Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Un poisson-zèbre fluorescent pour observer la pollution

Publié par wikistrike.com sur 22 Avril 2012, 15:04pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Un poisson-zèbre fluorescent pour observer la pollution

 

un-specimen-de-poisson-zebre-credits-azul-wikipedia_46674_w.jpgDes scientifiques ont créé un nouveau poisson-zèbre. Fluorescent, celui-ci permet de s’intéresser et de mesurer l'impact de la pollution sur la vie marine mais également chez les êtres humains dont l'environnement contient de plus en plus de produits chimiques.

Le poisson-zèbre est particulièrement sensible aux produits chimiques qui jouent sur son système de reproduction (en affectant les œstrogènes). Pour tester plus avant la sensibilité du poisson à différents produits chimiques, une équipe de l'Université d'Exeter au Royaume-Uni a ainsi doté des poissons-zèbres d’un système génétique qui amplifie la réponse de ces mêmes produits. Cela se traduit par une lumière fluorescente verte.

Grâce à cette technique, les chercheurs peuvent voir quelles sont les parties du poisson qui réagissent aux polluants tels que l'éthinylestradiol utilisé dans les pilules et le traitement hormonal substitutif, le nonylphénol utilisé dans les peintures et les détergents et le bisphénol A qui se trouve dans de nombreux plastiques. Ainsi, le BPA, par exemple, a éclairé le cœur de l’animal. Mais, plus surprenant, certaines réactions ont été constatées dans des tissus qui ne sont pas connus pour être affectés par les produits chimiques, y compris le muscle squelettique et les yeux. "C'est un développement très excitant dans l'effort international visant à comprendre l'impact des produits chimiques œstrogéniques sur l'environnement et la santé humaine", explique le coauteur de l'étude, Charles Tyler cité par Canoë.ca.

"Ce poisson-zèbre nous donne une vision plus globale que jamais des effets potentiels de ces perturbateurs hormonaux sur le corps que sont les produits chimiques", ajoute t-il. "En étant capables de localiser précisément où différents oestrogènes environnementaux agissent dans le corps, nous serons en mesure de cibler plus efficacement les effets de ces substances chimiques. Bien qu'il ne s'agisse que d'un début, nous sommes confiants que notre modèle de poisson-zèbre peut nous aider à mieux comprendre la façon dont le corps humain réagit à ces polluants", conclut M. Tyler.

 

Source: Maxisciences

Archives

Articles récents