Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Un atelier de fabrication de pigment vieux de 100 000 ans découvert en Afrique du Sud

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 15 Octobre 2011, 14:22pm

Catégories : #Civilisations anciennes

 

Un atelier de fabrication de pigment vieux de 100 000 ans découvert en Afrique du Sud


 283952084_e90fd1ca27_z_0.jpg

 

Par Nicolas Revoy 

 

Il y a 100 000 ans, homo sapiens fabriquait et conservait des pigments d'ocre, une argile colorée contenant un minéral de fer (ci-dessus). Crédits : jipol

 

Un atelier servant à fabriquer de la peinture a été découvert dans une grotte d'Afrique du Sud. Cet atelier était utilisé il y a... 100 000 ans. Une découverte qui éclaire d'un jour nouveau les facultés cognitives de nos ancêtres.

C'est au fond de la grotte de Blombos, en Afrique du Sud, que le préhistorien Christopher Henshilwood, chercheur à l'Université de Witwatersrand (Johannesburg, Afrique du Sud), a fait une étonnante découverte. Celle d'un atelier qui servait à fabriquer des pigments ocres... il y a 100 000 ans ! Si l'on savait déjà qu'Homo sapiens utilisait des pigments à cette époque, cette nouvelle découverte montre qu'il était aussi capable de produire et de conserver ces pigments. Ce qui vient confirmer l'étendue de ses capacités cognitives dès cette époque. Ces travaux ont été publiés le 14 octobre 2011 dans la revue Science.

Quels sont les éléments mis au jour par Christopher Henshilwood dans la grotte de Blombos ? Tout d'abord, il y a deux coquilles d'ormeaux (des mollusques marins à coquille unique), dans lesquelles du liquide contenant de l'ocre, du charbon et des bouts d'os a été retrouvé. Détail important : étant donné que ces coquilles sont naturellement munies de trous, lesquels permettent à l'ormeau de respirer, les chercheurs pensent que ces coquilles ont été volontairement bouchées par leurs utilisateurs, afin que le liquide ne s'écoule pas. Un indice supplémentaire montrant que nos ancêtres étaient capables d'actions mûrement planifiées dès cette époque.

Un processus de fabrication très sophistiqué

 

Mais ce n'est pas tout. Car les chercheurs ont aussi retrouvé sur le lieu des pierres de quartz qui ont vraisemblablement servi de marteaux et de meules permettant de réduire les pigments d'ocre en fine poudre. Un agitateur en os, permettant de remuer la mixture dans les coquilles d'ormeaux a également été mis au jour.

Autant d'éléments qui permettent de reconstituer le probable processus de fabrication de la peinture. D'abord, la transformation de l'argile ocre en fine poudre rouge, grâce aux marteaux et aux meules. Puis la poudre ainsi produite était versée dans les coquilles d'ormeaux (dont les trous avaient été préalablement bouchés), où elle était alors mélangée à du liquide (peut-être de l'eau, selon les chercheurs), de petits bouts d'os ainsi que du charbon. Au terme de ce processus, les habitants de la grotte de Blombos obtenaient donc un liquide de couleur ocre.

L'usage des pigments ocre reste mystérieux

 

Quel était l'usage de cette peinture ocre ? Sur ce point, le mystère demeure. Christopher Henshilwood et son équipe font plusieurs hypothèses. L'une d'elle suggère que cette peinture était appliquée sur la peau. Des maquillages qui auraient eu une visée rituelle, ou bien simplement esthétique. Cette hypothèse est d'ailleurs renforcée par de précédentes découvertes, comme la mise au jour en 2009 de parures en coquillage remontant à -80 000 ans.
Mais Selon les auteurs de l'étude, cette peinture ocre aurait aussi très bien pu servir à dessiner sur les parois des grottes.

Quoi qu'il en soit, cette découverte confirme l'étendue des facultés cognitives de nos ancêtres il y a 100 000 ans. Elle montre en effet que Homo sapiens était capable de planifier une série d'actions étalées dans le temps, afin d'atteindre un objectif final.

 

source : le journal de la science

 

Archives

Articles récents