Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Un vaccin contre la grippe qui protège à vie ?

Publié par wikistrike.com sur 3 Décembre 2012, 16:01pm

Catégories : #Santé - psychologie

Un vaccin contre la grippe qui protège à vie ?

 

Des chercheurs allemands développent actuellement un vaccin d’un nouveau type qui protégerait contre une souche grippale pour de très longues années, voire à vie. Au lieu d’utiliser directement les antigènes, il a recours à l’ARN messager…

 

Tous les ans, c’est la même rengaine : tout le monde (mais prioritairement les personnes à risques) est convié à subir une injection en prévention de la grippe saisonnière. Et si on pouvait l’éviter avec quelques vaccins administrés durant l’enfance ? C’est le projet de chercheurs allemands de l’institut Friedrich-Loeffler qui développent actuellement un vaccin d’un nouveau type contre la grippe.

 

D’ordinaire, on immunise les patients en leur injectant deux protéines : l’hémagglutinine et la neuraminidase, les fameux H et N qui servent à définir les souches virales (H5N1, H1N1 par exemple). Ces antigènes se retrouvent naturellement à la surface du virus et stimulent la réponse immunitaire par la production d’anticorps spécifiques.

 

Cependant, les délais de production sont longs. Même si l’Organisation mondiale de la santé (OMS) arrive à prévoir à l’avance la souche grippale qui circulera l’année suivante, il faut 6 mois dans des œufs de poule pour produire des stocks suffisants de vaccin. Une erreur de l’OMS serait préjudiciable pour les laboratoires pharmaceutiques. Tout dernièrement, un nouveau procédé vient d’être validé : à base de cellules animales en culture, il réduit ces délais à 10 semaines.

 

De l’ARNm pour stimuler l’immunité

 

Mais on pourrait faire encore mieux. Dans Nature Biotechnology, les scientifiques allemands suivent la piste d’un vaccin à base d’ARNm. Cette structure est l’intermédiaire entre l’ADN et les protéines. Ainsi, au lieu d’injecter directement hémagglutinine et neuraminidase, les auteurs inoculent l’ARNm qui, une fois traduit par la machinerie cellulaire, aboutit à ces deux antigènes. Le système immunitaire va donc réagir à ces protéines étrangères et s’armer contre toute menace.

 

 RTEmagicC_virus-grippe-virion-MET_Cynthia_Goldsmith-CDC-DP_.jpg

Le virus de la grippe existe sous de très nombreuses formes. Chaque année, une nouvelle souche se répand et cause une épidémie qui tue des dizaines de milliers de personnes dans le monde, principalement de très jeunes enfants et des personnes âgées, au système immunitaire peu efficace. © Cynthia Goldsmith, CDC, DP

Les avantages sont nombreux : au lieu de ne stimuler que la réponse immunitaire innée à base d’anticorps, ce vaccin active aussi plus amplement l’immunité adaptative, qui fait intervenir des lymphocytes et autres médiateurs cellulaires. Ainsi, la protection est rapide et surtout plus durable. D’autre part, les délais de production à grande échelle se limitent à 6 à 8 semaines, donc moins que les techniques utilisées actuellement, laissant plus de marge pour réagir face à l’imprévu. Enfin, le produit se présente sous la forme d’une poudre lyophilisée qui ne nécessite pas un stockage en milieu réfrigéré, comme beaucoup de vaccins.

 

En revanche, un tel traitement préventif présentait jusque-là un défaut important : de précédents essais montraient que l’ARN est dégradé très vite après l’injection dans le sang. La firme pharmaceutique CureVac semble avoir trouvé la parade. Combiné à une protéine appelée protamine, l’ARNm est protégé et peut atteindre sa cible. Ce processus fait actuellement l’objet de tests cliniques, l’entreprise ayant développé des vaccins contre les cancers du poumon et de la prostate.

 

Un jour, des vaccins obligatoires contre la grippe ?

 

Ce traitement préventif contre la grippe a été essayé chez l’animal. Souris, furets et cochons ont présenté très rapidement une immunité forte contre une souche saisonnière ainsi que contre la grippe aviaire H5N1, et ce quel que soit l’âge des individus. La prochaine étape devrait consister à évaluer l’efficacité chez l’Homme.

 

À terme, l’idée serait de vacciner les enfants contre les différentes souches grippales, en attendant qu’un laboratoire développe enfin un vaccin universel contre la grippe. Les virus sont soumis à des mutations, mais une telle politique de prévention diminuerait fortement l’importance des épidémies, qui font des dizaines de milliers de victimes dans le monde chaque année.

 

Source: Futura-Sciences

Commenter cet article

Arlette 18/12/2012 23:40


La Canadienne GHISlaine Lanctôt 12/09/2009 - sur les vaccins ! Elle avait écrit un Livre : La mafia Médicale.


Un exemple - comparaison : elle a une fille - elle a peur qu'elle se fasse violer - donc, elle va  l'immuniser : un petit viol atténué : "c'est un
vaccin".


http://www.dailymotion.com/video/xak781_ghislaine-lanctot-12-septembre-2009_news


par la Journaliste Autrichienne Jane BURGERMEISTER.

Toto 18/12/2012 21:52


Enfin je ne sais pas qui ils sauveront, car les pays ou il y a le plus de victimes sont sûrement ceux où ils n'auront pas les moyens de se payer le vaccin. Un peu comme aujourd'hui. J'imagine
dnoc il y aura presque autant de victime qu'avant.

Arlette 05/12/2012 17:28


Méfaits des VACCINS :


http://vaccinh1n1.blog.kazeo.com/

Archives

Articles récents