Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La sécheresse aurait largement participé à l’effondrement de la civilisation Maya

Publié par wikistrike.com sur 5 Août 2018, 18:29pm

Catégories : #Civilisations anciennes, #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

La sécheresse aurait largement participé à l’effondrement de la civilisation Maya

Vers 900 apr. J.-C., les Mayas disparurent rapidement et, pour la plupart, mystérieusement. Bien que certains membres de leur société ont continué à vivre dans la région, les grandes villes étaient pour la plupart abandonnées. La jungle s’est rapidement relevée, avalant les ruines d’une civilisation entière.

Les anciens Mayas étaient un peuple innovateur. Ils ont construit des villes complexes à travers les terres tropicales de la péninsule du Yucatán, communiqué en utilisant l’une des premières langues écrites du monde, et créé deux systèmes de calendrier en étudiant les étoiles. Mais malgré leurs réalisations, la civilisation maya prospère s’est mystérieusement effondrée entre le huitième et le neuvième siècle. Nous ne savons toujours pas exactement pourquoi.

La façon dont cela s’est produit fait l’objet de nombreux débats, bien que peu de certitudes aient émergé. Les guerres, par exemple, semblent être devenues plus courantes vers la fin, et il y a des preuves qu’une sécheresse a sévi pendant cette même période. Les impacts réels de la sécheresse sont toutefois moins clairs, car les chercheurs n’ont pu établir qu’une corrélation entre les deux événements jusqu’à présent.

Maintenant, une nouvelle étude donne un peu plus de poids à l’hypothèse de la sécheresse. Elle montre que les précipitations à la fin de l’époque classique Maya, la période de leur effondrement, ont été réduites de moitié. Cela aurait été une perte énorme pour une société largement dépendante de l’agriculture. Il serait difficile aujourd’hui de faire face à une sécheresse de cette ampleur. Et pour les Mayas, qui comptaient sur un réseau complexe de canaux et de réservoirs pour maintenir leurs récoltes, cela aurait pu être mortel.

Des chercheurs de l’université de Cambridge (Royaume-Uni) et de l’université de Floride, à Gainesville (Etats-Unis), ont analysé les concentrations de gypse et la composition des isotopes d’oxygène du lac Chichancanab dans la péninsule du Yucatan au Mexique. Le lac se trouve au milieu de ce qui était autrefois un royaume maya, et les couches sédimentaires du fond datent de l’époque de leur règne. Les isotopes de l’oxygène et du gypse sont deux mesures courantes du paléoclimat parce que les deux sont sensibles à la quantité de pluie qu’une région reçoit. Les isotopes plus lourds ne s’évaporent pas aussi facilement, donc si les chercheurs constatent une augmentation, c’est un signe que l’eau sort plus qu’elle n’entre, une sécheresse. Le gypse se forme lorsque le soufre se dépose hors de l’eau du lac, autre conséquence de l’augmentation de l’évaporation.

En utilisant ces deux mesures, les chercheurs ont constaté qu’une grave sécheresse a commencé pendant la période classique terminale quelque temps après 800 apr. J.-C. et de nouveau vers 950 apr. J.-C., ce qui correspond à peu près la fin de la civilisation maya telle que nous la connaissons. Les précipitations ont été réduites d’environ 50 % en moyenne et jusqu’à 70 % pendant les périodes les plus sévères.

Pour une société dont l’alimentation se composait principalement de maïs, de haricots et de courges pour survivre, cela aurait pu être un avertissement. À la fin de la période classique maya, leur population avait augmenté bien au-delà de ce que le territoire pouvait supporter seul. Au cours des siècles, des ingénieurs mayas avaient trouvé des moyens de modifier le paysage en leur faveur : créer des canaux pour irriguer les champs, des réservoirs pour retenir l’eau pendant la saison sèche, transformer les terres humides en sols fertiles et creuser des terrasses en coteaux. Mais même avec ces améliorations humaines, les Mayas sont restés à la merci des bienfaits de la nature.

 

Lire la fin sur GMed

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents