Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Pendant que les médias du monde entier regardent ailleurs, les civils d'Afrin en Syrie sont massacrés

Publié par wikistrike.com sur 10 Mars 2018, 16:50pm

Catégories : #Politique internationale, #Social - Société

Pendant que les médias du monde entier regardent ailleurs, les civils d'Afrin en Syrie sont massacrés

Sur une colline verte d'Afrin, dans le nord de la Syrie, des miliciens arabes alliés à l'armée turque qui ont envahi cette enclave kurde il y a sept semaines ont capturé un groupe de civils kurdes terrifiés. Les miliciens non formés et lourdement armés crient "porcs", "proxénète" et "PKK - Parti des travailleurs du Kurdistan - porcs" tout en scandant "Allah Akbar (Dieu est grand)". Les Kurdes, les mains levées en l'air, sont emmenés par les miliciens et leur sort est inconnu. 

Il y a beaucoup de vidéos et de photographies d'Afrin prises par des Kurdes et des membres des forces turques montrant la destruction et le bombardement de maisons, les cadavres d'enfants tués par les explosions et d'autres civils kurdes. Un effroyable selfie pris par un milicien le montre fixant la caméra alors que, au-dessus de son épaule gauche, on peut voir une voiture civile incendiée, dans laquelle est assis le cadavre du conducteur, ses dents blanches étant en perspective parce que le reste de son corps est carbonisé. 

Si l'une ou l'autre de ces images sortait de la Ghouta Est, elles seraient à la une de tous les journaux télévisés. Nikki Haley, l'ambassadrice américaine à l'ONU, présenterait des photos d'enfants morts et mourants. Mais parce que ces événements se produisent à Afrin et non pas à Ghouta Est, dans le même pays mais à 300 km l'un de l'autre, ils sont presque totalement ignorés par les médias et les politiciens étrangers. 

Afrin est en train de voir le début d'une tragédie qui pourrait être tout aussi mauvaise ou pire que celle de Ghouta Est aujourd'hui ou d'Alep Est en 2016. En voyant les images d'enfants ensevelis sous le béton en morceaux, il faut chercher des informations supplémentaires pour savoir si les morts sont des Kurdes tués par les bombardements turcs dans le nord de la Syrie, ou des gens de Ghouta Est massacrés par le gouvernement syrien au même moment de la même manière. La plus grande différence entre les deux situations réside dans le fait que les atrocités commises à Damas sont médiatisées par les médias du monde entier, alors que, dans le cas kurde, elles ne valent guère la peine d'être mentionnées. 

Au cours de la dernière semaine à Afrin, le siège des zones fortement peuplées s'est durci et le nombre de morts a augmenté - 220 morts et 600 civils blessés selon l'autorité sanitaire kurde locale - et les souffrances risquent d'empirer. La progression des Turcs s'accélère, ce que les Kurdes estiment être en train de se produire parce que la Turquie sait que l'attention internationale se concentre exclusivement sur Ghouta Est. Jeudi, les forces turques ont annoncé qu'elles avaient pris la grande ville de Jinderes, située stratégiquement au sud-ouest d'Afrin City. Ce dernier est le plus grand centre urbain de l'enclave où la majorité de la population chassée de leurs villages ruraux s'est réfugiée. Le chaos en Syrie est tel que personne ne sait combien de personnes sont prises au piège à Afrin alors que l'ONU donne un chiffre de 323 000 et que les dirigeants kurdes disent qu'il se rapproche du million. 

Afrin est environ trois fois plus grande en superficie que Ghouta Est avant le dernier assaut du gouvernement syrien, mais, comme nous l'avons vu dans d'autres sièges en Syrie et en Irak, les pertes civiles augmentent à mesure que les assiégeants poussent les gens dans des zones de plus en plus petites. La station de pompage d'Afrin City a été touchée ces derniers jours, ce qui a réduit la disponibilité de l'eau potable. 

Comme dans le cas de la Ghouta orientale, il y a un débat houleux sur la question de savoir si les habitants locaux sont libres de quitter Afrin ou s'ils sont détenus en tant que "boucliers humains". Elham Ahmad, le coprésident du Conseil démocratique syrien, qui administre des zones contrôlées par les Kurdes et qui vient de rentrer d'Afrin, a nié cela et m'a dit que les gens étaient libres de partir. 

Comme dans l'est de Ghouta, où ces pauvres gens d'Afrin peuvent-ils aller s'ils quittent leurs maisons ? Au mieux, ils finiront dans un camp de réfugiés et prendre la route n'est peut-être pas le parcours le plus sûr, comme les Kurdes capturés présentés dans la vidéo mentionnée précédemment l'ont appris à leurs frais. Afrin est à une certaine distance des principales zones de la majorité kurde et la route doit contourner les positions de l'armée turque et traverser un territoire contrôlé par le gouvernement syrien. 

Une autre raison pour laquelle les Kurdes d'Afrin pourraient vouloir rester là où ils sont, c'est la nature des forces turques qui ont envahi Afrin le 20 janvier. Il y a des troupes turques régulières et des forces spéciales, mais aussi jusqu'à 25 000 combattants qui opèrent sous le nom générique d'armée syrienne libre. Mais les témoignages de première ligne et d'anciens membres de la FSA et d'Isis suggèrent que beaucoup de ces islamistes sont des islamistes endurcis qui avaient déjà combattu avec ou aux côtés d'Isis et d'Al-Qaïda. Ils détestent les Kurdes soutenus par les Etats-Unis, qui détiennent 25% de la Syrie, qu'ils considèrent comme l'une des principales raisons de la défaite islamiste dans la lutte pour la Syrie. Aucun Kurde qui tombera entre leurs mains ne sera en sécurité. 

Les Kurdes craignent en outre d'être victimes d'une campagne de nettoyage ethnique qui les chassera totalement ou partiellement d'Afrin. Cette enclave a traditionnellement été l'une de leurs principales zones, mais le lendemain de l'invasion, le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré que "55 % d'Afrin est arabe, 35 % est kurde". Il a ajouté que le but de la Turquie était "de rendre Afrin à ses propriétaires légitimes". C'est une menace d'autant plus menaçante que la guerre en Syrie a déjà fait l'objet d'un nettoyage sectaire et ethnique généralisé, même si l'expulsion d'un groupe ethnique particulier d'Afrin serait plus importante que dans les cas précédents. Le départ des Kurdes aurait l'avantage du point de vue turc d'établir un puissant bloc arabe sunnite au nord d'Alep qui serait sous son influence. 

Les Kurdes d'Afrin pourraient finir comme les Grecs de Chypre qui ont fui ou ont été chassés de la partie nord de l'île par l'invasion turque de 1974 et tentent toujours de retourner chez eux et sur leurs terres 44 ans plus tard. 

J'ai été frappé depuis 2011 par le reportage déséquilibré des médias sur la guerre en Syrie. Une grande attention a été accordée aux souffrances infligées au peuple d'Alep oriental en 2016 sous l'attaque du gouvernement syrien et des frappes aériennes russes, mais très peu d'attention a été accordée à la destruction presque complète de Raqqa, détenue par Isis, avec d'énormes pertes civiles, aux mains de la coalition dirigée par les Etats-Unis. 

J'avais l'habitude d'attribuer cette couverture inégale de la guerre à la compétence et aux ressources accrues de l'opposition syrienne pour enregistrer et faire connaître les atrocités commises par le gouvernement syrien et ses alliés. Isis ne s'intéressait pas au sort des civils sous son contrôle. Mais à Afrin, il n' y a pas de manque de films sur les souffrances des civils, mais ils ne sont tout simplement pas largement diffusés ou publiés. A bien des égards, le rôle des médias internationaux dans la guerre en Syrie a été aussi partiel et trompeur que celui des parties belligérantes à l'intérieur du pays ou de leurs commanditaires étrangers. 


Traduction Sott de source.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents