Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Syrie : le dirigeant d’une brigade rebelle mange le cœur d’un soldat (vidéo)

Publié par wikistrike.com sur 14 Mai 2013, 15:01pm

Catégories : #Politique internationale

 

Syrie : le dirigeant d’une brigade rebelle mange le cœur d’un soldat

 

 

article-2323858-19c28a56000005dc-582_634x461.jpg

 

Human Rights Watch a examiné une copie originale non éditée d’une vidéo qui montre uncommandant de l’opposition syrienne, de la brigade Omar Al-Farouq, qui mutile puis mange lecœur et le foie du cadavre d’un soldat syrien.

Les images qui ont émergé récemment sur You Tube, sans qu’on puisse en confirmer l’authenticité, montrent un homme identifié par des sources rebelles de Homs (ainsi que par des images de lui dans d’autres vidéos où il portait la même veste noire et les mêmes anneaux sur ses doigts) comme étant un chef rebelle, Abou Sakkar, découpant le coeur et le foie d’un soldat en uniforme.

"La mutilation des corps d’ennemis est un crime de guerre . Mais le problème encore plus grave, c’est la descente très rapide dans la rhétorique sectaire et la violence", a déclaré Peter Bouckaert, représentant d’Human Rights Watch à New-York.

Avec un couteau, l’homme ouvre le torse du soldat mort et sectionne les deux organes avant de les tenir à la caméra et déclarant:

«Nous jurons devant Dieu que nous mangerons vos coeurs et vos foies, soldats de Bachar le chien», dit-il. «Ô, héros de Baba Amr, massacrez les alaouites et découpez leurs coeurs pour les manger».

Sa diatribe est suivie par des "Allahu akbar" (Dieu est grand) de ses camarades,  avant que la vidéo ne s’interrompe brusquement. syrienne et l’Armée syrienne libre devraient prendre toutes les mesures nécessaires pour que ceux qui commettent des crimes de guerre répondent de leurs actes et pour empêcher de tels abus par quiconque se trouve sous leur commandement."

L’organisation basée à New York appelle aussi toute partie le pouvant à "empêcher cette brigade d’obtenir des armes", et renouvelle son appel au Conseil de sécurité de l’ONU pour qu’il saisisse la Cour pénale internationale (CPI) de la situation en Syrie, afin qu’aucun crime ne reste impuni.

 

Pour des raisons évidentes, les images sont floutées:

 

 


Sources : Human Rights Watch / Dailymail / Le Journal du Siècle

Archives

Articles récents