Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Une boucherie humaine pour promouvoir un jeu de zombies

Publié par wikistrike.com sur 4 Octobre 2012, 10:30am

Catégories : #Insolite - étrange et bêtise humaine

 

Resident Evil 6 fait sa promo en ouvrant une boucherie humaine

 

resident-evil-6.jpg

Resident Evil 6 est-il si décevant que certains veulent nous le faire croire ? En attendant notre test, nous vous proposons de découvrir la campagne de pub mise en place par Capcom pour vanter les mérites de son jeu. On vous prévient : c’est loin d’être ragoûtant ! 

Et bon appétit, bien sûr ! Capcom a fait son petit effet en lançant à East London une boucherie temporaire, servant… ce qui ressemble fortement à des morceaux de viande humaine. Le tout est évidemment à prendre au 15ème degré, puisque Capcom, avec cette initiative, sponsorise une installation du Smithfield Meat Market. Nommée « Wesker & Son Resident Evil Human Butchery », cette pseudo-boucherie aligne sur ses étalages des morceaux de viande qui feraient presque tourner de l’oeil : il est question d’oreilles humaines, de pieds, de bras, de têtes, et même d’yeux, pour les plus téméraires ! En réalité, il s’agit le plus souvent de viande de porc assemblée. Petit plus : il est possible de l’acheter.

Comme le souligne le site Neatorama, les bénéfices des ventes de viande seront reversés à Limbless Association, une association qui va aider les amputés et les personnes ayant perdu un membre.

Mais entre nous, auriez-vous envie de goûter aux morceaux de viande proposés dans cette boucherie ?

 

Source: Gizmodo

Commenter cet article

nostra 04/10/2012 16:05

C'est plutôt l'inverse, la mode zombie actuelle est destinée à tous nous préparer à une belle boucherie. Et Bachar El Assad à côté sera un amateur : http://www.youtube.com/watch?v=n50B4ignyCc

barbalala 04/10/2012 14:27


c'est moche tout ça, franchement avec des ondes négatives pareilles tout autour de nous, pas étonnant que le monde soit si mal en point. Les gens se complaisent dans l'horreur et le dégueu, aussi
bien la boucherie humaine que le texte de Swift; les humains feraient mieux de créer de belles choses et d'essayer de faire un peu de bien autour d'eux au lieu de perdre leur temps à se masturber
le cerveau avec des trucs immondes... à bon entendeur, salut!

pygar 04/10/2012 12:43


Modeste proposition : pour empêcher les enfants des pauvres en Irlande d’être à la charge de leurs parents ou de leur pays et pour les rendre utiles au
public
Jonathan Swift,





Jonathan Swift (1667-1745)
Ecrivain irlandais d’origine anglaise. Pour nombre d’entre nous le nom de Swift est lié à des souvenirs de lectures d’enfants " les voyages de Gulliver " dont nous avons retenu l’aspect
fantastique, or Swift est avant tout un immense satiriste de son époque. Les voyages de Gulliver étaient à l’origine une critique des mœurs de son époque. Swift produira un grand nombre de
pamphlets notamment à l’encontre de la pédanterie littéraire " la bataille des livres ", de la pédanterie religieuse ainsi qu’au sujet des abus politiques de l’Angleterre vis à vis de l’Irlande.
Défenseur de la cause du peuple irlandais, il est considéré par celui ci comme un héros national.


Modeste proposition
Ce texte d’une ironie terrible, suggère aux familles pauvres irlandaises de vendre leurs enfants d’un an comme nourriture aux riches, afin qu’une charge économique devienne pour elles un profit
général. Ce texte est immensément cruel et drôle, Swift y adopte la posture d’un honnête homme éclairé qui cherche une solution à la pauvreté de son pays. Il part d’un tableau réaliste et plein
de compassion mettant en scène des femmes mendiant dans la rue toutes entourées d’une myriade d’enfants. Première séquence où le tableau ainsi dépeint amène le lecteur à s’identifier au
narrateur. Rapidement le propos devient douteux, par le choix du vocabulaire pour nommer les pauvres qui deviennent " des sauvages " puis franchement odieux par le projet révélé. Ce qui rend ce
discours odieux est bien entendu le fait qu’on y propose comme solution à la pauvreté la vente de bébés comme produits " commercialisables " mais également par le fait qu’il contient un grand
nombre de justifications relevant de différents registres : scientiste, pédagogique, économique, social. C’est un véritable programme économique : la vente des bébés d’un an ne coûte
presque aucun investissement de départ, il rapporte de l’argent aux familles. Le marché des bébés nécessitera des infrastructures : construction d’abattoirs. Possibilité d’en tirer des
produits dérivés : bottines et gants pour gentilshommes. La chair de bébé étant un met raffiné, proposé en auberge il est un magnifique produit d’appel : relance le tourisme. Par
ailleurs ce commerce comporte tout un pan social, en effet il élèvera les pauvres à des mœurs plus civilisés : la pratique du mariage, les maris soucieux de préserver la santé de leurs
femmes se montreront plus tendres avec elles, surtout en période de grossesse et d’allaitement ! Les propriétaires, assurés de pouvoir être payés se montreront plus avec leurs employés.
Enfin le narrateur va jusqu’à proposer différents modes de cuisson…


Lorsque l’on m’a mis ce texte entre les mains, je n’ai cessé durant toute la lecture de penser à l’intervention d’Alain Marchand lors de la cession de formation à Béziers, et plus encore à la
cassette vidéo " Who’s Counting " où la députée Australienne Marilyn Waring, dénonce le mode de gestion de l’économie libérale : Etre femme au foyer cela ne compte pas, se prostituer cela
compte, la création d’un jardin potager cela ne compte pas, la vente d’armes cela compte etc. Tout ce qui produit de l’argent compte, quelles que soient les conditions de productions et ce que
ces modes de productions engendrent pour l’humanité. 2003-1729 =271 ans, Swift dénonce le système libéral et ce qui fait la force de ce texte, est que cette dénonciation se fait par
détournement : il s’en approprie toute l’argutie, pour l’appliquer à un nouveau produit : le nourrisson d’un an. On voit ici comment le système libéral est capable de produire un
discours éthique et social légitimant.

Stanislas Bauer 04/10/2012 12:34


Yabon !

Archives

Articles récents