Une bulle magnétique pourrait protéger les vols habités vers Mars

 

Les futures missions interplanétaires habitées devront faire face aux dangereuses radiations solaires. Contrairement à ce que l’on pensait il y a encore quelques années, des mini magnétosphères efficaces pourront équiper les vaisseaux habités naviguant, par exemple, entre la Terre et Mars.

Le Soleil est capable de terribles éruptions libérant des flots de particules chargées traversant les espaces interplanétaires. On connaît bien l’exemple desélectrons tueurs qui menacent à chaque colère du Soleil les satellites en orbiteautour de la Terre.

Heureusement pour la vie terrestre, notre planète est en grande partie protégée, par son champ magnétique, des radiations et des particules émises par notreastre, potentiellement mortelles. Lorsque les astronautes du projet Apollo sont partis vers la Lune, ils ne pouvaient plus bénéficier du bouclier magnétique protecteur que constitue notre magnétosphère. Toutefois, comme la durée des missions n’était que d’une semaine environ, le risque que survienne un orage solaire était minime. Il en serait tout autrement pour une mission habitée en direction, par exemple de la planète Mars, qui devrait durer presque 18 mois.


Cliquez pour agrandir. Une image d'une éruption solaire. Crédit : Soho/EIT Consortium/Esa/Nasa

Un cocon magnétique de quelques centaines de mètres suffirait...

Le problème n’est pas nouveau et une solution avait été envisagée dès les années 1960. Il suffirait d’équiper les vaisseaux partis pour un lointain voyage d’une petite magnétosphère artificiellement générée et dont les champs magnétiques dévieraient les particules chargées des espaces interplanétaires.

Mais d'après les calculs effectués à l’époque, cette bulle magnétique protectrice aurait dû mesurer au moins cent kilomètres de diamètre. Voilà qui imposerait la construction d’un immense vaisseau spatial équipé de puissantes bobines magnétiques et d’une source d’énergie conséquente, comme probablement un grand réacteur nucléaire voire thermonucléaire, c'est-à-dire utilisant la fusion contrôlée.


Cliquez pour agrandir. Un zoom sur une éruption solaire avec la Terre à l'échelle. Crédit : Soho/EIT Consortium/Esa/Nasa

La bonne nouvelle vient de tomber. Des simulations numériques effectuées par un groupe de chercheurs de l’université de Lisbonne collaborant avec d’autres du Rutherford Appleton Laboratory et des universités de York et Strathclyde ont fourni un résultat très différent. Une bulle magnétique de quelques centaines de mètres de diamètre seulement serait suffisante.

Mettant à profit plus de 50 ans d’expertise dans le domaine de la recherche sur la fusion contrôlée, des chercheurs du Rutherford Appleton Laboratory menés par le Dr Ruth Bamford ont même réalisé une véritable expérience simulant l’impact du vent solaire sur le champ magnétique d’une mini magnétosphère. Les résultats ont été conformes à ce que prédisaient les simulationsnumériques.

On peut donc espérer que le bouclier magnétique équipant le vaisseau Pégase dans la remarquable émission de la BBC, Voyage To The Planets And Beyond, sera un jour une réalité.

Source: Futura-Sciences

Tag(s) : #Astronomie - Espace
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog