Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Valls a marché sur la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, la preuve...

Publié par wikistrike.com sur 13 Janvier 2014, 10:43am

Catégories : #Politique intérieure

Valls a marché sur la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, la preuve...


 

 

437px-Le_Barbier_Dichiarazione_dei_diritti_dell-uomo.jpg

 

Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen du 24 juin 1793

En 1793, les députés ont souhaité compléter la déclaration des Droits de l'Homme de 1789, en précisant certains droits et en ajoutant des droits nouveaux. De tous les textes fondateurs des Lumières, c'est celui qui va le plus loin pour garantir la liberté et la démocratie. 

La décision du conseil d'Etat relative à l'interdiction du spectacle dans l'affaire Dieudonné est une grave atteinte aux libertés fondamentales de notre démocratie. 

Je vous rappelle ici quelques articles de la déclaration de 1793, pour ceux qui aurait du mal avec la liberté d'expression qui nous différencie des dictatures pour qui la censure et la pensée unique sont des outils pour empêcher tous les débats dans les combats permanents auxquels se livrent les démocraties contre les racistes et dictateurs de la pensée. On est pas libre de faire n'importe quoi mais on est libre d'exprimer ses pensées que cela plaise ou déplaise, et il y a la loi qui sanctionne à posteriori pour sanctionner les pensées exprimées dans l'illégalité. C'est ça la liberté d'expression. 


Article 7. - Le droit de manifester sa pensée et ses opinions, soit par la voie de la presse, soit de toute autre manière, le droit de s'assembler paisiblement, le libre exercice des cultes, ne peuvent être interdits. - La nécessité d'énoncer ces droits suppose ou la présence ou le souvenir récent du despotisme.

Article 9. - La loi doit protéger la liberté publique et individuelle contre l'oppression de ceux qui gouvernent.

Article 14. - Nul ne doit être jugé et puni qu'après avoir été entendu ou légalement appelé, et qu'en vertu d'une loi promulguée antérieurement au délit. La loi qui punirait les délits commis avant qu'elle existât serait une tyrannie ; l'effet rétroactif donné à la loi serait un crime.

Article 15. - La loi ne doit décerner que des peines strictement et évidemment nécessaires : les peines doivent être proportionnées au délit et utiles à la société.

Article 17. - Nul genre de travail, de culture, de commerce, ne peut être interdit à l'industrie des citoyens.

Article 26. - Aucune portion du peuple ne peut exercer la puissance du peuple entier ; mais chaque section du souverain assemblée doit jouir du droit d'exprimer sa volonté avec une entière liberté.

Article 27. - Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l'instant mis à mort par les hommes libres.

Article 35. - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.


Le tribunal administratif de Nantes en autorisant le spectacle s'est basé sur les articles 7, 14 et 15 qui font partis des fondements de notre démocratie.

Le Conseil d'Etat a tout simplement écarté la déclaration des droits de l'homme de 1793 sur la base de la notion de "dignité humaine" qui est une notion dont il est très difficile d'en donner une définition juridique. Par ailleurs cette notion de "dignité humaine" remet en question un droit constitutionnel "liberté d'expression" qui est un droit suprême auquel le Conseil d'Etat doit se soumettre. 

Le professeur Philippe ARDENT (Président honoraire de l’Université de Paris II) faisant la synthèse d’un colloque « Justice, éthique et dignité » organisé à Limoges en 2004 déclarait « après deux jours de débat, je me pose toujours la question de la définition de la dignité, je ne sais toujours pas ce qu’elle est ; qu’on me pardonne cet aveu mais l’un des intervenants du colloque reconnaissant qu’après cinq ans d’études de cette question, il n’y voyait pas très clair ». Il ajoute «la notion est imprécise, n’est pas facile, dépendante d’arrière plans de morale et d’éthique qui l’obscurcissent »
(Colloque Justice Ethique et Dignité – 19 novembre 2004 – PULIM p.377 – juin 2006).

Il est important de préciser que la notion de "dignité humaine" apparaît dans le droit pénal et que par conséquent cette notion est utilisée dans le cadre d'une condamnation à posteriori donc conforme à l'article 14 de la déclaration des droits de l'homme de 1793. Il faut donc que le délit soit constaté pour invoquer une telle notion et que cette notion soit utilisée pour appliquer des sanctions pénales. 

Enfin il est important de rappeler que la jurisprudence relative à la "dignité humaine" sur lequel le Conseil d'Etat se fonde pour interdire le spectacle de Dieudonné, fait référence à un spectacle d'une personne de petite taille qui se jetait (physiquement). Or ce spectacle ne respectait pas l'article 18 de la déclaration des droits de l'homme de 1793 : 

Article 18. - Tout homme peut engager ses services, son temps ; mais il ne peut se vendre, ni être vendu ; sa personne n'est pas une propriété aliénable. La loi ne reconnaît point de domesticité ; il ne peut exister qu'un engagement de soins et de reconnaissance, entre l'homme qui travaille et celui qui l'emploie.

A travers l'article 18 s'exprime l'origine de la notion de "la dignité humaine" sous la forme de l'impossibilité de faire commerce du corps humain (abolition de l'esclavage). Dans le spectacle de lancé d'une personne humaine, l'être humain est déshumanisé et considéré comme un objet dont il était fait commerce comme au temps de l'esclavage. De même dans tout crime contre l'humanité il y a une déshumanisation insupportable et inacceptable et une considération du droit de disposer du corps humain et d'en tirer un bénéfice (par exemple assoir l'autorité d'un dictateur). 

La "dignité humaine" exprimée dans l'article 18 de la déclaration de 1793 n'a bien évidemment rien à voir avec le spectacle de Dieudonné. 

Le Conseil d'Etat vient de s'arranger le droit de ne pas tenir compte du droit constitutionnel sans l'avis du peuple Français. La décision en référé du Conseil d'Etat n'est-elle pas anti constitutionnel ? N'aurait-il pas dû y avoir un référendum sur la décision prise par le conseil d'Etat? Par ce qu'on entend dans les médias que le Conseil d'Etat a tranché c'est fini mais quand sa décision remet en question la constitution, le peuple n'a pas son mot à dire la dessus ? Si, il me semble, car la décision du Conseil d'Etat dans la mesure où il remet en question la constitution, pose un problème juridique très grave. 

Alors tous ceux qui voient dans la démarche gouvernementale une action démocratique et républicaine se trompent lourdement et ce n’est pas pour rien que la Ligue des droits de l'Homme est montée au créneau.

 

Commentaire Youtube

 

 

Commenter cet article

Listéria 14/01/2014 20:45


L'article ne vaut rien. La déclaration de 1793 n'a aucune validité juridique. On ajoutera qu'elle a été rédigée pendant la Terreur (pas une référence en terme de liberté) et qu'elle a été abolie
depuis longtemps. 

anonyme 14/01/2014 17:22


On ne manquera pas de remarqué l'énooOOoorme symbole Illuminatis figurant bien au dessus de la déclaration elle même sur la photo. Pas de quoi s'alarmer que les gouvernement ou autres ne la
repectent pas, c'est encore un outil de manipulation des peuples, rien de plus.

Antoine 14/01/2014 13:44


http://www.lepoint.fr/economie/l-exorbitante-retraite-d-ayrault-14-01-2014-1780011_28.php


Charles Gave qui voit bien ce qui se passe autour de lui à Paris enfonce un peu plus le clou : "Arrondissons à trente pour tenir compte des voitures de fonction, des voyages gratuits et des
autres menus avantages qui adouciront la dure vie de notre héros"... Autrement dit, si "notre Ayrault" était un entrepreneur du privé, vivant des revenus de ses affaires, la valeur actualisée de
sa fortune devrait tourner autour de 30 millions d'euros, alors que pour notre élu et fonctionnaire, "ce sont les payeurs d'impôts qui vont lui assurer le niveau de vie auquel il a droit". Et
tout cela, clairement, sans compter la énième retraite supplémentaire de conseiller général d'Ayrault non prévue dans notre calcul et surtout celle d'ex-Premier ministre, impossible à calculer
actuellement. Un total qui finirait par dépasser largement les 200 000 euros.


"Les gens au pouvoir s'enrichissent de façon éhontée"


Gave, désabusé, constate que "ce calcul vaut pour messieurs Fabius, Jospin, Emmanuelli, etc., et bien entendu pour tous les dirigeants de l'ancienne majorité dont les talents incontestables n'ont
pas été reconnus par les Français alors qu'ils nous ont amenés dans la situation florissante dans laquelle nous nous trouvons". L'économiste observe que les fonctionnaires/élus bénéficient de
privilèges exorbitants et il estime que leur système de cumul de retraites payées par des impôts et des taxes, c'est-à-dire via le budget général de l'État, est non seulement anormal, mais
abusif. Il lui paraît indispensable, et ce serait, selon lui, "un minimum absolu", que les bénéficiaires de ce système, pour commencer, payent au moins l'ISF sur ces sommes.

lesaint 13/01/2014 15:25


Oui TonyL


et je dirais même mieux importé par le Stuart, qui refugiés en France recevront un châteu celui de Saint Germain, qui est aussi celui de la Franc Maçonerie.


Les stuart sont Ecossais, ce qui nous relie au fauteil des Rois qu'a-t-il de particulier ? Il est dit être l'oreiller de Jacob, qu'i lramena en pays Saxon lors de la séparation des 10 tribues
d'Israël


et la boucle est bouclée


lesaint

Antoine 13/01/2014 13:04


3,1 Millions de Vues pour la Vidéo de Dieudonné
en 12 jours... :
http://www.youtube.com/watch?v=0r4YQ54PazA&feature=youtu.be&bpctr=1389615978

2,6 Millions de Vues pour la dernière vidéo de
Dieudonné en... 3 Jours... :-)))
http://www.youtube.com/watch?v=B6TW7iKqZwc

Valnarius 13/01/2014 12:58


Rien est vrai, tout est permis

ThonyL 13/01/2014 12:42


Désol pour toi Jul, mais quand Wikistrike dit que la vérité au sujet des DH a été noyé, ils disent vrai ( oui je sais c'est difficile à croire ). Les DH Français ne sont qu'une reprise du texte
anglais "bill of rights" écrit 100 ans plus tôt, du "Habeas Corpus Act" lui aussi écrit 100 ans plus tôt. Si tu ne me crois pas fait des recherches. Les Français ont simplement repris ces textes
et les ont fait fusionner avec des ajouts et s'en ont approprié la paternité. Regarde ces articles :


 


 http://fr.wikipedia.org/wiki/Bill_of_Rights_1689 


 


http://fr.wikipedia.org/wiki/Habeas_Corpus


 


 

jul 13/01/2014 12:03


mais la déclaration des droits de l'homme n'a pas été écrite par des franc maçon?? c wikistrike qui disait ça y a quelque temps... la vérité a été noyer volontairement dans un océan de mensonge
et celui qui croi savoir quelque chose est un fou

Archives

Articles récents