Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Trente-six handicapés palestiniens dans les prisons israéliennes

Publié par wikistrike.com sur 6 Décembre 2012, 13:13pm

Catégories : #Politique internationale

Trente-six handicapés palestiniens dans les prisons israéliennes


 

4996772-7461260.jpgLe Centre des études des captifs de la Palestine a confirmé que les occupants sionistes détiennent dans leurs prisons trente-six invalides palestiniens. Ils souffrent de différents handicaps physiques ou psychologiques. Le problème, c’est qu’ils ne reçoivent aucun traitement adéquat à leurs cas. De plus, ils n’ont rien, ni des fauteuils roulants, ni des cannes, rien qui puisse les aider à bouger. Ces Palestiniens subissent la mort lente dans les prisons israéliennes. 


A l’occasion de la journée internationale des personnes handicapées, le 3 décembre, le Centre des études des captifs de la Palestine a publié un rapport sur les détenus palestiniens enfermés dans les prisons israéliennes. Le chercheur Riyad Al-Achqar explique que les occupants sionistes n’épargnent rien ; ils enlèvent des gens invalides de partout, de leurs maisons, de la rue, de leurs lieux de travail. Ils les enferment, leur font subir des conditions très difficiles, faisant fi de leurs conditions spéciales. Ainsi, leurs souffrances sont augmentées et d’autres maladies viennent s’ajouter à ces souffrances. 


Des handicapés kidnappés ! 


Al-Achqar donne des exemples. Nahed Faraj Al-Aqraa a perdu sa jambe droite. La gauche est aussi menacée. Il ne peut se déplacer que sur son fauteuil roulant. Il a été enlevé par les occupants sionistes sur le point de passage d’Al-Karam, lors de son retour de son voyage destiné à lui donner des soins. Malgré son état, les occupants sionistes lui ont fait subir de dures tortures. Puis un tribunal l’a condamné à trois perpétuités ! 


Le Palestinien Khaled Al-Chawich, de la ville de Ramallah, est condamné à dix perpétuités, sans prendre en considération son hémiplégie. 


Puis Mansour Mawqida, 44 ans, originaire du village d’Az-Zawiya, du sous-département de Silfit, a perdu l’usage de la moitié inférieure de son corps. Il est à l’hôpital de la prison d’Ar-Ramla depuis plus de dix ans. C’était lors de son arrestation que les forces sionistes d'occupation l’ont blessé et ont causé sa paralysie. 


Handicaps causés par la torture 


Al-Achqar souligne que des moyens de tortures dures et prohibés ont causé différents handicaps à plusieurs captifs palestiniens. A titre d’exemple, Loay Satti, 35 ans, a été interpellé en avril 2005. Il a été le sujet d’une interrogation très musclée, dans le centre d’Al-Jalma. Il a perdu connaissance à plusieurs reprises. Il a été privé de faire ses besoins naturels pendant quatre jours. L’interrogateur se mettait sur sa poitrine, ce qui lui a causé une paralysie à la jambe gauche. Trois ans plus tard, il a été libéré, mais en avril 2008, il a encore une fois été arrêté et condamné à onze mois de prison. A la fin de cette période, il a été transféré à la "Détention administrative" pour y rester 29 mois. Il a été relâché en août 2010. Un an plus tard, les forces sionistes d'occupation ont investi sa maison, dans le village de Saïda, et l’ont arrêté. 

Il y a aussi le captif Nader Mosalima, 45 ans, de la ville d’Al-Khalil. Il souffre, lui aussi, d’hémiplégie causée par la torture pratiquée durant l’interrogation, par des frappes sur son échine dorsale, par la négligence médicale. Il a perdu l’usage de ses jambes et est obligé d’utiliser un fauteuil roulant pour ses déplacements. 


La négligence médicale 


Des centaines de captifs palestiniens ont des problèmes de santé, note Al-Achqar. Ces problèmes sont causés par les conditions impossibles de leur incarcération. Ils sont enfermés dans des cellules très étroites. Ils sont les sujets d’un mauvais traitement, de frappes, de tortures physiques et psychologiques, et ils manquent de soins. 

Puis il y a des dizaines de cas difficiles qui ont besoin d’opérations chirurgicales ; ils n’ont le droit qu’à un cachet, un calmant. 

Le retard pour recevoir les soins nécessaires a causé à beaucoup de captifs malades des complications souvent très sérieuses, parfois incurables, jusqu’au danger de mort. 


Manque d’appareils 


Al-Achqar confirme que dans les prisons israéliennes, les captifs palestiniens ne trouvent aucun appareil nécessaire à leurs cas : lunettes, prothèses, entre autres. Le problème, c’est que les occupants sionistes ne permettent à aucune association d’en apporter aux détenus ! 


Ainsi, les captifs palestiniens handicapés souffrent à trois niveaux : la captivité, leurs problèmes et le traitement inhumain de leurs bourreaux. 

Nous devons parler aussi du handicap psychologique, causé surtout par l’isolement à longue durée. C’est le cas du captif Fayez Al-Khour, 52 ans, originaire du quartier d’Al-Zaytoun, dans la ville de Gaza. Il est enfermé depuis novembre 1985. Il souffre d’une maladie psychologique très avancée. 

Le Centre des études des captifs de la Palestine appelle enfin les institutions internationales à intervenir et à pratiquer toutes les pressions possibles sur les occupants sionistes afin de libérer ces cas spéciaux et de les laisser aller se soigner à l’extérieur. 

http://www.palestine-info.cc 

 

Commenter cet article

ninine 07/12/2012 07:05


C'est bizarre ça me rappel étrangement quelque chose.....sauf que là, on s'en sert beaucoup moins pour dominer le monde !!! 

eva R-sistons 07/12/2012 05:33


Bonjour


je relaie ce post sur mon blog http://sos-crise.over-blog.com. Faute de temps, je ne peux visiter les sites sauf rares exceptions. Merci aux Administrateurs de ce site de me prévenir comme avant,
lorsqu'une info peut m'intéresser, afin que je la relaie.


Cordialement eva


NB Je vous conseille de relayer ma dernière vidéo auprès des crédules, merci, eva


http://www.dailymotion.com/video/xvdxwi_la-bouffonnerie-du-11-septembre-2001-en-2-mn-r-sistons-video-13_fun#.UMFxQmf1RIU..

Archives

Articles récents