Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Syrie : Des rebelles islamistes ont pris le contrôle du barrage de l’Euphrate

Publié par wikistrike.com sur 12 Février 2013, 10:26am

Catégories : #Politique internationale

Syrie : Des rebelles islamistes ont pris le contrôle du barrage de l’Euphrate

 

 

Syriec1cbc5b5a7a740e3b96c5a726b558811-d45458371fa24291b5a9a.jpgDes rebelles islamistes ont pris lundi le contrôle du barrage de l’Euphrate, la plus grande digue en Syrie, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) assurant qu’il s’agissait de « la plus grande perte économique pour le régime depuis le début de la révolte ». 

« Ils ont pris le contrôle du barrage, qui fonctionne toujours », a précisé Rami Abdel Rahmane, président de l’OSDH, sans être en mesure de donner dans l’immédiat le nombre de rebelles ayant participé à l’opération, précisant que ce sont des rebelles islamistes du Front jihadiste Al-Nosra, qui ont mené l’opération.

« Les rebelles gardent les deux entrées mais aucun combattant n’est à l’intérieur, pour éviter que le régime ne bombarde ce barrage vital » situé dans le nord du pays, a-t-il ajouté.

Une vidéo diffusée par des militants montre une salle présentée comme celle des machines, où apparaît un portrait de président Bachar al-Assad. « Le barrage fonctionne normalement après avoir été libéré des bandes d’Assad », affirme la personne qui filme la salle. Une autre vidéo montre des images du barrage avec une vue sur le « lac artificiel al-Assad » filmées en haut du bâtiment.

Selon M. Abdel Rahmane, il s’agit « de la plus grande perte économique pour le régime depuis le début de la révolte ». Selon lui, le barrage et la ville qui l’abrite, Tabqa, « sont tombés en 24 heures, sans résistance » de la part des troupes régulières.

« Les chefs des services de sécurité ont fui à partir de l’aéroport militaire de Tabqa », une grande ville mixte formée de sunnites, d’alaouites, de chrétiens et de kurdes, a indiqué M. Abdel Rahmane, précisant que de nombreux membres des forces de sécurité ont également pris la fuite.

Au départ inconnu, le Front Al-Nosra, classé par Washington comme « organisation terroriste », a connu une ascension fulgurante en raison de ses succès sur le terrain face aux troupes du régime de Bachar al-Assad, prenant de vitesse les autres groupes dissidents.

Situé dans la province de Raqqa, le barrage a été construit sur l’Euphrate, fleuve long de 2.800 km qui prend sa source en Turquie et traverse la Syrie et l’Irak.

Le barrage, qui permet d’irriguer des milliers d’hectares, a généré le « lac artificiel al-Assad » créé dans les années 60, et qui retient 14,1 milliards de mètres cubes d’eau, selon le site officiel du barrage. Il a été inauguré sous le mandat du président Hafez al-Assad, père de l’actuel chef de l’Etat Bachar al-Assad, dont le régime est engagé dans un conflit avec les rebelles qui a fait selon l’OSDH plus de 60.000 morts en près de deux ans.

L’OSDH est une organisation basée au Royaume-Uni qui s’appuie sur un vaste réseau de militants et de sources médicales civiles et militaires à travers la Syrie.

Sources :Libération / YouTube / Le Journal du Siècle

 

Commenter cet article

Antisioniste 13/02/2013 20:49


Grand bien te fasse athos

Athos 13/02/2013 10:08


Antisioniste , il faut arreter de lire les grimoires du grand et du petit albert.


Des sources maliennes, c'est faux, tu es faux si ça vient pas de toi et ton esprit conspirationniste acneux.


Bon, je squizzerai tes post à l'avenir , pour le plus grand bien de ma santé

Antisioniste 13/02/2013 01:35


@ Athos


Tu me fais toujours rire, oui je te tutois, car comment pourais je vouvoyez quelqu'un comme toi, à qui porthos et d'artagnant ont tourné le dos.


Tu crois vraiement à se que tu écrie, ou bien veuc tu que nous croyons à se que tu radote plus ou moins savament?  Réveille toi mon amis, quoique je me garde d'avoir des amis comme toi.


Tu es à coté de la plaque, mais tu refuse de t'en rendre compte, c'est normal selon les normes que tes Superieurs t'on enseigner, je ne t'en tiens pas rigueur pour ton obeissance exemplaire, loin
de moi tous se fatras.


Mais j'appel, autant que faire se peut, le TOI qui est en le toi que tu a loué, d'une facon ou d'une autre a d'autres; qui se foutent eperdment de ton sort, de regarder les choses tel qu'elles
sont réelement.


Crois tu que ton analyse ou ta vision des choses, est vraiment ton analyse et ta vision propre des chose?


Sans vouloir t'insulter, mais je doute tres fort que tu soi libre d'esprit.

Athos 12/02/2013 15:50


Et pour me faire pardonner ma digression , voilà une bonne analyse de la situation .


Longue discussion ce matin avec PR qui confirme qu'il est un des meilleurs analystes français du Proche-Orient. Et beaucoup des idées ici développées lui appartiennent. Car le Mali est un bon
moyen de passer sous silence la Syrie, où il se passe des choses


1/ Au fond, le Mali est un bon moyen d'oublier l'autre théâtre. En effet, malgré la pression médiatique racontant les progrès des insurgés et la lente dérive du régime, force est de constater
plusieurs choses :


les insurgés marquent le pas même s'ils ont effectué des gains dans le nord. Toutefois, rien qui pour l'instant n'affecte le centre de gravité des Assadiens ni n'entame une réaction en chaîne
d'écroulement du régime.

il n'y a pas eu d'organisation politique de l'opposition qui ne présente donc pas une alternative crédible.

le dit régime tient. Certes, il a eu des pertes mais il faut bien constater que ses troupes fidèles ne se débandent pas, et qu'il a su se réorganiser avec des auxiliaires.

D’ailleurs, il a su reprendre Homs (ou plus exactement, une partie des quartiers de Homs), ce dont les médias n'ont pas parlé. Constatons que l'armée syrienne reprend aujourd'hui
"l’offensive" dans la banlieue de Damas (voir ici)



2/ Ceci est le cadre local du conflit. Mais ça ne suffit pas à expliquer la baisse d'intérêt. Celle-ci est due à deux facteurs. D'une part, la guerre au Mali. En effet, elle a cristallisé le
danger islamiste et donc attiré l'attention sur les radicaux qui se sont greffés au conflit syrien et mènent la danse. Déjà que les Occidentaux n'étaient pas très chauds pour se mouiller, mais
l'absence de solution politique plus la montée en puissance des islamistes expliquent une réticence croissante. Avec un excellent prétexte : nous intervenons au Sahel, on ne peut pas être
partout.


3/ D'autre part, la dégradation en Irak. On ne la remarque pas comme si on y était accoutumé, mais il y a vraiment une radicalisation d'une part de Al-Maliki, d'autre part de la rébellion
sunnite. Et alors que les Arabes sunnites considéraient l'Irak comme perdu, aux mains des Iraniens, ils se disent qu'il y a peut-être une alternative. Car la Mésopotamie, voici le joyau du
Moyen-Orient, bien plus que Damas. Et s'il s'agit de briser l'axe chiite au nord au Moyen-Orient (cf. mon billet où je l'explique), revenir au coin irakien semble à nouveau une option
possible. Ceci explique peut-être le moindre soutien (je n'ai aucun signe pour avaliser cette hypothèse) aux insurgés syriens. On constate de même que d'autres acteurs (Turquie, Russie) se sont
fait discrets ces derniers temps.


4/ Ceci explique probablement l'initiative du chef de l'opposition syrienne, Ahmed Moaz Al-Khatib, qui a évoqué lundi la possibilité de négociations. Possibilité soutenue
par les Etats-Unis, la ligue arabe, la Russie ou M. Brahimi, le médiateur des Nations-Unies. M. Assad n'a pas réagi directement, mais a entrouvert la porte via
les Iraniens (selon les subtiles grammaires de négociations pratiquées en Orient).


5/ Rien ne garantit que cela va déboucher, mais nous sommes dans une situation où les armes ne semblent pas donner l'avantage à un camp ou à l'autre. Ce constat est finalement partagé par chacun,
même si, bien sûr, ils s'en défendent. Il va donc y avoir des négociations, très probablement en sous-main. Et très probablement, les extrémistes de chaque camp vont pratiquer la politique du
pire pour l'empêcher de réussir. Mais le pire n'est jamais sûr....


O. Kempf


http://www.egeablog.net/dotclear/index.php?post/2013/02/07/Et-la-Syrie%2C-au-fait

Athos 12/02/2013 15:44


C'est un peu hors sujet mais tant pis


L’avion furtif iranien Qaher-313 vole… grâce à un logiciel de retouche d’image


Le 2 février dernier, le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad présentait le Qaher-313, un avion furtif figurant parmi “les plus avancés du monde” et “conçu et réalisé par les ingénieurs
iraniens.” Et d’ajouter que cet appareil avait déjà effectué “des milliers d’heures de vol”.


De son côté, le ministre iranien de la Défense, Ahmad Vahidi, a précisé que le Qaher-313 avait été construit avec “des matériaux modernes” (faisait-il référence au coet qu’il disposait d’une
“avionique avancée.”


Il suffit de regarder attentivement les photographies de l’appareil largement diffusées à l’issue de sa présention pour avoir de gros doutes sur la véracité des déclarations iraniennes.


La verrière du cockpit semble être en plexiglas, les entrées d’air ont des dimensions étonnamment réduites de même que la taille du moteur, lequel serait le plus petit jamais imaginé pour un
avion de combat. Par conséquent, il est peu probable que le Qaher-313 puisse disposer de la post-combustion. Et puis que dire d’un avion dont le pilote aurait pratiquement les genoux sous le
menton?


Quoi qu’il en soit, si une vidéo de mauvaise qualité censée montrer le Qaher-313 en vol a été diffusée, l’on n’a vu aucune image de cet appareil en train de décoller ou d’atterrir. Du moins pour
le moment.


Cela étant, des médias iraniens ont montré le Qaher-313 en vol. Et là, l’on se dit que finalement, c’est bel et bien un
avion révolutionnaire car c’est le seul à pouvoir voler avec les rubans “Remove before flight”… En fait, l’image diffusée n’est qu’un photomontage, au demeurant bien réussi. Si ce n’est quelques
détails oubliés.


Les auteurs de cette mystification ont pris ajouté à une photographie du mont Damavand un cliché du Qaher-313 pris lors de sa présentation officielle. Quelques éléments y ont été ajoutés, comme
le pilote (le principal quand même) et un arceau sur la verrière du cockpit, qui est cette fois teintée. Bref, c’était quand même bien tenté.


http://www.opex360.com/2013/02/12/lavion-furtif-iranien-qaher-313-vole-grace-a-un-logiciel-de-retouche-dimage/


C'est un peu meilleur comme source , et en bas à droite vous avez des liens pas mal pour tout ce qui touche aux armées , stratégies...

Athos 12/02/2013 15:34


ça va amener de l'eau à leur moulin.

Archives

Articles récents