Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le Commandement de l’ONU dirigé par les Etats-Unis arrête le train sud-coréen qui allait entrer en Corée du Nord

Publié par wikistrike.com sur 1 Septembre 2018, 09:29am

Catégories : #Politique internationale

Le Commandement de l’ONU dirigé par les Etats-Unis arrête le train sud-coréen qui allait entrer en Corée du Nord

Cela soulève des questions sur la mission du train sud-coréen vers le Nord – et sur les limites de la souveraineté sud-coréenne.

Par Andrew Salmon

Un événement tout à fait inhabituel a été signalé en Corée du Sud : le Commandement des Nations Unies dirigé par les États-Unis a empêché un train sud-coréen de traverser la zone démilitarisée pour entrer en Corée du Nord au début du mois.

Le passage d’un train officiel sud-coréen en Corée du Nord est très inhabituel et l’incident soulève des questions sur la coordination entre la Corée du Sud et les États-Unis. Cela pourrait également fournir de quoi alimenter la propagande pour la Corée du Nord.

On ne sait pas si cela est lié ou non au fait que, vendredi, la Maison Bleue présidentielle avait annoncé que le président sud-coréen Moon Jae-in enverrait un envoyé spécial en Corée du Nord la semaine suivante. Le Nord et le Sud ont convenu de tenir un sommet en septembre, mais les dates n’ont pas encore été fixées.

Le timing du voyage de Moon semble critique, étant donné le désaccord entre la Corée du Nord et les États-Unis sur la manière de lancer le processus de dénucléarisation. Toutefois, on craint également qu’un fossé se creuse entre Séoul et Washington au sujet de la politique nord-coréenne.

Pourquoi le train a-t-il été bloqué ?

L’incident du train a eu lieu le 22 août, selon les médias sud-coréens. Le train aurait transporté des représentants du gouvernement sud-coréen lors un voyage destiné à vérifier les conditions ferroviaires nord-coréennes entre la DMZ et Shinuiju, la ville nord-coréenne située sur la rive sud du fleuve Yalu qui constitue la frontière nord avec la Chine.

Cependant, le train s’est vu refuser l’autorisation de franchir la frontière par le Commandement de l’ONU, l’organisation militaire qui a dirigé les forces du monde libre pendant la guerre de Corée et qui se coordonne aujourd’hui avec les États qui ont combattu pendant la guerre, tout en supervisant l’armistice de 1953.

« En coordination avec le gouvernement [sud-coréen], le Commandement de l’ONU a respectueusement décliné la demande de visite du 23 août de la part des responsables gouvernementaux pour se rendre en Corée du Nord par le couloir de transport Ouest, demandant plus de précisions sur les détails de la visite en question », lit-on dans un message du Commandement de l’ONU, envoyé aux journalistes sud-coréens – mais pas aux journalistes étrangers.

Le chef du Commandement de l’ONU est le général Vincent Brooks, un soldat américain de haut rang en Corée du Sud. Son adjoint est canadien. Brooks dirige également le Commandement des forces conjointes – qui coordonne les forces sud-coréennes et américaines – et commande également les 28 500 membres des forces américaines en Corée.

S’adressant aux médias étrangers plus tôt ce mois-ci, M. Brooks s’est dit fier d’avoir contribué à la tenue du sommet d’avril entre Moon et Kim Jong Un à Panmunjom, dans la DMZ, et du rôle joué par le Commandement de l’ONU.  « Le Commandement de l’ONU a participé à la facilitation du dialogue « , avait déclaré M. Brooks à l’époque.

« Quiconque traverse la frontière doit se coordonner avec le commandement de l’ONU. Cette fonction est très importante…. et certains autres effets pourraient entrer en vigueur. ».

Bien qu’il n’y ait pas de service ferroviaire entre les Corées, la question se pose à un moment où le président sud-coréen Moon Jae-in promeut l’idée de reconnecter les lignes ferroviaires Nord-Sud dans l’année.  Le Sud espère également mettre en place un bureau de liaison dans la ville nord-coréenne de Kaesong, juste au-dessus de la DMZ au nord de Séoul.

Certains craignent que la circulation des équipements de bureau sud-coréens ne viole les sanctions.

Il existe depuis longtemps de grands projets visant à relier le réseau routier et ferroviaire sud-coréen à celui du Nord – une initiative qui relierait la Corée du Sud – une île politique – à la partie continentale de l’Eurasie. Des plans connexes existent également pour exploiter des gazoducs de l’Extrême-Orient russe à travers la Corée du Nord, vers le Sud et éventuellement vers le Japon.

Pour des raisons politiques, ces plans, qui remontent à la « politique du soleil » de l’administration Kim Dae-jung de 1998 à 2003, n’ont jamais abouti.

La souveraineté sud-coréenne est-elle violée ?

Un certain nombre de questions restent en suspens. Les responsables américains concernés n’ont pas pu être contactés par Asia Times pour commenter : Vendredi était un jour férié pour le personnel de la force américaine en Corée. Le gouvernement sud-coréen est également resté silencieux.

Alors que le message de l’UNC indique le 23 août, les médias sud-coréens rapportent que l’incident a eu lieu le 22 août. Et on ne sait pas très bien pourquoi le train a été arrêté. Les médias sud-coréens citent des sources anonymes qui affirment que la visite n’a pas été effectuée avec le préavis habituel de 48 heures.

Par ailleurs – comme l’indique le message de l’UNC – il se peut que la raison de la visite officielle n’était pas claire, ou que les fonctionnaires n’avaient pas un inventaire complet des articles à bord, de sorte qu’ils n’ont pas pu obtenir une habilitation relative aux sanctions.

Des Américains ayant une connaissance approfondie des questions transfrontalières ont exprimé leur perplexité.

« J’en ai été surpris ; je ne suis pas sûr de ce qui s’est passé « , a déclaré Steve Tharp, un colonel retraité de l’armée américaine qui a servi dans la DMZ et qui a écrit des livres à ce sujet. « Peut-être que [le Commandement de l’ONU] a reçu un ordre d’en haut – je ne peux pas voir quelqu’un sur le terrain prendre cette décision – donc quelqu’un, quelque part, est préoccupé par les violations de l’embargo de l’ONU.

L’incident pourrait fournir du matériel de propagande puissant pour la Corée du Nord, qui a longtemps caractérisé la Corée du Sud comme un  » État marionnette  » des États-Unis. L’incident offre également largement de quoi alimenter les critiques sur la présence militaire américaine dans le Sud, que certains considèrent comme une atteinte à la souveraineté sud-coréenne.

La question a donné lieu à de grandes manifestations en 2002, après la mort de deux écolières sud-coréennes dans un accident de la route causé par des soldats américains qui, en vertu d’un accord bilatéral entre les deux gouvernements, ne pouvaient pas être jugées par un tribunal sud-coréen.

L’anti-américanisme est maintenant en sommeil en Corée du Sud, mais les cercles conservateurs craignent qu’il puisse être ressuscité si des divergences politiques majeures entre Séoul et Washington deviennent apparentes.

Le principal journal de gauche en Corée du Sud, le Hankyoreh, a fait la une de son article sur la question « L’effort conjoint des chemins de fer est arrêté par l’application excessive des sanctions« .

Le journal a noté combien il était inhabituel pour le Commandement de l’ONU d’empêcher les Sud-Coréens de passer la frontière. « En réalité, l’autorité d’approbation du Commandement de l’ONU était une formalité, et la pratique était de la remplacer par une notification de l’armée sud-coréenne », a déclaré le journal, citant une source familière avec les procédures transfrontalières.

En ce qui concerne le projet de chemin de fer et l’arrêt du train sud-coréen, la source a dit au Hankyoreh. « La seule conclusion à laquelle vous pouvez arriver est que le gouvernement américain veut empêcher ce projet d’aller de l’avant. »

 Photo: Un train sud-coréen sur le pont ferroviaire d’Imjingang près de la gare d’Imjingang à Paju, en Corée du Sud, près de la frontière avec la Corée du Nord. Photo : AFP / Seung-il Ryu

Source : http://www.atimes.com/article/us-led-un-command-stops-south-korean-train-entering-north/

Traduction : Avic – Réseau International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents