Vendredi 17 mai 2013 5 17 /05 /Mai /2013 21:42

Spéculation sur la mort aux États-Unis



Fosse_commune.jpgLe capitalisme financier a décidé de tout acheter et de tout vendre : l'eau, l'air, le génome humain, les recettes de grand-mère, les contrepoisons amazoniens à base de plantes. Il achète maintenant les vies et les morts, en s'attaquant aux plus faibles. C'est ce que nous a expliqué tout récemment le magazine de France 3 " Pièces à convictions ". 

Outre-Atlantique, des personnes âgées revendent leur assurance décès, pour pallier au plus pressé, c'est-à-dire pour se payer des soins qui ne sont pas gratuits parce qu'elles ne disposent pas de la couverture sociale adéquate. Ces assurances sont rachetées à des malades aux abois par des épargnants privés ou, mieux encore, par des fonds d'investissement. Cela peut se passer dans de véritables foires, où il est proposé aux chalands du cancer de la prostate ou du pancréas (une valeur sûre), des problèmes respiratoires, du diabète etc. Dans cette forme de viager moderne, si la personne meurt, l'acheteur touche l'argent de l'assurance. 

Lorsque le risque a été « réalisé », les bénéficiaires peuvent être informés en ces termes : « Aujourd'hui, nous avons le plaisir de vous informer que la police 7200490 a expiré plus d'un an avant l'échéance pronostiquée ! » 

Les spéculateurs proviennent du monde entier, d'Europe, de France. Des banques comme le Crédit Agricole ou Parisbas proposent à leurs clients ces produits sur la mort à l'intérieur de portefeuilles divers et variés. 

Pour le capitalisme, l'imagination est au pouvoir. On a récemment appris qu'un anonyme avait déboursé près de 500 000 euros pour pouvoir prendre un café avec Tim Cook, le patron d'Apple. À des fins caritatives, cela va sans dire. 

 

 

Source

Par wikistrike.com - Publié dans : Social - Société
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés