Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

59 % de la dette publique est illégitime et vient de cadeaux fiscaux et d’intérêts

Publié par wikistrike.com sur 21 Avril 2018, 08:55am

Catégories : #Economie

59 % de la dette publique est illégitime et vient de cadeaux fiscaux et d’intérêts

Le CADTM est un réseau international qui lutte depuis 30 ans pour l’abolition des dettes illégitimes afin de favoriser l’émancipation des peuples et la mise en place d’alternatives écologiquement soutenables. Ils font des audits dans le monde entier avec une question politique centrale : les Etats doivent-ils vraiment rembourser leur dette ?

L’illégitimité des dettes

Comme le souligne l’Expert des Nations-unies sur la dette, Juan Pablo Bohoslavsky, la signature d’un contrat n’entraîne pas automatiquement le paiement de la dette : « L’idée qu’un État et sa population doivent rembourser la dette en toute circonstance, quelles que soient les fins auxquelles les fonds ont été empruntés, la manière dont ils ont été dépensés, ou les efforts consentis pour les rembourser, repose de toute évidence sur une conception trop simpliste de la souveraineté et du contrat ». Il existe donc des limites au paiement des dettes publiques.

Forts de cette idée, les membres du CADTM préconisent l’identification et l’annulation de dettes illégitimes. Bien sûr, le concept-même de « dette illégitime » est en lui-même politique, et non consensuel. Le CADTM considère qu’une dette est illégitime lorsqu’elle n’a pas servi l’intérêt général, mais plutôt les intérêts d’une minorité privilégiée. Pour être précis, le CADTM a défini quatre notions : des dettes illégales, odieuses, illégitimes ou insoutenables. Leur travail est construit sur trois piliers : la recherche et l’écriture d’expertise, grâce à la force de leur réseau, la formation, sensibilisation et mobilisationdu grand public, mais aussi l’interpellation politique.

« Il ne s’agit pas de lobbying dans le sens où on n’essaie pas d’obtenir une loi en particulier, mais plutôt des informations sur les origines et créanciers (bénéficiaires) de la dette. Par exemple, nous voulons savoir en ce moment quelles sont les créances que le pays belge détient vis à vis des pays du Sud pour pointer les incohérences du gouvernement belge. » Anouk, membre du CADTM

Lire la suite sur LR&LP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents