Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Tension maximale - Syrie : Barack Obama perd son sang-froid et traite Vladimir Poutine d'« âne » et de « connard ».

Publié par wikistrike.com sur 7 Septembre 2013, 18:29pm

Catégories : #Politique internationale

Tension maximale - Syrie : Barack Obama perd son sang-froid et traite Vladimir Poutine d'« âne » et de « connard ».

 

 

SAINT-PETERSBOURG, Russie - Vladimir Poutine a, comme tout le monde d'ailleurs, fait du proverbe français « qui dit un mensonge en dit cent », une logique implacable, pour dire non à Barack Obama et sa « guerre humanitaire » -triste oxymore-, en Syrie. Obama prend finalement les autres pour des demeurés. Il veut faire passer le G20 pour une institution internationale avec son communiqué insensé des 11 pays qui sont « pour » pour les frappes. Quelle tâche ! Une vraie passe d'armes a eu lieu à Saint-Petersbourg quand, le mythomane et pousse-au-crime américain, n'arrivant pas à convaincre car, n'ayant aucune preuve de ce qu'il avance, se lâcha. Et dire que ce clown est encore défendu par des négrophiles invétérés. Ambiance. 

obama_putin.jpg
© Inconnu

Dans les méandres de la lâcheté 

Dans la vie de tous les jours, vous remarquerez que, quand un menteur est pris la main dans le pot de confiture, il a deux attitudes: soit, il reconnaît, soit il devient furieux. Ce dernier cas est celui de Barack Obama vis à vis du président russe Vladimir Poutine, dont les propos insultants sont rapportés par Andy Borowitz et leNewYorker ce matin. Le sommet du G20 s'est transformé en cauchemar pour l'Antéchrist Obama qui a lancé contre Vladimir Poutine, un improbable «Tout le monde ici pense que tu es un âne ». 

Le ridicule d'un spectacle abscons 

Selon le NewYorker, les journalistes, surpris par cette manifestation inhabituelle de la part de M. Obama, ont alors eu droit à une tirade de dix minutes du président américain contre son homologue russe. Ce dernier, visage de marbre, a écouté les dérapages de son « ami », sans ciller. Dans cette attaque en règle, violant les règles diplomatiques et se comportant comme un enfant gâté ou un éléphant dans un magasin de porcelaine, il a alors insulté Vladimir Poutine, le traitant même d'âne.

Petit track-back made in Obama 

On assiste à une vraie tragi-comédie :

« Écoutez, je ne parle pas seulement à propos de Snowden et de la Syrie ». 
« Qu'en est-il des Pussy Riot ? Quels sont vos lois anti-homosexuels ? Des comportements d'âne, mon ami. » 
« Si vous pensez que je suis le seul qui pense de cette façon, vous plaisantez. » 
« Demandez à Angela Merkel. Demandez à David Cameron. Demandez au gars turc. Chacun d'entre eux pense que tu es un connard. »

La riposte de Vladimir Poutine 

Pussy Riot (VOIR NOTRE DOSSIER) ? Ces folles à lier ? Snowden, cet héros ? Obama est vraiment devenu fou. Pourquoi n'évoque-t-il pas la peine de mort ou Guantanamo ? Mais, peu de temps après cette performance volcanique de Barack Obama, Vladimir Poutine a publié un communiqué très officiel et laconique, pour se moquer de la sortie de son homologue américain. A la lecture, on comprend qu'il méprise copieusement ce va-t-en-guerre qui ne suit que le calendrier de certains :

« Je devrais avoir peur de cet homme maigre ? Moi je combats de vrais ours. »

 

Et toc ! 


Poutine judo
© Inconnu

L'Empire trouve enfin à qui parler 

Quel goujat cet Obama ! Le mythe du gendre idéal s'effrite. Comme nous le mentionnions dans un billet précédent, Barack Obama, pour intimider Vladimir Poutine, dès son arrivée au G20, avait fait savoir qu'il ne voulait pas s'asseoir à côté de Vladimir Poutine. Une entrée fracassante et pétaradante pour faire passer la pilule de son mensonge. Poutine avait trouvé cette attitude risible. Mais, comme à son habitude, la presse mainstream, pour ne pas faire passer son champion anti-Syrie pour un clown, a fait savoir dans la foulée que ce sont les deux hommes (photo en dessous), qui ne voulaient pas être voisins de table. Une nouvelle arnaque que nous relevons pour montrer comment ces gens rattrapent les bévues de leurs protégés. 

Extrait journal Obama et Poutine G20
© Inconnu

Zut !

 

Source via sott

Archives

Articles récents