Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Scandale en Belgique : La ministre de l’Intérieur chercherait à étouffer une affaire de viol impliquant son propre fils

Publié par wikistrike.com sur 7 Mai 2014, 05:32am

Catégories : #Politique internationale

Scandale en Belgique : La ministre de l’Intérieur chercherait à étouffer une affaire de viol impliquant son propre fils

 

 

 

 

viol.jpgUne retraite « spirituelle » organisée par l’école la plus prestigieuse de Belgique tourne au gang-bang pour cinq adolescents et une adolescente. Le scandale sexuel a été dévoilé par la presse il y a de cela quelques jours. Les six élèves ont été exclus.

 

Suite à ces révélations, la direction de l’établissement a souhaité faire régner un silence pesant sur cette affaire en envoyant un courriel aux familles des élèves afin de les prier de ne pas se répandre dans la presse. Le directeur admet avoir donné ces consignes, les justifiant par une volonté de ramener un certain calme dans le collège.

 

D’après Sud Presse, une maman avait déclaré, sous couvert de l’anonymat, trouver inacceptable l’exclusion de ces élèves. Elle en arrive même à accuser la jeune fille victime de ce gang-bang d’avoir volontairement provoqué ces événements. Plus fort encore, elle n’hésite pas à qualifier cette jeune fille de « nymphomane » et de « dérangée ».

 

Laurent LOUIS, fondateur du mouvement politique citoyen Debout Les Belges, a été informé par plusieurs sources d’un détail assez troublant qui pourrait avoir l’effet d’une véritable bombe dans le landernau politique belge : l’un des auteurs de ce viol collectif ne serait autre que le fils de la ministre de l’Intérieur Belge, Joelle Milquet (CDH, parti centriste belge).

 

La ministre de l’Intérieur, également ministre de l’Égalité des chances, aurait fait pression sur la presse (subventionnée par l’État) afin de transformer ce véritable scandale en tempête dans un verre d’eau, mais également en discréditant la jeune fille et en l’incitant à ne pas s’exprimer sur cette affaire. La victime serait donc non seulement consentante par la force des choses, mais aussi « nymphomane » et « dérangée ». Une sacrée rayure sur le visage et l’âme de la jeune fille qui risque de garder des séquelles d’un tel traitement, à la fois de la part des cinq adolescents et de celle de la ministre de l’Intérieur et de l’Égalité des chances.

 

Connu pour son prestige et son élitisme, ce collège forme bien évidement des « fils de » qui n’auront aucune difficulté à trouver du travail une fois sortis des rails sécurisants de l’enseignement de l’élite par l’élite pour l’élite. Mais cette jeune fille risque fort de voir son avenir compromis par cette affaire, étant donné les conséquences potentielles de tels actes sur son esprit. Réduite au silence par le pouvoir, elle risque de devoir garder pour elle la douleur provoquée par ce scandaleux viol collectif.

 

C’était sans compter sur Laurent LOUIS, qui n’a pas sa langue dans sa poche lorsqu’il s’agit de dénoncer les abus du système et les privilèges d’une classe politique qui a la mainmise sur les médias et donc sur l’information donnée aux citoyens. Informé par plusieurs sources sûres (notamment des sources policières !), le député a publié ce matin une vidéo dans laquelle il place à la lumière du jour ces faits inquiétants et choquants. Une sortie cinglante bien que mesurée, qui n’épargne aucunement la ministre, tout en précisant que les adolescents concernés ne sont pas la cible de son ire. Bien au contraire. Le député s’interroge notamment sur les possibles influences qu’a pu exercer la ministre afin d’étouffer cette affaire. Le respect de la séparation des pouvoirs est sérieusement remis en question par le député, qui insiste sur le fait que la jeune fille n’a aucune possibilité de se défendre face aux accusations sorties dans la presse sous couvert de l’anonymat.

 

Ignoré et diabolisé par le conglomérat politico-médiatique, sous prétexte d’un antisémitisme aussi publicisé que fictif, le député avait organisé à Bruxelles le premier Congrès européen de la Dissidence, auquel devaient participer de nombreuses figures de la Dissidence, comme Dieudonné, Alain Soral ou encore Joe le Corbeau, mais qui a été interdit par le pouvoir, puis dispersé à l’aide des forces de l’ordre et de deux autopompes. Joëlle Milquet, ministre de l’Intérieur, avait communiqué sa satisfaction après ce malheureux fait d’armes aux dépens de la démocratie.

 

Laurent LOUIS avait promis une surprise, la voici :

 





http://croah.fr/corbeau-dechaine/belgique-le-fils-de-la-ministre-de-linterieur-implique-dans-un-viol-collectif-au-college/

Commenter cet article

Archives

Articles récents