Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le Président bolivien Morales annonce sa démission

Publié par wikistrike.com sur 11 Novembre 2019, 09:24am

Catégories : #Politique internationale

Le Président bolivien Morales annonce sa démission

Le Président bolivien Evo Morales a démissionné, peu de temps après que l’armée bolivienne l’ait exhorté à le faire. Deux responsables qui allaient ensuite prendre le pouvoir ont également démssionné après des semaines de protestations, alors que le pays est en pleine tourmente.

« Je démissionne de mon poste de président pour que (Carlos) Mesa et (Luis Fernando) Camacho ne continuent pas à persécuter les dirigeants socialistes« , a déclaré Morales lors d’un discours télévisé désignant les dirigeants de l’opposition.

Morales a déclaré qu’il avait décidé de quitter le poste dans l’espoir que son départ mettrait fin à la vague d’attaques violentes contre les fonctionnaires et les peuples autochtones, « afin qu’ils [les manifestants] ne continuent pas à brûler les maisons [des fonctionnaires] » et à « enlever et maltraiter » les familles des dirigeants autochtones.

« Il est de mon devoir, en tant que premier président autochtone et président de tous les Boliviens, de rechercher cette pacification« , a-t-il déclaré, ajoutant qu’il espérait que l’opposition « comprendrait le message« .

Peu après l’annonce, son vice-Président Alvaro Marcelo García Linera a également remis sa démission. La personne suivante en ligne pour prendre le pouvoir, la Présidente du Sénat Adriana Salvatierra, a démissionné peu après.

Soyons clairs : Evo Morales a démissionné de son poste de Président de la Bolivie pour éviter de nouvelles effusions de sang, violences et destructions par un coup d’État de la droite soutenu par des intérêts puissants. Evo s’est retiré et a fait passer le bien-être et la sécurité de son pays et de son peuple avant son propre désir de rester au pouvoir.

Plus tôt dimanche, Morales avait annoncé des élections anticipées, cédant à la pression croissante exercée par les résultats contestés du scrutin du 20 octobre. Cette décision fait suite à la publication d’un rapport préliminaire de la mission de l’Organisation des États Américains (OEA) sur les élections, qui n’a pas été en mesure de les valider, déclarant qu’il est « statistiquement improbable » que Morales ait obtenu une avance de 10 %, nécessaire pour éviter un second tour. En outre, les auditeurs ont affirmé qu’ils avaient trouvé des signes de « manipulation claire » et d’irrégularités au cours du scrutin.

L’opposition bolivienne a exhorté Morales à démissionner malgré sa promesse de nouvelles élections. Bien qu’il ait brièvement résisté à ces appels, les qualifiant « d’anticonstitutionnels » et de « tentative de coup d’État« , le Président a fini par céder après que les militaires aient repris le refrain.

Peu de temps avant que Morales n’annonce sa démission, les chaînes de télévision boliviennes ont diffusé des images de ce qu’elles disent être un avion présidentiel au départ de l’aéroport international El Alto. L’avion aurait emmené Morales dans son fief politique de Chimoré, dans le département de Cochabamba, à 300 kilomètres (186 miles) à l’est de La Paz, ville où il a lancé sa candidature à la réélection en mai dernier.

Des vidéos de La Paz, le site de nombreuses manifestations anti-Morales récentes, montrent des foules en délire après l’annonce de la démission

Les gens se rendent sur l’avenue principale d’Obrajes, à La Paz, pour célébrer la démission de @evoespueblo. Les gens dans leur voiture accompagnent la célébration avec des klaxons

Au pouvoir en Bolivie depuis 2006, Morales a acquis la réputation d’un ardent défenseur du socialisme et d’un ardent critique de la politique étrangère US. En 2018, le plus haut tribunal du pays a décidé qu’il pouvait se présenter pour la quatrième fois.

Ben Norton : Les médias d’entreprise ont répandu beaucoup de mensonges et de distorsions pour justifier le coup d’État de droite soutenu par les États-Unis en Bolivie. La cour supérieure a statué qu’Evo avait été autorisé à se présenter de nouveau à la présidence. Il a été réélu équitablement. L’opposition est en train de renverser la démocratie. 

Les dirigeants de l’opposition de la droite bolivienne, comme Luis Fernando Camacho, ont conspiré avec les dirigeants du coup d’État vénézuélien nommés par les États-Unis. Ils font tous partie du même réseau d’élites de droite, soutenu par les États-Unis et soutenu par les riches capitalistes

Luis Fernando Camacho : Nous n’allons pas nous arrêter tant que nous n’aurons pas une vraie démocratie ! Nous continuons d’aller de l’avant ! Nous apportons du soutien… maintenant le Venezuela va le faire… Dieu merci… il y a de l’espoir ! Merci la Colombie ! Merci Venezuela ! Merci Brésil !

Après les élections contestées d’octobre, il y a eu des rassemblements rivaux des opposants et des partisans de Morales dans tout le pays. Si certaines manifestations antigouvernementales sont restées pacifiques, d’autres ont donné lieu à des émeutes dans les grandes villes, à des affrontements avec la police et à des attaques contre des personnalités politiques pro-gouvernementales. Samedi, des manifestants ont incendié la maison du gouverneur de la ville d’Oruro, Víctor Hugo Vásquez, qui s’est tenu aux côtés du président alors que les tensions augmentaient.

Morales a souligné que sa démission ne signifie pas que le cas socialiste est vaincu.

« Ce n’est pas une trahison. La lutte continue. Nous sommes un peuple« , a-t-il déclaré.

source : Bolivian President Morales announces his resignation

traduit par Réseau International

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents