Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Une étude vient de montrer que l'être humain ressent naturellement de la compassion pour… les robots

Publié par wikistrike.com sur 25 Avril 2013, 07:11am

Catégories : #Santé - psychologie

Pourquoi les humains ressentent-ils parfois de l'empathie pour les robots ?

 


 

il-faut-avouer-que-les-grands-yeux-de-wall-e-en-ont-fait-cr.jpgUne nouvelle étude vient de montrer que l'être humain ressent naturellement de la compassion pour… les robots. Ces petites machines métalliques auraient même la capacité à nous émouvoir.

Wall-E, R2-D2 et compagnie vous ont toujours fait fondre ? Et qui ne s'est jamais écrié "Oooh", face à un C3-PO en plein désarroi ? Vous avez peut-être même versé une larme sur les autobots de Transformer, Bumblebee et Optimus Prime ? Ne vous inquiétez pas, jusque-là, vous êtes tout à fait normal ! 

Bien sûr, ce ne sont que des robots, mais les grands yeux de Wall-E, à la recherche du grand amour ont raison de nous. Quitte à nous faire oublier que, justement, ce ne sont pas des humains. Pourquoi ? Une étude vient de montrer que, pour certaines personnes, c'est le même schéma cérébral qui s'active lorsqu'elles ressentent de l'empathie pour un humain et lorsqu'il s'agit d'un robot.

Pour en arriver là, le groupe de chercheurs de l'Université de Duisburg Essen, en Allemagne a utilisé le système fMRI (functional Magnetic Resonance Imaging qui a permis de mesurer les flux sanguins du cerveau de 14 participants. En guise de stimuli, les scientifiques ont montré aux personnes des vidéos d'humains, de robots ou d'objets inanimés traités, soit avec affection, soit plus violemment.


Humain, robots, même sentiments

 

Résultats : lorsque les participants visionnaient une vidéo d'un robot en forme de dinosaure, nommé Pleo, cajolé et nourri, ce sont des zones situées dans les structures limbiques qui s'activaient. Or, ces régions sont connues pour intervenir dans les réponses émotionnelles. Dans une autre expérience, les chercheurs ont ainsi constaté que c'est cette même zone cérébrale qui s'activait lorsque des personnes sont mis face à une vidéo d'un humain en plein massage.

Plus surprenant, les scientifiques ont observé que le même schéma nerveux se formait devant des vidéos d'humains secoués, poussés, étouffés avec un sac en plastique que devant des vidéos de robots maltraités de la même façon. Enfin, pratiquement le même schéma… En effet, les résultats fMRI montrent que l'activité du système limbique est bien plus importante face à un humain maltraité qu'à un robot.

Ces résultats confirment d'ailleurs les questionnaires remplis avant l'expérience par les participants. Ils montraient que, s'ils ressentaient de l'empathie pour les robots, ils étaient logiquement bien plus concernés par le bien-être des humains.

 

Des résultats encore incertains

 

Selon les chercheurs, cette activité cérébrale se déclenche car les personnes perçoivent le robot comme un être ressemblant à un humain, bien plus qu'un objet inanimé. Mais le cerveau humain interprète tout de même un robot comme n'étant pas tout à fait humain, un peu au même niveau qu'un animal pour certains.

Néanmoins, les chercheurs avancent prudemment. "Nous ne savons pas si ces schémas nerveux sont responsables de l'empathie, à proprement parler, juste qu'ils se produisent au même moment", explique Astrid Rosenthal-von der Pütten, auteur principale de l'étude relayée par le blog Surprising Science du Smithsonianmag.

Ce qui est sûr, c'est que même si les deux ne sont que corrélés, ces découvertes auront un impact à court terme. Et cela va bien au-delà d'Hollywood. Cela pourrait trouver son utilisation dans la robotique, pour la création de machines qui sont au contact permanent d'êtres humains.

 

Une utilité à long terme

 

"Un des objectifs de la robotique actuellement est le développement de robots-compagnons qui établissent une relation à long-terme avec un humain. Ils pourraient assister les personnes âgées au quotidien et leur permettre d'être autonomes plus longtemps. Ils peuvent également servir pour aider les personnes handicapées dans leur environnement ou aider lors de rééducations", analyse Astrid Rosenthal-von der Pütten.

Des études précédentes ont d'ailleurs montré que deux des six participants les plus âgés développaient un attachement pour des robots-compagnons. Ils avaient nommé leur robot et discutaient même avec lui. Toutefois, les réactions des personnes sont très différentes de l'une à l'autre et peuvent être inattendues face à un robot. Les gens ont souvent du mal à décrire leurs état émotionnel ou trouver leur attachement à un robot très étrange.

"Au début, une nouvelle technologie est très excitante, mais cette dernière a tendance à retomber lorsqu'elle devient répétitive. Le développement de robots, ressemblant à des humains, et capables de déclencher de l'empathie et des émotions pourrait aider à résoudre ce problème", explique ainsi la scientifique.

 

Source: Maxisciences

Commenter cet article

Deckard 25/04/2013 19:41


Il suffit de regarder le film Blade Runner pout ça, enfin si vraiment vous avez un coeur et un esprit ouvert.

Laurent Franssen 25/04/2013 11:59


C'est l'anthropomorphisme ,

en cherchant un peu vous trouverez meme des humains qui ont de la compassion pour les cailloux. 

Archives

Articles récents