Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le séisme près de Montélimar pourrait bien ne pas être naturel, annoncent des scientifiques

Publié par wikistrike.com sur 14 Novembre 2019, 18:51pm

Catégories : #Terre et climat, #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Le séisme près de Montélimar pourrait bien ne pas être naturel, annoncent des scientifiques

Selon un document consulté par « Le Point », le tremblement de terre pourrait être lié à l'exploitation d'une carrière. Une hypothèse explorée par les scientifiques.

Ce n'est encore qu'une piste parmi d'autres... mais les arguments scientifiques pour l'envisager sont sérieux. Le tremblement de terre de magnitude 5,4 sur l'échelle de Richter qui a provoqué de nombreux dégâts lundi 11 novembre dans le village du Teil, en Ardèche, et fait quatre blessés est-il lié à l'activité humaine ? Sur le terrain, une équipe pluridisciplinaire (composée de membres de GéoAzur, ISTerre, IRSN…) explore en ce moment même la question.

Dans un document de travail, que nous avons pu consulter, la « cellule post-sismique », nom du collectif de chercheurs qui se mobilisent après un tremblement de terre en France, s'interroge précisément : « La présence de la carrière en activité située au-dessus de la faille supposée avoir rompu ne peut-elle pas avoir contribué au déclenchement du séisme ? » La carrière de calcaire en question, qui se situe entre la commune du Teil et de Viviers, à quelques kilomètres de Montélimar, est la propriété du groupe Lafarge. Il s'agit même du site historique de l'entreprise, exploité depuis 1833. En 2018, la société a demandé et obtenu un renouvellement et un permis d'extension de son exploitation.

Si les chercheurs explorent cette piste en particulier, c'est qu'ils ont relevé certaines bizarreries autour du séisme du 11 novembre. La première est sa très faible profondeur. En effet, les mesures sur le terrain rapportent que l'événement est survenu entre « un et deux kilomètres » dans la croûte terrestre. « Or, c'est très étonnant pour un pays comme la France où les séismes se situent généralement entre 5 et 20 kilomètres de profondeur. Une faible profondeur est une particularité que l'on retrouve lors des séismes induits par l'activité humaine », souligne Jean-Robert Grasso, membre du laboratoire ISTerre (université Grenoble-Alpes), spécialiste du sujet. Étrange également, le fait de retrouver des traces de failles visibles en surface pour un séisme de cette intensité. De quoi confirmer qu'il est très superficiel et pointer un lien potentiel avec la carrière…

L'autre particularité qui intrigue les sismologues, c'est le très faible nombre de répliques. En effet, « après un choc principal d'une magnitude de 5, on s'attendrait à beaucoup plus de répliques. D'où un questionnement sur l'origine du séisme en relation avec son caractère très superficiel », indique encore le « collectif post-sismique » dans son dernier bilan.

Précédents

Mais si les experts se penchent sur le lien potentiel entre le tremblement de terre du Teil et la carrière voisine, c'est que ce séisme leur rappelle d'autres cas comparables dans le monde. Ces événements bien documentés dans la littérature scientifique ont montré que l'exploitation de carrières, de gisements de pétrole ou de mines à ciel ouvert pouvait contribuer au déclenchement de séismes dépassant parfois la magnitude de 4,5. « Des exemples bien connus ont eu lieu près de carrières dans l'État de New York dans les années 1970, et en Pennsylvanie (vallée de Cacoosing) dans les années 1990, explique Jean-Robert Grasso. Il y a également des cas autour de gisements de pétrole en Californie dans les années 1990 ou en Ouzbékistan dans les années 1980. »

Mais par quels mécanismes ces ouvrages humains pourraient-ils déchaîner de telles forces telluriques  ? « Prenons l'exemple d'une faille, soumise aux forces telluriques naturelles, qui se situe sous une zone exploitée, reprend Jean-Robert Grasso. À force d'enlever de la matière – de la roche dans le cas d'une carrière – au-dessus de cette faille, les forces se modifient et cela peut provoquer un phénomène que nous appelons une “faille inverse”. C'est-à-dire que la croûte terrestre remonte vers le haut, elle se détend… un peu comme un bouchon ! » Ce sont des processus qui ont également été observés en Scandinavie lorsque des glaciers ont fondu.

Un tel scénario s'est-il produit au Teil ? Une chose est sûre : la réponse nécessitera encore des mois d'exploration, mais la question, elle, méritait d'être connue.

 

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents