Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Un eurodéputé demande que la liberté de la presse soit limitée au Parlement européen

Publié par wikistrike.com sur 2 Juillet 2013, 20:18pm

Catégories : #Politique internationale

 

 

Un eurodéputé demande que la liberté de la presse soit limitée au Parlement européen


Miroslav Ransdorf 

L’eurodéputé Tchèque Miroslav Ransdorf a réclamé au président du Parlement européen, Martin Schulz, de contrôler les journalistes qui se présentent à l’entrée du Parlement Européen.

 

Ransdorf est l’un des deux députés européens qui ont été discrédités par le journaliste Tom Steel du site Geenstijl qui les a interrogés à leur sortie du Parlement Européen en fin d’après-midi pour leur demander les raisons de leur présence pour seulement quelques minutes au parlement européen, alors qu’ils venaient de signer pour toucher leur indemnité de présence de 306 euros par jour.

Tom Staal, l’animateur hollandais de GeenStijl TV, s’était rendu aux parlements européens de Strasbourg et de Bruxelles en compagnie du député européen Daniël van der Stoep. Dans cette vidéo, l’animateur avait montré l’arrivée au Parlement aux environs de 18 heures des députés européens Miroslav Ransdorf, du Parti Communiste de Bohème et de Moravie, et Raffaele Baldassarre, du parti italien Il Popolo della Liberta.

Questionnés par l’animateur sur les raisons de leur présence furtive dans le bâtiment, les députés se sont tous les deux emportés, et ont repoussé violemment son micro.

Dans sa lettre au président Martin Schulz, Ransdorf insinue que l’intervention de Geenstijl « fait peut-être partie d’une campagne contre le Parlement et ses membres individuels». Il propose que l’on protège mieux l’espace situé juste devant le Parlement, en vue de l’élection de 2014.

Au cours d’une conférence de presse, le Président du Parlement européen, Martin Schulz, a été questionné par un journaliste concernant l’incident qui s’était déroulé au parlement avec les deux députés. Le journaliste a demandé s’il était question de contrôler les activités de ces deux politiciens pour vérifier les allégations de Tom Steel.

«C’est sûr que nous ne poursuivrons pas ce journaliste. Concernant la qualité de journaliste, il s’agit de quelque chose de discutable, c’est certain. Je connais la société et à mes yeux la qualité de cette entreprise est relativement limitée. Si des membres du Parlement européen et leur comportement ne sont pas compatibles avec la règles du Parlement Européen, si c’est le cas, j’interfère directement en tant que président du Parlement européen, c’est clair », a répondu Schulz.

Le site Geenstijl a lui-même adressé un courrier à Schulz pour lui notifier qu’il avait porté plainte contre les deux députés européens au sujet de l’incident :

«En plus de la violation des principes de base, M. Ransdorf et M. Baldassarre ont montré un manque flagrant de respect pour les journalistes et la liberté de la presse en agressant verbalement et en menaçant physiquement M. Steel.

Il en a résulté des images de vidéo plutôt lamentables qui nuisent à une institution telle que l’Union européenne, qui prétend à la fois permettre un accès complet à la presse et protéger la liberté de la presse en Europe. Vous conviendrez certainement que ce type de conduite par des membres du Parlement européen est indigne d’une institution qui se targue d’un Prix Nobel de la Paix ».

Mais le journaliste Tom Staal n’est pas le seul à avoir observé ces comportements au sein du Parlement Européen. En 2008, le reporter Thomas Meier de RTL Allemagne avait fait un reportage sur la paie journalière des députés du Parlement européen.

Dans son reportage, on y voit que des députés viennent le vendredi vers 7 heures du matin dans le bâtiment du parlement pour se faire enregistrer sur les listes de présence leur permettant de toucher l’indemnité journalière de 284 euros ( prévue pour chaque journée de session parlementaire ), avant de partir immédiatement, valise à la main. Ils touchent ainsi l’indemnité de façon illégale, étant absents.

En 2011, le Sunday Times avait piégé des députés européens grâce à des reporters du journal qui se sont présentés comme des lobbyistes, leur proposant de les payer 100 000 euros par an en échange d’amendements qu’ils pourraient faire adopter.

Sources : Express.be / Geenstijl / Dailymotion / Youtube / Le Journal du Siècle

Archives

Articles récents