Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Violences policières à Barcelone : « L’impression d’être du bétail »

Publié par wikistrike.com sur 19 Novembre 2012, 08:37am

Catégories : #Social - Société

Violences policières à Barcelone : « L’impression d’être du bétail »

barcelona-police-brutality.jpg

Mercredi, des manifestations contre l’austérité ont eu lieu dans plusieurs pays d’Europe. En Espagne, elles ont dégénéré. Sébastien, 23 ans, étudiant français en Erasmus à Barcelone, a assisté aux affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Témoignage et récit d’une journée de protestations entachées de violences policières. 

A 18 heures mercredi, j’ai rejoint le cortège plaça de Catalunya, là où était le rassemblement.Dès la première avenue, deux bus de la ville sont mis en plein milieu de la route.L’avenue est immense, ça ne pose donc aucun problème de les contourner mais je suis surpris.

Je demande à mes camarades catalans pourquoi ces bus sont là. Ils me répondent simplement que c’est pour bloquer le cortège. Je leur demande avec grande surprise s’il est interdit de manifester, ici en Espagne ; ils me répondent que non, mais qu’il faut se tenir prêt à courir parce qu’il est déjà arrivé qu’ils utilisent les flashballs dans la foule, que quelqu’un a déjà perdu un œil et qu’au Pays basque espagnol, un enfant d’une dizaine d’années a été tué par un tir de flashball dans la tête.

Nous redescendons ensuite l’avenue Diagonale. L’ambiance est festive, tout se passe bien. Je me détends un peu mais je remarque tout de même que dans chaque rue perpendiculaire, il y a les forces spéciales avec leurs boucliers. Elles sont plutôt loin et restent discrètes.

Nous arrivons au terminus du cortège, au croisement de Carrer del Bruc et Ronda de Sant Pere. Tout le monde range les pancartes et commence a remonter en direction du centre. Il y a un monde fou entre ce croisement et Urquinaona. Les bouches de station de métro étant fermées, on doit marcher.

Quelques minutes plus tard, cinq fourgons se mettent au bout de la rue. Ils y attendent moins de cinq minutes avant de mettre toutes les sirènes en marche. Très impressionnant d’entendre tout ce bruit. Mais ils restent immobiles pendant encore deux minutes. On marche à la vitesse que l’on peut…

Sur la place, ça tire de partout mais surtout sur ceux qui courent pour s’enfuir. Je pense qu’il y a facilement plus d’une bonne centaine de camions.

Les policiers ont un mode opératoire bien huilé : à chaque fois qu’ils voient un groupe, un camion fonce dessus, ils sortent matraques en main et un des leurs a un flashball pour tirer sur ceux qui s’enfuient.

La matraque passe à dix centimètres

Je me retrouve collé contre un mur, complètement traumatisé. Je me dis : « Ne bouge pas, tu ne fais rien de mal. Tu es avec trois filles, il ne nous feront rien. » C’est à ce moment que j’aperçois du coin de l’œil un policier gigantesque qui s’apprête à me donner un coup de matraque dans la cuisse. Un seul réflexe : essayer de l’éviter et courir, avec la peur de me faire tirer dessus. La matraque passe à dix centimètres de ma jambe et frappe le mur. Le bruit est impressionnant.

C’est la panique totale. Certains essayent de trouver refuge sur les marches du métro. Mais les grilles sont fermées : ils se retrouvent bloqués au bas des marches, aucun moyen de sortir de là. Les policiers leur mettent des coups de matraque, sans faire de détail.

Porter une chasuble de journaliste

Je me retrouve seul en plein milieu de la place, j’ai envie de pleurer. Des murs de policiers à chaque coin de rue. J’aperçois mes amis dans la rue ou j’ai failli me faire matraquer ; je cours les rejoindre. Le réceptionniste d’un hôtel nous ouvre les portes. On reste plus de trente minutes dans le hall d’entrée, assistant à l’acharnement policier. Seul moyen de ne pas être pris pour cible : porter une chasuble de journaliste.

Nous finissons par sortir et prenons la direction inverse du centre pour les éviter, parce que les tirs de flashball se poursuivent. Sauf qu’il est impossible de fuir : ils sont partout dans le centre de Barcelone. Ils tirent dans la foule. Ils sont attirés par ceux qui courent, mais on ne peut pas faire autrement que de courir, sinon ils se mettent à plusieurs pour vous matraquer à terre.

Au mieux, ils laissent les gens au sol. Au pire, ils continuent à leur donner des coups de matraque pendant que l’un d’eux traîne la personne jusqu’à à la fourgonnette. J’ai vraiment l’impression qu’ils ont pris pas mal de personnes, mais le gouvernement annonce seulement une vingtaine d’interpellations [l’agence Reuters rapporte plus de 150 arrestations et 70 blessés dans toute l’Espagne pour la journée de mercredi, ndlr].

Ils tiraient dans la foule

On prend les petites rues pour les éviter. A chaque fourgonnette : tête basse, on marche au pas pour ne pas qu’ils nous regardent, on se cache parfois. Il y a des feux de poubelles, au final, détourner l’attention de la police est le seul moyen pour qu’on puisse avoir du répit et quitter cet enfer. Mais les feux ont commencé bien après le début des tirs.

Je ne sais pas quelles sont les dernières infos sur la destruction des vitres du Palais de la musique, juste à côté de là où j’étais, mais il semblerait que les tirs aient commencé bien avant, au moins dix minutes… Alors qu’aux informations, on nous dit que c’est ce qui a motivé les tirs.

Je suis resté plus d’une heure pris au piège ; des touristes se sont retrouvés pris pour cible. Ils attaquaient sans distinction et à l’aveugle, ils tiraient dans la foule alors qu’il y avait des enfants dans les rues à cette heure-là.

Les Catalans sont habitués

Après une nuit d’insomnie, je suis parti en cours dans le centre de la ville avec une boule au ventre, mais aussi l’envie de montrer que cette situation n’était pas normale.

Je suis allé au rassemblement contre les violences policières de mercredi : j’y ai appris beaucoup de choses. Les Catalans sont habitués à ce que ça se passe comme ça. Depuis deux ans, il semblerait que ce soit monnaie courante.

Mercredi, plus de 9 000 balles de plastique ont été tirées dans Barcelone, d’après certaines sources. Une jeune femme a perdu un œil.

Une amie catalane m’a raconté que l’un de ses amis, qui est pompier, a vu une fille se faire matraquer et casser le tibia. Quand la police est partie, il est allé chercher cette fille et l’a ramenée jusqu’au camion de pompier le plus proche. Une fois sur place, alors que la fille commençait à être prise en charge par les pompiers, un camion des forces spéciales est arrivé et à commencé à prendre les pompiers, ce jeune homme et la fille – déjà bien abîmée – pour cible.

Aucune possibilité de se faire entendre

Le ministre de l’Intérieur de la Catalogne, Felip Puig, a confirmé qu’une personne avait été blessée à l’œil. Mais il a osé déclarer :

« De toute la journée, aucune balle en caoutchouc n’a été tirée. »

C’est un mensonge qui est relayé par toute la presse espagnole. En fin de compte, il s’excuse juste pour l’adolescent qui s’est pris un coup de matraque à Tarragone.

Il est de notoriété publique en Espagne que les forces spéciales sont beaucoup plus violentes et agressives ici qu’à Madrid.

Prochaine manifestation : le 22 novembre, juste avant les élections régionales. Ça va encore mal tourner, sans aucun doute. Il faudrait que la presse européenne soit là, parce que l’information est cachée.

Je ne comprends pas comment, dans une démocratie comme l’Espagne, on peut laisser passer. On a le droit de manifester, mais après il faut courir chez soi pour ne pas se faire frapper… C’est scandaleux de voir ce système à l’œuvre en Europe, alors qu’on a eu le prix Nobel de la paix cette année. Les gens sont désespérés, ça se ressent tellement.

Source: Le Journal du siècle
Commenter cet article

Laurent Franssen 20/11/2012 20:07


@justice,


 


quelle ironie,


 


Payement n'est pas Justice.


 


@Tog , de telles violences sont le prix payé pour ne pas entrer en guerre totale.


 


Voilà le merci donné à l'Europe pour avoir voulu sauver le monde en crise.


 


@aj


Il n'y a plus personne " en haut" , que du vent et des reliquats de sièges , vides.


 


@A.


 


Akum ?.?


Des êtres du présent ?


 


Je ne vous suit pas, je ne soutiens pas les manoeuvres guerrieres.


 


*


Monsieur XAAL,


 


N'est ce pas un peu naïf de poser une telle question?


*


 


@CHUBAKA , full of sense.


 


@barcelona , le globe entié est dans la merde.


 


A part l'Australie, et encore, je me pose la question...


 


--------------


 


Voila,


 


La question que je pose, 


 


Que faire qui ne soit pas destructeur?

barcelona 20/11/2012 18:06


En cas de manif extrème en Europe, la solution est quasiment de se créer une armure de combat en kevlar (avec protège tibia, protege visage, casque intégral,) pour pouvoir traverser des
zones difficiles:


Genre ça: http://www.lyricis.fr/wp-content/uploads/2012/10/Robocop-Photo-Tournage-Motorcycle-Joel-Kinnaman-15.jpg



Imiter les armes de l'adversaire . Soyons clair: en aucun cas je n'incite à la guerre civile (ou par exemple des débordements provoquées par des racailles) mais simplement permettre de
MANIFESTER PACIFIQUEMENT et ne pas se faire tabasser par une police Zombie à la solde d'un pouvoir corrompu. J'ai énormément de respect pour les forces de l'ordre d'ailleurs. Mais l'europe est
clairement de la merde. Seul un état national fort peut nous sauver.

http://www.youtube.com/watch?v=Yj9aUsoIg7k&feature=relmfu

CHUBAKA 19/11/2012 14:18


c'est maintnenat qu'il s'en aperçois que sa se passe comme ça !? c'est toujours comme sa il te donne un droit mais il le controle toujours parceque si tu ouvres trop ta gueule  sa va
rassembler les gens mais tu sera ciblé comme terroriste ou comme genant pour le bien de la société, pour pas que les choses changent il se doivent de faire en sorte que ce genre de manifestation
deborde puisque les média son controler après il donne la version voulu pour faire penser ce qu'il veulent. la seule solution c'est arreter ce genre de manifestation bidon ou marcher avec des
pancarte na jamais rien changer, fau sacager les banques les ministere ect  fau arreter d'être pacifiste les flics son des gens comme nous  mais il se laisse berner par le
systeme et parcekil on un minimum de pouvoir il continue a faire fermer la gueule du peuple don t ils font parti....

XAAL 19/11/2012 13:38


n'est ca pas un peu naïf d'aller à ces manifestations et ne même pas se rendre compte que la répression risque d'être violente ? Comme dit plus bas, beaucoup y vont avec l'esprit de bisounours.
D'un côté ça ne leur fera pas du tort de se réveiller.

A._Moshé_dugland 19/11/2012 13:34


Mais nous sommes du bétail à leurs yeux. Goyim ou Akum, juste bon à les servir et à devenir dans un prochain jours réserve d'organes... Tout est bon dans le goyim, pardi.
Au fait qui entraîne les forces de l'Ordre Nouveau ? Allez une petite recherche vous donnera la réponse. Mais vous le savez déjà pour la plupart ! ...
Les techniques de part l'Europe sont toutes identiques. Si vous voulez une manisfestation réussi, ils vous faudra changer de techniques à l'avenir.


Ce changement sera révélateur de la centralisation du commandement des zombies que sont devenus ces flics et de leur conditionnement. Refléchissez à une nouvelle technique en analysant les
méthodes employés. Le but est de créer la terreur dans l'esprit des enfants qui viennent, façon Bisounours, à l'abattage.


Changer tout cela, en plus cela sera attrayant et ludique de les voir courrir en tout sens. Un truc, un brouilleur de fréquence est un joli investissement pour les mettre en isolement avec le
commandement.


Jamais d'attaque de front, fuir avant l'encerclement, former des meneurs de foule qui guideront le troupeau. Je sais troupeau.. Mais c'est cela à leurs yeux.

aj 19/11/2012 13:19


Pris pour du bétail, il se réveillent que maintenant les neuneus,


Ils ne savent pas encore à leurs ages que les gens d'en haut se prennent pour l'élite, entourés de leurs chiens de gardes'( policier, crs) avec tout le cheptel ( bétail = peuple), depuis que je
suis enfant je sais déja cela.

Tog 19/11/2012 12:17


 


 


De tel violence est un encourragement a la guerre civile. Un jour les manifestants riposterons pour se défendre et ce sera l'escalade.

Justice 19/11/2012 11:00


ils paieront.........

Archives

Articles récents