livre, écrit avec Rodari Paolo, paru aux éds Piemme fin février 2012, L'Ultimo esorcista, évoque déjà cette piste.
Pour le père Amorth, la bataille contre les puissances du mal et des ténèbres durera jusqu'à la fin des temps, mais, l'église catholique romaine ne croit plus, selon lui, à l'existence du démon.
Ses déclarations interviennent alors que la Conférence épiscopale italienne vient de se prononcer sur les cas d'abus sexuels et notamment à caractère pédophile.
Les archives de l'église ne doivent pas être obligatoirement accessibles à la justice ou à la police, mais le clergé est incité à coopérer avec les autorités civiles. Comme l'a résumé le titre d'Il Messaggero, « Pedofilia, vescovi: non siamo polizia, non siamo obbligati a denunciare ». Mgr Mariano Crociata vient de se prononcer, au nom des évêques italiens, en ce sens.
Pietro Orlandi, frère d'Emanuela, avait rapporté à la presse italienne que la directrice du chœur de l'église Sant' Appolinare, sœur Dolores, se méfiait de don Piero Vergari, l'évêque chargé de la paroisse, conseillait aux jeunes filles de s'en écarter, dont Emanuela, et préférait elle-même faire ses dévotions dans d'autres églises. Mais Pino Nicotri, journaliste de L'Espresso, dans son livre Emanuela Orlandi, la verità, doute des hypothèses de Pietro Orlandi et penche plutôt pour un enlèvement orchestré qui aurait pu être connu du défunt pape Jean-Paul II (qu'il nomme Wojtyla).
Dans ce cas, les pistes suggérées seraient des trompe-l'œil, mieux valant, pour le Vatican, une sombre histoire de ballets bleus ou roses que la révélation d'affaires beaucoup plus complexes.
François Hollande deviendra-t-il, après René Coty, Charles De Gaulle, Valéry Giscard ou Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy (mais non G. Pompidou ou F. Mitterrand, qui avaient décliné), « premier et unique chanoine honoraire de l'archibasilique majeure de Saint-Jean-de-Latran » ? Et dans la foulée chanoine de l'abbaye de Beauchêne de Cerizay (Deux-Sèvres) qui appartient aux chanoines réguliers du Latran ?
Succédera-t-il à Nicolas Sarkozy en tant que protochanoine d'Embrun, chanoine honoraire de Saint-Jean-de-Maurienne ou de Notre-Dame de Cléry ?
Comme le rapporte La Croix, les titres religieux honorifiques des présidents de la République française sont nombreux : il faut y ajouter ceux de chanoine honoraire de Saint-Hilaire de Poitiers, de Saint-Julien du Mans, Saint-Martin de Tours, Saint-Maurice (Angers), Saint-Jean (Lyon), Saint-Étienne (Cahors) et de la paroisse germanopratine parisienne.
Cette affaire restera sans doute interne à l'Italie et au Vatican, mais il n'est pas tout à fait exclu que sa résurgence puisse avoir une portée internationale.
Source:
Source traducteur: Conscience du peuple
Par wikistrike.com - Publié dans : Religion
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés