Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Taxe C02 : quand le FMI et la Banque Mondiale veulent quelque chose, l'UE obéit

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 2 Octobre 2011, 09:06am

Catégories : #Politique internationale

Le FMI et la Banque Mondiale reecommandent de taxer les émissions de CO2

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000-.jpgLe Fonds monétaire international et la Banque mondiale recommandent aux pays riches et émergents du G20 de taxer les émissions de CO2 et lescarburants du transport maritime et aérien, dans un rapport obtenu par l'AFP vendredi.

"Des politiques globales de tarification du carbone telles qu'une taxe carbone ou les échanges d'émissions avec mise aux enchères complète des droits à polluer sont largement considérés comme une possibilité prometteuse", ont écrit les deux institutions dans ce rapport. Le rapport avait été réclamé par leG20 à l'issue d'une réunion des ministres des Finances à Washington en avril, pour trouver des financements pour la lutte contre le changement climatique.

Le FMI et la Banque y suggèrent un prix de 25 dollars la tonne de CO2 dans les pays dits de l'Annexe II des accords de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, soit les pays occidentaux, l'Union européenne, le Japon et la Corée du Sud, et l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Ce prix "pourrait permettre de lever environ 250 milliards de dollars en 2020" tout en réduisant d'une dizaine de pour cent les émissions de CO2 par rapport à celles prévues aujourd'hui. Les auteurs considèrent que cela coûterait aux pays concernés "moins de 0,1% du PIB en moyenne".

Le figaro.fr

 

L’Europe veut augmenter le prix du gazole!

 

Un projet de directive prévoit de taxer de façon drastique le gazole à des fins de santé publique. Les constructeurs dénoncent une mise à mort programmée des modèles diesel.

 Diesel.JPG

A l’avenir, un véhicule diesel neuf coûtera jusqu’à 2000 € de plus et le prix du litre de gazole pourrait être moins attractif que l’essence. | (LP/FRÉDÉRIC DUGIT.)  

 

Les voitures diesel sont dans l’œil du cyclone européen. Le Parlement à Strasbourg doit examiner, en novembre, une directive destinée à augmenter la fiscalité sur le litre de diesel. Une épée de Damoclès qui, selon les constructeurs européens, aurait pour effet de détourner les automobilistes de ce type de motorisation en Europe.

 

Pour la Commission, cette mesure s’inscrit dans la lutte contre les émissions de CO2. Selon elle, actuellement, les sources d’énergie les plus polluantes sont paradoxalement les moins taxées. Or, actuellement, le traitement fiscal de l’essence et du gazole en Europe (sauf au Royaume-Uni) est « faussé ». « Alors que le prix hors taxe du diesel est plus élevé que celui de l’essence, cette dernière est vendue plus cher à la pompe », explique la Commission qui entend inverser cette tendance. A terme, le diesel pourrait être taxé de 8% à 15%, selon les pays, de plus que l’essence… Une hausse qui sera répercutée sur le portefeuille des automobilistes.

 

L’achat d’une petite voiture diesel ne serait plus du tout rentable

 

De quoi faire bondir les constructeurs européens qui, depuis une vingtaine d’années, ont misé sur le développement du diesel et redoutent une dégringolade de ce marché. « Les constructeurs européens ont ainsi acquis un avantage sur le marché mondial des moteurs diesel de l’ordre de 75%. Ce sont eux qui ont le plus à perdre », ajoutent les fabricants. En France, le Comité des constructeurs estime que ce changement de fiscalité entraînerait une perte de 20 points de part de marché sur la vente de voitures diesel neuves. Un coup dur alors que le passage à la future norme Euro 6 en 2014 sur la réduction des émissions de C02 et de particules fines (NOX) émises par les voitures diesel va entraîner aussi une hausse des prix importante (de 1500 € à 2000 €) du fait des techniques de dépollution mises en œuvre. L’achat d’une petite voiture diesel ne serait alors plus du tout rentable pour les automobilistes. Seules les grandes berlines parviendraient encore à se vendre.

 La Commission n’en est pas à un coup d’essai. En 2010, elle avait dû faire machine arrière. Un nouveau bras de fer s’engage avec l’Allemagne, la France et la Pologne contre cette réforme qui pourrait déclencher la grogne des automobilistes, des routiers et des agriculteurs.

 

Source: leparisien.fr

Archives

Articles récents