Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

USA: Virée de l'école pour son refus d'être géolocalisée

Publié par wikistrike.com sur 10 Janvier 2013, 17:00pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

Virée de l'école pour son refus d'être géolocalisée


topelement--1-.jpgVIE PRIVÉE
  

Un juge américain a débouté une ado de 15 ans qui refusait de porter une puce de géolocalisation imposée par son école. Les défenseurs de la vie privée montent au créneau.

 

 

Se soustraire à la géolocalisation va-t-il devenir un motif de renvoi aux Etats-Unis? Dans un jugement rendu public mardi, la justice a fait un pas en direction de Big Brother, déboutant une ado qui refusait d’être tracée par son école durant les heures de cours.

Andrea Hernandez, une Texane de 15 ans, ne voulait pas porter le badge d’identification obligatoire dans son lycée. Soutenue par son père, elle invoquait des motifs religieux («la marque de la Bête») pour renoncer à cette carte contenant une puce de radio-identification (RFID).

Au-delà de cette ligne de défense axée sur la bible, le choix de la géolocalisation (et son rejet) est une vraie question de société.

Pour la sécurité des élèves

Menacée d’expulsion, l’ado demandait à la justice d’empêcher les autorités scolaires de la renvoyer. Elle a été déboutée mardi. Soit elle se laisse identifier, avec ou sans géolocalisation, ce qu'a proposé l'école en dernier recours, soit elle change d'école. Le juge évoque la nécessité d’assurer la sécurité des élèves pour motiver sa décision.

Les avocats de la défense ont annoncé leur intention de faire appel, estimant que l’obligation de porter cette carte était inconstitutionnelle.

«Il n’y a plus de vie privée»

Le cas d'Andrea Hernandez fait réagir les association de défense des libertés. «Nous ne voulons pas voir ce genre d'infrastructures de surveillance prendre racine dans notre culture», dénonce Jay Stanley, analyste pour l'Union américaine des libertés civiques. «Nous ne devrions pas enseigner à nos enfants d'accepter des technologies de surveillance aussi intrusives».

De tels dispositifs de traçage des élèves existent dans d’autres écoles. S’ils peuvent servir à localiser des étudiants en cas d’urgence, la motivation première est plutôt financière, relève John Whitehead, président d’une association de défense des droits civiques, la Rutherford Institute.

Les écoles sont subventionnées en fonction de la fréquentation des élèves et de telles puces de localisation permettent de comptabiliser un élève comme présent dès qu’il passe les portes de l’établissement, même s’il reste dans un couloir pour bavarder avec des amis, assure-t-il.

«Où que vous alliez, il n’y a plus de vie privée», conclut John Whitehead.

 

Source: Le Matin.ch

Commenter cet article

Laurent Franssen 11/01/2013 09:11


Doivent t'ils/elles les porter hors de l'école ?
C'est important pour le discernement!

-

nb : recemment ( mais je pense l avoir deja dis ) , 
j' ai  " croisé " des guignols pour qui le nombre de la bête c'était les empreintes digitales ( pourquoi pas tout le corps tant qu'on y est ).

L'humain est un animal mais a chacun de ne pas avoir de comportement bestial.

Archives

Articles récents