VIRUS SCHMALLENBERG: 152 exploitations touchées en France, plus de 1.400 en Europe

 

VISUEL-CARTE-SCHMALLENBERG.jpgL’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), dans son rapport du 8 février avait fait l’hypothèse d’une propagation, hors de l’Europe du Nord du nouveau virus de Schmallenberg, sur la base du nombre de vecteurs du virus -les moustiques- et des températures. C’est chose faite avec l’arrivée du virus en Italie, avec un premier cas déclaré au 17 février, selon l’information communiquée par le Nouvel Observateur. 55 nouvelles exploitations en une semaine en France, confirment la présence du virus.

 

Dernier bilan pour l’Europe du Nord : Plus de 1.400 exploitations désormais contrôlées positives pour le VSB.

Le Département britannique de l’Agriculture (DEFRA) dans son dernier bilan pour l’Europe du Nord, du 17 février, montre une épidémie en constante propagation avec une augmentation de l’ordre de 100 nouvelles exploitations contrôlées positives chaque jour. (voir carte ci-contre).
-         Le Royaume-Uni signale au 17 février, 52 exploitations à travers 10 comtés, mais, en raison de l'augmentation dans les rapports de SBV identifiés en France, les zones à risque viennent d’être élargies en conformité avec les données de modélisation.
-         En France, la présence du virus vient ainsi d’être confirmée dans 55 nouvelles exploitations ovines et 3 exploitations bovines. Au total ce sont 152 élevages qui sont donc touchés dans 25 départements (02, 08, 10, 14, 16, 21, 27, 36, 50, 51, 52, 54, 55, 57, 58, 59, 60, 62, 67, 70, 76, 80, 86, 87, 88). (02, 08,10, 14, 50, 52, 54, 55, 57, 59, 60, 62, 67, 76, 80, 86, 87, 88).
-         En Allemagne, 607 exploitations ont été testés positives, au 17 février, soit 23 élevages bovins, 558 élevages ovins et 26 caprins.
-        En Belgique, désormais 124 exploitations sont touchées, aux Pays-Bas, plus de 500.

Selon les évaluations préliminaires des risques effectuées par le Centre européen de prévention (ECDC), le risque pour la santé humaine est peu probable mais non exclus totalement. Les autorités britanniques ont alerté les agriculteurs et les vétérinaires les invitant à des mesures d'hygiène au contact avec le bétail. Les femmes enceintes sont également dissuadées de tout contact avec les moutons et les chèvres, en particulier au moment de l'agnelage.

 

Sources Ministère de l’agriculture, DEFRA (Département britannique de l’Agriculture) (Visuels), FLI (Friedrich Loeffler Institute)

Tag(s) : #Santé - psychologie
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog