Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Une frontière romaine perdue, découverte grâce à des photographies d'espionnage déclassifiées

Publié par wikistrike.com sur 12 Octobre 2013, 08:08am

Catégories : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

 

 

Une frontière romaine perdue, découverte grâce à des photographies d'espionnage déclassifiées

 

Des recherches menées par les archéologues des universités de Glasgow et d'Exeter ont permis l'identification d'un mur long de 60 kilomètres du Danube jusqu'à la mer Noire sur ce qui est aujourd'hui la Roumanie. 

 
Une_fronti_re_romaine_perdue_d.jpg
© University of Glasgow
Image montrant le mur, prise par le satellite espion Corona.

 

 

Ce serait l'une des frontières artificielles les plus orientales de l'Empire romain.

Construit au milieu du deuxième siècle de notre ère, le « rempart de Trajan », comme on l'appelle localement, faisait autrefois 8.5 mètres de large et 3,5 mètres de haut et comportait au moins 32 forts et 31 petits fortins le long de son parcours.

On pense qu'il a servi dans un but identique aux autres murs frontières romains, comme le mur d'Hadrien, construit pour défendre l'Empire contre les menaces extérieures.

Le rempart de Trajan se compose en fait de trois murs distincts de différentes périodes : le « Petit mur terrestre », le « Grand mur en terre » et le « Mur de pierres ».

Ces constructions étaient déjà connues des environs, mais on pensait, à tort, qu'elles dataient de la période byzantine ou du début de la période médiévale.

Les archéologues pensent que l'étude des photographies déclassifiées prises lors de surveillances secrètes peuvent annoncer une nouvelle ère pour les découvertes archéologiques, et peuvent aider à découvrir et identifier des milliers de nouveaux sites archéologiques à travers le monde.

Vue aérienne moderne d'un fort du rempart de Trajan.

Vue aérienne moderne d'un fort du rempart de Trajan.


 

Des dizaines de millions d'images de l'Europe et du Moyen-Orient ont été prises par les Alliés et les forces aériennes allemandes pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale, et sont actuellement détenues dans de vastes archives publiques.

Parallèlement à cela, une ressource aérienne historique considérable est désormais accessible à partir des renseignement déclassifiés du satellite espion américain CORONA concernant les années 1960, 70 et 80 ; il y a environ 900 000 photographies du monde entier.

Ces images sont particulièrement précieuses pour les archéologues modernes car elles permettent de revenir en arrière, avant que les développement du vingtième siècle ne changent les paysages par l'industrialisation, l'agriculture intensive et le développement urbain.

Bill Hanson, professeur d'archéologie romaine à l'Université de Glasgow, a déclaré : « Nous pensons que nous avons suffisamment de preuves ici pour démontrer l'existence d'un système de frontière romaine complexe chronologiquement; c'est l'exemple d'une barrière artificielle de l'Empire romain le plus à l'est, servant à bloquer une route importante et stratégique. Il s'agit d'une découverte très importante pour l'étude de l'histoire romaine ».

Pour le Dr Ioana Oltean, maître de conférences au département d'archéologie de l'Université d'Exeter : "les photographies de surveillance militaire révèlent beaucoup plus de choses que ceux qui les ont pris auraient pu imaginer, parce que maintenant, un demi-siècle plus tard, elles se révèlent être d'un très grand bénéfice en nous montrant notre patrimoine archéologique perdu."

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents