Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Slovaquie, mon héroïne...

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 12 Octobre 2011, 09:51am

Catégories : #Economie

Slovaquie, mon héroïne

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO.gifLes députés ont rejeté, hier, le renforcement du fonds de soutien. Ce refus risque d'aggraver la crise de la dette. Mais les dirigeants slovaques veulent organiser un second vote.

Défiant le gouvernement de centre droit conduit par Iveta Radicova, les députés slovaques ont rejeté, hier soir, le renforcement du Fonds européen de stabilité financière (FESF).

Décision qui pourrait être lourde de conséquences pour le sauvetage de la zone euro : l'accord de la Slovaquie (5,4 millions d'habitants) est en effet nécessaire pour valider la décision, prise le 21 juillet par les dirigeants européens, de doter le FESF de nouveaux pouvoirs. Ils veulent porter sa capacité de prêts de 250 milliards à 440 milliards d'euros et accroître sa capacité à apporter des garanties aux États, ou aux banques, en difficulté. Seize pays ont déjà dit oui.

Le vote négatif du Parlement slovaque résulte des divisions au sein de la coalition au pouvoir : une de ses composantes, le mouvement Liberté et Solidarité (SaS), n'a pas pris part au scrutin. Il estime en effet que les Slovaques sont trop pauvres pour payer pour les autres et s'oppose au plan de sauvetage... à moins que la Slovaquie soit dispensée d'y participer. Ce que Bruxelles refuse.

Le gouvernement compte sur les voix de l'opposition

Or, sans les voix de ce mouvement, la Premier ministre Iveta Radicova n'a pas la majorité nécessaire. Face à la gravité de la situation, elle avait mis sa démission dans la balance, faisant « de ce vote sur notre avenir en Europe une question de confiance » pour son gouvernement.

Le vote des députés devrait logiquement entrainer sa chute. Mais, pour éviter la paralysie, les dirigeants slovaques évoquaient hier soir la possibilité d'un deuxième vote au Parlement dans les prochains jours. Ils comptent sur l'appui du parti d'opposition social démocrate, le Smer-SD. Ce dernier avait prévenu qu'il s'abstiendrait lors du vote d'hier, mais qu'il pourrait ensuite apporter son soutien au gouvernement lors d'un deuxième vote... à condition que des élections anticipées soient organisées.

Si ce vote échouait, la zone euro serait contrainte de revenir à la première version du Fonds de secours, moins puissant ; alors même que la situation s¹est dégradée et qu'il « est important de prendre des décisions claires au regard de la gravité de la situation », a mis en garde, cette semaine, Jean-Claude Trichet, le président de la Banque centrale européenne.

Plus qu'un arrêt technique, sans doute surmontable, un second vote négatif porterait un coup de plus à la solidarité européenne. Elle n'en a pas besoin.

 

Source: Ouest-France

Archives

Articles récents