Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Ce que pensent vraiment les Français des médias

Publié par wikistrike.com sur 29 Janvier 2020, 10:12am

Catégories : #Culture - médias - Livres - expos - rencontres

Ce que pensent vraiment les Français des médias

Parti-pris

Comme chaque début d'année, l'institut Kantar publie le baromètre de la confiance des Français dans les médias (presse écrite, télévision, radio, internet) qui a pour but de décrire "l’évolution des pratiques en matière d’informations des Français, d'évaluer la crédibilité qu’ils accordent aux différents moyens d’information depuis 1987".

L'étude de l'institut de sondage Kantar révèle une perte d'intérêt des citoyens dans l'actualité en ce début 2020 ; le plus bas niveau observé depuis 1987 et le début de cet indicateur. Une baisse d'intérêt qui peut s'expliquer par de nombreuses raisons.

 

Une chute de l'intérêt des Français pour l'actualité

Dans cette enquête, seulement 59% des Français déclarent suivre les actualités avec un grand intérêt contre 41% avec un faible intérêt. Une baisse importante : 8 points en un an. "Après le fort regain d’intérêt mesuré en 2019 – à la faveur de la crise des gilets jaunes – l’édition de cette année confirme une tendance sensible depuis 2015 : en 5 ans, l’intérêt pour l’actualité a reculé de 17 points" observe Emmanuel Rivière de Kantar.

 

La crédibilité des médias et la consommation de l'information par les Français

Si la crédibilité envers les différents supports - télévision, journal, radio et internet - reste stable par rapport à l'an dernier, voire augmente légèrement pour le journal et la télévision (respectivement 46% et 40% - à noter une baisse de 19 points depuis 1987 pour la télévision, une tendance de fond), internet est confronté à un scepticisme important. "La baisse de confiance accordée à Internet, initiée en 2015 (baisse sensible pour l'ensemble des médias cette année là), se poursuit et la crédibilité de ce média retrouve son niveau initial de 2005 : moins d’un quart des Français (23%, -2 points en un an) estiment que les choses se sont passées comme Internet les raconte". Ainsi 58% des Français pensent le contraire sur internet, et même 66% des internautes.

En moyenne, les Français s'informent de l'actualité nationale et internationale en premier lieu par le biais de la télévision (48%), puis par internet (32%), la radio (15%) et enfin la presse écrite (4%). Cependant, la consommation de l'information diffère selon l'âge. Les nouvelles générations (-35 ans) s'informent d'abord par internet à 61%, en particulier depuis leur smartphone, puis par la télévision (26%) et enfin la radio (10%). En revanche, les plus de 35 ans privilégient principalement la télévision (56%) puis internet (21%) et la radio (17%)

PNG

 

Un traitement de l'information qui éloigne les Français

Les Français restent aussi très critiques face au traitement de l'information. Ainsi dans ce sondage portant sur l'année écoulée, 47% des sondés considèrent que les mobilisations tout au long de l'année 2019 ont été mal traitées, 53% pour la question du dérèglement climatique et de ses conséquences, 46% sur la question des violences faites aux femmes.

Mais l'élément sans doute le plus important pour expliquer le malaise actuel reste celui de la déconnexion entre les journalistes, vecteur d'informations et les citoyens qui se sentent de plus en plus exclus. A la question "Depuis l'an dernier et le mouvement des Gilets jaunes, avez-vous le sentiment que les médias rendent mieux et davantage compte de la vie des français et de leurs préoccupations ?", 71% des Français répondent non.

 

La perception des Français de la figure du journaliste

PNG

Dans ce sondage, les Français jugent de manière négative le rôle et la liberté des journalistes dans l'espace public. D'emblée, 68% des sondés contestent l'indépendance des journalistes vis-à-vis des pressions exercées par les formations politiques (11 points de plus depuis 1993) ou le pouvoir en place, y compris leur capacité à s'opposer aux pressions de l'argent (61% des Français, contre 58% en 1993).

L'absence d'indépendance des journalistes vis-à-vis des milieux politique et économique ressentie par les Français constitue l'une des causes du désintérêt des citoyens pour l'actualité en particulier à la télévision où des cas de présentation de sujet tronqué ou manipulé sont présents. En témoigne les deux exemples récents suivants :

PNG

Extrait de l'émission Week-end Première sur BFMTV - 19/01/2020

Dernier cas en date, la présentation erronée d'un sondage IFOP sur les antennes de BFMTV concernant la mobilisation contre la réforme des retraites. Dans cette version tronquée, 51% de Français en faveur du mouvement social et 49% contre. Or, les résultats du sondage (que vous pouvez consulter ici) est tout autre. Si 51% des Français soutiennent bien le mouvement, 33% sont hostiles et 16% indifférents. L'opposition au mouvement social n'est donc pas à mettre sur le même plan d'égalité.

Lien de la vidéo

Editorial Christophe Barbier - 18/01/2020 - BFMTV

Sur la même chaine, l'éditorial vedette de BFMTV, Christophe Barbier, utilisant un autre sondage sur la réforme des retraites en vient à nier le réel illustrant la phrase du philosophe Michel Onfray sur un plateau de la même chaine : "Montrer c'est une chose, mais comprendre ce qu'il y a à voir c'est une autre chose. Et souvent, vous avez autour de votre plateau des gens qui vous disent ce qu'il faut voir, et qui évite de vous dire ce qu'il y a à voir ".

 

L'étude apporte une indication utile sur le sentiment actuel des Français dans la consommation des médias et dans l'impertinence de l'information actuellement proposée.

Il existe une tendance de fond qui bouleverse - et bouleversera encore davantage demain - les pratiques des citoyens conduisant les médias à se remettre en question et à investir autrement l'information, à l'heure où les aides à la presse restent déterminantes pour leur fonctionnement. Le passage aux abonnements numériques des journaux papiers ces dernières années en est un exemple.

Sur le fond, l'étude confirme le faussé qui persiste entre le besoin d'actualité des Français et la hiérarchisation de l'information exercée dans les rédactions de presse par idéologie, par entre-soi, par méconnaissance. Un défi essentiel pour la démocratie.

#PanoramaMedia

Lu sur AGV

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents