Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Catastrophe de Brétigny : des jeunes venus dépouiller les morts et les blessés

Publié par wikistrike.com sur 13 Juillet 2013, 08:09am

Catégories : #Social - Société

 

Comment survivre à un accident de train mais pas à la banlieue

 

 

 

media_xll_5983023.jpg

 

 

Le ministre des Transports Frédéric Cuvillier a indiqué ce matin sur i-Télé n'avoir pas eu connaissance "de victimes dépouillées" par des délinquants après la catastrophe de Brétigny-sur-Orge, comme des rumeurs en font état depuis la veille.

 

Le ministre a fait état d'"actes isolés", d'"une personne interpellée", d'"une tentative de vol de portable" au préjudice d'un secouriste, de "pompiers qui, par petits groupes, ont été accueillis de façon un peu rude". Mais de "véritables actes commis en bande, non", a dit le ministre qui a ajouté qu'"à (sa) connaissance", il n'y avait pas eu "de victimes dépouillées".

Dans un tweet, le député PS de l'Essonne Jérôme Guedj a fait état de "sombres crétins inhumains (qui) ont manifestement profité de la cohue pour voler téléphone(s) portable(s) et des bagages". "Ne rien minimiser. Ne rien taire. Mais ne rien exagérer non plus (pas de scène de pillage, dixit des secouristes)", a poursuivi dans un autre message l'élu.

Des jeunes ont brièvement gêné les secours
Sur Europe 1, une déléguée du syndicat de police Alliance a fait état vendredi soir de la présence un quart d'heure après la catastrophe d'un groupe de jeunes "qui semblent porter secours aux victimes" mais qui auraient eu en fait l'intention de "dépouiller les victimes et notamment les premiers cadavres".

Interrogées par l'AFP, plusieurs sources policières ont refusé de confirmer cette information et ont relativisé la gravité des incidents.

Le périmètre de sécurité établi autour de la gare de Brétigny a toutefois dû être élargi vendredi soir, car des jeunes ont brièvement gêné les secours, selon la mairie. Une source policière a fait état de jets de pierres. La situation a été rapidement reprise en main par les forces de l'ordre, selon des sources policières.

 

Source

 

 

Catastrophe de Brétigny : des jeunes venus dépouiller les morts et les blessés

Alors que les secours tentaient de porter secours aux victimes du déraillement du train Paris-Limoges à Brétigny-sur-Orge, dans lequel au moins six personnes ont trouvé la mort, ils ont dû faire face à des jets de pierres de la part d’un petit groupe de jeunes. A l’origine de l’agression, des pillards, venus voler sur les corps des morts et des blessés ce qu’ils pouvaient emporter. 

Nathalie Michel, du syndicat de police Alliance, raconte la scène au micro d’Europe 1 :

"A 17 heures 30, alors que nos collègues interviennent, ils voient un groupe de jeunes qui approchent et qui semblent porter secours aux victimes. Très rapidement, ils se rendent compte que ces individus sont présents pour dépouiller les victimes et notamment les premiers cadavres", s’insurge la syndicaliste.

 

Les policiers décident alors de les chasser, mais les jeunes n’entendent pas se laisser faire. Ils ripostent aux forces de l’ordre en leur jetant des pierres, ainsi qu’aux pompiers en cours d’intervention. Pour s’en débarrasser, les secours sont contraints de demander des renforts.

Rapidement, une cinquantaine de jeunes gens s’en sont pris à la police, tentant de forcer le barrage mis en place. Des CRS sont alors intervenues, pour repousser d’une centaine de mètres le périmètre de sécurité. C’est à ce moment-là que des heurts ont eu lieu avec une partie des jeunes, dont certains ont commencé à caillasser plusieurs véhicules du Samu qui n’avaient pas pu prendre place à l’intérieur du périmètre.

Un secouriste s’est ainsi également fait voler son téléphone portable.  Certaines sources policières affirment, par ailleurs, que des victimes de l’accident et une journaliste ont été elles aussi, dépouillées de leurs sacs à main ou téléphones.

Les policiers ont procédé à six interpellations, dont deux se sont soldées par une garde à vue, dont un pour vol, mais les autres ont peu de chances d’être retrouvés : une partie des caméras de la gare était hors-service après l’accident, et les policiers présents sur place travaillaient surtout à secourir les victimes.

Sources : Europe1 / Youtube / Le Journal du Siècle

Archives

Articles récents