Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

ORWELL - Crédit social en Chine: Les chinois qui s'endettent, qui ne sont pas écolos, qui roulent mal ou qui ne vont pas voir leurs aînés seront sur liste noire

Publié par wikistrike.com sur 13 Juin 2018, 06:47am

Catégories : #Social - Société

ORWELL - Crédit social en Chine: Les chinois qui s'endettent, qui ne sont pas écolos, qui roulent mal ou qui ne vont pas voir leurs aînés seront sur liste noire
La Chine est un précurseur d'un système de surveillance globale qui tend vers une séparation sociale (caste = position dans la société) et une sélection arbitraire des "dominants" et des "dominés" (eugénisme, transhumanisme), système dans lequel les dissidents seront reconditionnés (psychiatrisés) et même emprisonnés et tués! Ce n'est pas du délire, c'est une réalisation qui sera importée par tous les dirigeants globalistes qui adhèrent à une gouvernance totale et entière du "bétail humain". 
 
Alors que le système de crédit social deviendra obligatoire en Chine en 2020, il fait actuellement l'objet de tests dans le cadre de projets pilotes mis en œuvre par le biais de sociétés financières privées.
 
Sesame Credit, qui est un système d'évaluation du crédit social individuel développé par Ant Financial Services Group, filiale du groupe chinois Alibaba et associé du gouvernement chinois qui utilise des algorithmes informatiques pour noter les gens de 350 à 950.
 
Il utilise les données de Alibaba afin de calculer le score du consommateur, utilisé pour classer les citoyens sur la base d'une variété de facteurs, comme la loyauté envers le gouvernement chinois et la fidélité aux marques chinoises, à partir de ses interactions sur les médias sociaux et des achats effectués en ligne.
 
 
Avoir un score élevé permet un accès plus facile à des prêts, simplifie l'accès à l'emploi et donne priorité lors de démarches administratives. Un faible score, ou le fait d'être associé à quelqu'un avec un score faible peut avoir une série de conséquences négatives : la baisse de la vitesse de l'internet, l'accès plus difficile à des offres d'emploi, des prêts ou des démarches administratives. Le système a été dénoncé comme un outil de surveillance de masse et de conformisme par des organisations spécialisées dans les droits de la personne
.
Analysant les habitudes des utilisateurs sur les réseaux sociaux et les achats en ligne, le système cauchemardesque accorde également un véritable crédit financier aux citoyens dont les modes de vie sont jugés plus sains.
 
Lié à un épisode de la série d'horreur dystopique Black Mirror, Sésame Credit évalue les gens sur des facteurs tels que les «relations interpersonnelles» et les habitudes de consommation, y compris l'achat de jeux vidéo.
 

 
Il semble que l'État autoritaire croit que quelqu'un qui joue à une PlayStation ou à une Xbox est une «personne oisive».
 
Ceux qui ont une cote faible sont "blacklistés", ce qui signifie qu'ils sont incapables de réserver un vol d'avion, empêchés de louer ou d'acheter une propriété et sont incapables d'obtenir un prêt ou de rester dans un hôtel de luxe.
 
L'un des plus grands programmes actuellement en cours est à Shanghai et traverser sur une lumière rouge, violer les règles de la circulation ou ne pas payer les tarifs de train peuvent vous mettre sur la liste noire.
 
Mais ce n'est pas tout: les citoyens qui ne rendent pas visite à leurs parents âgés ou qui ne trient pas leurs ordures dans les bacs de recyclage appropriés peuvent également être pénalisés par l'État.
 
L'homme d'affaires Xie Wen a parlé avec MarketPlace.org après qu'il ait été mis sur liste noire suite à un différend financier dans lequel il n'a jamais payé une dette à un client qui a poursuivi son entreprise. Il a ensuite été ajouté à la liste des personnes «discréditées» de la Cour suprême chinoise.
 
 
Wen a dit: "Ça a fait mal à mes affaires. Mes clients ne me faisaient pas confiance. Je n'ai plus eu beaucoup de travail".
 
Non seulement Wen a été interdit d'embarquer dans un avion ou un train à grande vitesse, mais il n'a pas pu envoyer son enfant à l'école privée.
 
Selon un rapport publié en février de cette année indique que depuis octobre 2013, près de 10 millions de personnes ont été ajoutées à cette même liste.
 
 
À l'approche de la date obligatoire de 2020, le président Xi Jingping a consolidé son emprise sur le pouvoir en supprimant les deux mandats présidentiels du pays, faisant de lui le dirigeant chinois le plus dominant depuis le meurtrier président Mao Zedong.
 
Sources:
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents