Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Un traitement aux antidépresseurs augmente le risque d’avoir un accident de la route

Publié par wikistrike.com sur 12 Septembre 2012, 18:44pm

Catégories : #Santé - psychologie

 

 

Comment les antidépresseurs peuvent mettre fin à votre vie ?

 

carevox.jpgDes nouvelles recherches ont montré qu’il y a plus de chance d’avoir un accident de la route lorsqu’on est sous traitement avec des médicaments anti-anxiété comme les antidépresseurs et les anxiolytiques.

Un traitement aux antidépresseurs augmente-t-il le risque d’avoir un accident de la route ? 

Dans les grandes lignes, voilà donc les enseignements à tirer des études menées en France sur la prise des médicaments et la probabilité d’accident de la route. Le risque d’avoir un accident de la route est plus élevé chez les personnes qui prennent des antidépresseurs, selon les résultats de cette étude publiée dans le Journal of Clinical Psychiatry. Mais une analyse plus approfondie montre que c’est les risques d’accident augmentent au début du traitement, ou lorsque la prescription est changée. 

Mais pourquoi le phénomène est-il limité aux médicaments anti-anxiété ?

Bien que ces médicaments soient très efficaces pourvaincre l’angoisse et l’anxiété, Il faut savoir que ces médicaments entrainent des effets secondaires dangereux qui diminuent l'attention et les réflexes, c’est la raison pour laquelle, il faut impérativement faire attention lors d’un début de traitement, ou en cas de changement de prescriptions.

Nous savons très bien que les antidépresseurs et les anxiolytiques sont nécessaires dans le traitement des crises d’angoisse. Mais Le début d’un traitement est une étape d’acclimatation du corps à un nouveau médicament où ces effets indésirables ont le plus de chances de se faire sentir. En cas de changement de la prescription il y a de nouveau une période d’adaptation. Ce changement peut aussi être lié à une aggravation de la dépression. 

De nombreux médicaments diminuent l’attention et les réflexes des conducteurs sur la route :anxiolytiques, somnifères, antidépresseurs… Les trois pictogrammes mis en place par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ex-Afssaps) –jaune, orange ou rouge- donnent un niveau de risque basé sur des résultats d'essais cliniques ou des travaux en laboratoire. Cependant, comme le précise Emmanuel Lagarde, « une étude épidémiologique spécifique était nécessaire pour évaluer la pertinence de ces pictogrammes ». D’où le lancement en 2003 de l’étude Cesir-A, qui s’appuie sur les données recueillies par la police sur les accidents de la route entraînant des dommages corporels, et les données de l’Assurance maladie.

Comment différencier les effets de la maladie et ceux des traitements ?

« L’une des grandes difficultés de ce type de recherche est de pouvoir faire une différence entre les effets de la maladie elle-même de ceux des traitements dans le risque d’accident, ce qui n’est pas évident » expliqueEmmanuel Lagarde. Des études utilisant des simulateurs de conduite suggèrent en effet que la dépression est liée à une baisse de l’attention et à de moins bons réflexes. Et qu’à l’inverse les antidépresseurs améliorent ces performances.

Pour y voir plus clair, les chercheurs de Bordeaux ont eu recours à « une méthode statistique qui permet de se débarrasser des effets de la pathologie ». Pour cela, il faut pouvoir comparer pour un même conducteur le risque de provoquer un accident de la route avec ou sans médicament. Ce qui implique de disposer d’un grand nombre de cas : leurs calculs portent déjà sur plus de 70.000 conducteurs impliqués dans un accident entre 2005 et 2008 – et la base continue à s’élargir. L’étude porte sur tous les médicaments considérés comme dangereux pour la conduite. 

 

Source: Carevox

Commenter cet article

Laurent Franssen 13/09/2012 21:05


L'article attire comme souvent, notre attention sur

l'appat du gain ,

faible méprise. 

Liberté 13/09/2012 16:10


Au dela du débat sur l'utilité des anti-depresseur, le risque en cas de conduite sous l'effet de ces produits est clairement indiqué sur les boites.
Si ils l'indiquent, c'est qu'il y a danger, donc je ne voit pas trop l'interêt de l'article sur le coup. 

Laurent_franssen 13/09/2012 15:59


Cela crée aussi un problème dans les règles,

la plupart des médicaments décrits ici et apparament consomé en masse sont accompagnés d'une interdiction légale ( entre autres ) de conduire une auto-mobile.

Les "puissants"
friands
de ce genre de "bonbon" ont résolu le problème ainsi : Ils se payent des chauffeurs.

aude 13/09/2012 05:14


Et ils ne servent à rien... toutes les dépressions ont une cause, si on ne trouve comme réponse que la chimie, on ne risque pas de régler beaucoup de problèmes... Il faut dire celà fait
le bonheur de l'industrie pharmaceutique. 

Archives

Articles récents