Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Une enseignante soupçonnée d’avoir attaché un enfant de 3 ans à sa chaise

Publié par wikistrike.com sur 14 Janvier 2013, 19:42pm

Catégories : #Social - Société

Une enseignante soupçonnée d’avoir attaché un enfant de 3 ans à sa chaise

 

 

 

les-maternelles-d-excelence-pour-l-express.jpgUne mère de famille accuse une institutrice remplaçante d’avoir attaché son fils à sa chaise pour le punir. L’accusée, qui a plus de 20 ans d’expérience, nie les faits. Des enquêtes policière et administrative sont en cours.

Une punition démesurée? Des enquêtes policière et administrative sont en cours pour savoir si une enseignante a attaché un enfant de trois ans et demi à sa chaise dans une maternelle de Narbonne pour le punir, comme l’affirme la famille, a-t-on appris auprès de la justice et de l’Education nationale lundi.

La mère de l’élève accuse cette professeure des écoles, qui remplaçait l’institutrice titulaire en charge de la classe des tout-petits à la maternelle Charles-Perrault, d’avoir ainsi puni son enfant la semaine passée pour une bêtise et parce qu’il était « un peu agité ». L’institutrice serait alors allée chercher une corde dans la classe de jeu et « elle a attaché mon fils à sa chaise alors qu’il lui demandait, en pleurant, de ne pas le faire », a raconté la mère de l’enfant dans la presse locale. Cela « a duré une à deux minutes, mais c’est très long pour un enfant », a-t-elle ajouté.

Démêler le vrai du faux

Elle aurait appris les faits par l’intermédiaire d’un autre enfant qui aurait rapporté la scène à ses propres parents. L’enseignante mise en cause, décrite par l’Education nationale comme une professionnelle ayant plus de 20 ans d’expérience et intervenant en remplacement de ses collègues absents, a contesté les faits. L’enfant a été menacé d’être puni, mais il n’a pas été attaché, s’est-elle défendue auprès de l’administration.

La police essaie de démêler les versions et les témoignages. Elle s’est rendue lundi à l’école pour des constatations matérielles hors la présence des enfants, a précisé le procureur de Narbonne, David Charmatz. Les témoins devraient être entendus mardi, avant une éventuelle audition de la mise en cause au cours de la semaine, a-t-il dit.Il ne s’est pas prononcé sur le bien-fondé des accusations portées contre l’enseignante, mais le parquet prend l’affaire « très au sérieux ».

L’Education nationale a indiqué pour sa part avoir ouvert une enquête administrative. Elle a pris des mesures conservatoires en ne renvoyant pas l’enseignante travailler à l’école Charles-Perrault lundi, a-t-elle dit.

Source : L’Express

Commenter cet article

Arlette 15/01/2013 13:11


Pensionnat Saint-....  La religieuse me pinçait le nez et me donnait la becquée de force et je crachais sur la table. Je ne mange pas de gruyère sur les
pâtes, pas de salade rouge (betteraves) pas de salade verte, pas de semoule avec des pruneaux, etc. Tous les jours des jérémiades et des pleurs à table. La soeur Supérieure est intervenue et
m'a placée à sa droite et la prof. d'Anglais, une demoiselle, était placée à sa gauche, en face de moi. J'avais 10 ans - j'allais en 6e -j'étais à la table des 3e - conversations un peu plus...
On avait des méthodes d'éducation à supporter, AUTREFOIS...  La soeur de mon père disait parlant de moi : "Elle n'est pas difficile : elle
mange des choux et du fromage" - Elle l'a appris chez les religieuses. Il avait fallu que je mange ce qu'elle me pose dans l'assiette et ne pas quitter la table avant. Avec cela, j'avais grossi.
Gymnastique, j'étais arrivée à avoir une dispense médicale et à vie ! Au moins une satisfaction (soi-disant, extrasystoles). La soeur Supérieure et la soeur infirmière, les deux,
étaient allées avec moi chez le dentiste dans le village (2 extractions). J'avais mordu le dentiste PAR PEUR - j'avais eu une gifle de la Soeur
Supérieure. J'avais crié, on m'entendait au-dehors. On n'oublie jamais quand on a plus de 10 ans. (On a de vagues souvenirs à partir de 5 ans). Deux
filles tiraient chacune à une main et une poussait au Q pour monter les escaliers pour aller à l'infirmerie. Inauguration et distribution pour chaque rien : un suppo. Je lisais au lit avec la
lampe de poche. Musique - PIANO j'avais eu des louanges de la soeur, elle me citait en exemple à d'autres filles. Exercices quotidiens et sans
faute. (Les autres jouaient dans la cour, moi je préférais...). Avec certaines religieuses, ça allait très bien et d'autres, non.  Avec une surtout,
je m'entendais : extra, jusque 25 ans plus tard et jusqu'à sa mort. Elle ne se laisse pas faire - elle ne se laisse pas faire - Tes parents n'étaient
donc pas ainsi ! pas la mère et pas le père, me disait-on ! Pourquoi cela ? Chacun ses souvenirs qui restent en mémoire ! A 16
ans, j'avais eu une gifle d'une femme dentiste : "je veux sauver votre dent".  A présent, je suis âgée, plus proche de la mort qu'autre chose.

Babinsky 15/01/2013 10:25


Quand je vois le comportement de certains gosses de mon quartier, je me dis qu'une bonne baffe dans la gueule leur ferait le plus grand bien !


J'en ai eu ma part étant gamin et elles étaient méritées. La seule qui m'est restée en travers de la gorge, c'est celle qu'une prof de primaire m'a collée car je ne voulais pas prier...

Jules 15/01/2013 08:23


Quand j'étais gamin, dans l'école de mon village, on s'est tous retrouvé un jour ou l'autre "au coin" ou à faire des tours de cour pendant la récré ou avec des centaines de lignes à écrire.


Il y a même quelques baffes qui sont tombées ... Et alors ? Ca forges un caractère !!!


De toute ma "promo" AUCUN n'est à la ramasse aujourd'hui. Et tous ne parlent que des bons souvenir de l'époque ... C'était en 1970 ...

Rensk 14/01/2013 20:58


Moi j'ai été passé par l'eau froide dans le lavabo, plus tard j'ai été gifflé par la maitresse (deux femmes au pouvoir) puis j'ai été choqué des profs masculin... des coup de poing donné aux
heures d'algrèbre (entre 6°° et 7°° du matin) puis lors de la "gym" où le prof a aussi utilisé des malades psy et épiléptiques pour les mettre "en face de leurs responsabilité"... face aux gosses
qui les maltraitaient déjà à la pause...


 


Moi, le choqué, je suis resté "anarchiste"... le plus malade psy est devenu enquêteur aux impôts, le plus maltraité et lui devenu médecin, l'autre aussi en peine plus que moi est employeur de
1'340 personnes aujourd'hui... Moi j'ai toujours encore de la peine a trouver le fric pour payer mes impôts...


 


Ahhh la vie et ses surprises...

Archives

Articles récents