Un chercheur découvre un cercueil égyptien très rare dans un musée anglais


Un cercueil égyptien extrêmement rare appartenant probablement au fils d'un roi ou d'un très haut fonctionnaire, a été «découvert» au musée de Torquay par un archéologue de l'Université de Bristol.


cercueil_egyptien.jpeg



Le Dr Aidan Dodson, chercheur principal au Département d'archéologie et d'anthropologie de l'Université de Bristol a fait la découverte alors qu'il travaillait sur un projet à long terme visant à cataloguer tous les cercueils égyptiens dans les musées provinciaux d'Angleterre et du Pays de Galle.

"j'ai réalisé que le cercueil avait quelque chose de vraiment spécial..."


Le Dr Dodson explique ainsi: "Quand je suis entré dans le musée de Torquay pour la première fois, j'ai réalisé que le cercueil avait quelque chose de vraiment spécial. Non seulement il était d'une conception dont il n'existe probablement qu'un seul autre exemple au Royaume-Uni, mais il était d'une qualité était exceptionnelle."

Le cercueil est taillé dans une pièce de bois de cèdre et est finement sculpté, incrusté et peint. Pour qu'un enfant ait eu quelque chose comme cela, il doit avoir eu des parents très important - peut-être même un roi et une reine. Malheureusement, la partie de l'inscription nommant le garçon et ses parents est tellement endommagée que l'on ne peut en être certain.


Un cercueil 1000 ans plus vieux que la momie à l'intérieur.

En effet, l'inscription avait été re-travaillée à un moment donné pour un nouveau propriétaire - un garçon momifié il y a 2500 ans, anonyme mais ayant reçu le nom dePsamtek par ses gardiens actuels. «Psamtek» a en fait près de 1.000 ans de moins que le cercueil lui-même.

Les secrets du jeune garçon momifié avaient été sondés au scanner à l'hôpital Torbay en 2006 afin de tenter de déterminer son âge et la cause du décès. Il avait été découvert qu'il avait entre trois et quatre ans, mais il n'y avait pas de signes évidents de la cause du décès.

«Psamtek», la seule momie humaine du comté, a capturé l'imagination de milliers de visiteurs curieux. Mais aujourd'hui, c'est son propre cercueil qui lui a volé la vedette, lorsque l'on s'est aperçu qu'il avait près de 1000 ans de plus que le corps qu'il contenait.

Une enquête plus approfondie a révélé qu'il a pu ainsi avoir été fait pour un jeune membre de la royauté plus d'un siècle avant l'époque du célèbre jeune roiToutankhamon.


Fabriqué quelque part entre 1525 et 1470 avant JC.

Le conservateur du musée, Barry Chandler, a déclaré: "C'est une découverte extraordinaire et cela signifie que le cercueil est désormais la pièce la plus spectaculaire dans toute notre collection. C'est extrêmement rare - même le British Museum n'en possède pas de tel".

Le cercueil et son contenu ont été donnés au musée en 1956 par Lady Winnaretta Leeds, fille de l'héritier de la machine à coudre Singer à Paris. Fascinés par l'égyptologie, Lady Leeds a voyagé de nombreuses fois au Moyen-Orient. C'est durant une de ses visites dans les années 1920 qu'elle aurait acheté le cercueil et la momie.

M. Chandler a déclaré que le musée a toujours cru que le cercueil n'avait pas son contenu d'origine et qu'il avait été réutilisé: "Nous avons pensé que le cercueil pouvait avoir 200 ans ou plus, mais nous n'avons jamais réalisé qu'il avait réellement été fait entre le règne d'Ahmosis I et les premières années du règne deThoutmosis III; donc quelque part entre 1525 et 1470 avant JC. Non seulement il a gagné énormément en âge, mais il revient à l'une des dynasties égyptiennes les plus célèbres."

Le cercueil est recouvert de lin imprégné de plâtre. Essentiellement peint en blanc, il a un visage peint en rouge - indiquant un mâle - et les yeux sont fabriqués à partir de verre volcanique et de calcaire montés en bronze. Plus bas, "parfaitement modélisés", les genoux sont une autre des caractéristiques qui indiquent que le cercueil doit avoir contenu à l'origine une personne importante - que ce soit l'enfant d'un pharaon ou la progéniture d'un haut fonctionnaire.

Source 

Tag(s) : #Civilisations anciennes
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog