Mardi 15 mai 2012 2 15 /05 /Mai /2012 12:36

 

Au piquet

 

finns.jpg Aux douze coups de minuit de la journée du 15 juin 2012, le candidat sortant Nicolas Sarkozy ne sera plus couvert par son immunité présidentielle. Inutile de regarder la boule de cristal pour savoir que quelques juges attendent avec une certaine impatience que l’ancien patron de l’UMP redevienne un citoyen comme les autres.

Ces dernières années, N. Sarkozy a été cité dans un certain nombre d’affaires où plusieurs de ses amis furent impliqués personnellement. On se souvient par exemple de l’affaire des“fadettes”. Qui a intimé au patron du contre-espionnage B. Squarcini et au procureur P. de Courroye de trouver les noms des journalistes du Monde coupables d’avoir publié des informations gênantes pour le pouvoir dans l’affaire Bettencourt ?

Que dire encore de l’affaire Kadhafi, sur laquelle nous nous sommes penchés dans quelques numéros de LIESI.

Il y a aussi Karachi. Là, c’est le célèbre juge Renaud Van Ruymbeke qui instruit le volet financier de l’affaire. Dans plusieurs interviews, quand il a commencé à s’intéresser à la politique, le juge Renaud Van Ruymbeke a eu l’occasion de mettre en cause certaines officines mafieuses travaillant avec le pouvoir. Il est certain que le juge souhaite quelques explications de la part du protégé d’Edouard Balladur et du clan américain.

En 1995, rappelons-le, Nicolas Sarkozy était «non seulement un acteur de premier plan de la campagne, dont il était le porte-parole, mais il était surtout ministre du budget – qui joue un rôle clé dans les contrats d’armement. A ce titre, il a notamment validé la création d’une société au Luxembourg, Heine, par où ont transité des commissions suspectes. En janvier 2010, la police luxembourgeoise a conclu que les accords sur la création de Heine “semblaient venir directement de M. le premier ministre Balladur et de M. le ministre des Finances Nicolas Sarkozy” » (Le Monde). Ces enquêtes pourraient même, de l’avis de certains journalistes, s’étendre jusqu’à l’actuel exécutif de l’UMP, ce qui donnerait une autre donne pour les prochaines élections législatives, nous rapprochant du paradigme qui s’impose à l’issue des élections grecques du 6 mai 2012.

Il sera donc très intéressant de vérifier jusqu’où s’étendent les protections dont a joui jusqu’ici Nicolas Sarkozy pour abaisser la France à un niveau si lamentable. La Famille américaine, par exemple, sera t-elle toujours là ?

Cela dit, les socialistes traînent également de nombreuses casseroles et parfois innommables. On pense à Lang et Cie. Plusieurs sites internet en font état. Le président Hollande parle beaucoup de “justice”. Certaines “victimes” l’attendent au tournant…

Pour le moment, F. Hollande est utile aux manipulateurs d’opinions qui l’ont tiré de nulle part pour le placer sur orbite. Le candidat fraîchement élu a tout intérêt à suivre le cahier des charges que des conseillers habiles, dont on ne parle jamais, sauront lui souffler  adroitement, sans le froisser… Il a une marge de manœuvre étroite certes, mais elle existe.

Savoir jouer avec les lignes de l’échiquier est un exercice très difficile. François Mitterrand avait échoué dans un contexte pourtant bien plus facile que celui dans lequel le nouveau président de la république François Hollande doit s’exercer. Dès ce soir, avec Angela Merkel, il sera confronté au dilemme: satisfaire ses électeurs ou les marchés ? Dans cette crise de la dette souveraine de l’Etat-nation, tous les politiciens (grecs, italiens, espagnols, portugais, allemands) ont échoué face aux forces des marchés. François Hollande a des prétentions. Il déchantera très probablement comme les autres. N’oublions pas qu’il a fait campagne sur l’acceptation des règles tronquées de cette finance qu’il prétend avoir en ligne de mire… C’est plutôt mauvais signe…

 

Source: Liesi

 

Par wikistrike.com - Publié dans : Politique intérieure
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés