Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Eugénisme biotechnologique ? Didig8, un Tinder qui utilisera l’ADN pour éviter d’avoir des enfants malades

Publié par wikistrike.com sur 20 Janvier 2020, 11:03am

Catégories : #Santé - psychologie, #Science - technologie - web - recherche

Eugénisme biotechnologique ? Didig8, un Tinder qui utilisera l’ADN pour éviter d’avoir des enfants malades

Le scientifique américain George Church développe une application de rencontre qui analysera le génome des utilisateurs pour éviter les couples présentant des « incompatibilités » et ainsi éviter les enfants atteints de malformations. La révolution scientifique-technique est-elle en train de devenir le monstre totalitaire que la science-fiction a imaginé ou les découvertes de pointe réussiront-elles à éradiquer les maladies congénitales ?

La vérité est que j’ai été alarmé par l’eugénisme, l’application des lois biologiques de l’héritage à l’amélioration de l’espèce humaine. Et puis me sont venues à l’esprit les expériences de Joseph Mengele, le médecin nazi qui a mené plusieurs expériences génétiques en Argentine, en Uruguay et au Brésil, et qui est devenu une légende qui a inspiré des histoires et des films comme « Les enfants du Brésil » et « Wakolda ».

Dans « Les enfants du Brésil », le but de Mengele était de produire une génération de clones d’Adolf Hitler. Il avait étudié en Allemagne les spécialités scientifiques de l’eugénisme et de la purification raciale dans la recherche chimérique et délicate de la race aryenne. Il était connu comme « l’ange de la mort » pour les nombreux meurtres commis sous ses ordres et personnellement dans le camp de concentration d’Auschwitz.

Et, à la fin de l’année, l’alarme s’est encore déclenchée lorsque l’émission de télévision américaine 60 Minutes a diffusé un court métrage mettant en vedette l’expert en génétique George Church, dans lequel le biotechnologue faisait un bref commentaire sur une application de rencontre basée sur la génétique que son laboratoire était en train de développer et qui, selon lui, pourrait éliminer les maladies héréditaires. Il a fait remarquer que cela pourrait être la solution pour empêcher les parents de transmettre des maladies héréditaires.

La biotechnologie fait référence à toute application technologique qui utilise des systèmes biologiques et des organismes vivants ou leurs dérivés pour créer ou modifier des produits ou des procédés pour des utilisations spécifiques. Ces organismes peuvent ou non être génétiquement modifiés, de sorte que la Biotechnologie ne doit pas être confondue avec le Génie Génétique.

Pour le groupe ETC, qui surveille l’impact des technologies émergentes et des stratégies d’entreprise sur la biodiversité, l’agriculture et les droits de l’homme, la biotechnologie est une diversité de techniques qui comprend l’utilisation et la manipulation d’organismes vivants pour obtenir des produits commerciaux.

Ces techniques comprennent la culture de cellules, la culture de tissus, le transfert d’embryons et la technologie de l’ADN recombinant (génie génétique). « Nous ne sommes pas fondamentalement opposés au génie génétique, mais nous sommes profondément préoccupés par la façon dont il est imposé au monde. Dans le contexte social, économique et politique actuel, non seulement le génie génétique est dangereux, mais ses niveaux de risque pour la santé humaine et l’environnement sont inacceptables », déclare ETC.

Et l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE, club des pays les plus développés) le confirme : la biotechnologie est « l’application des principes de la science et de l’ingénierie au traitement des matières organiques et inorganiques par des systèmes biologiques pour produire des biens et des services ».

Le Protocole de Carthagène sur la prévention des risques biotechnologiques relatif à la Convention sur la Diversité Biologique définit la biotechnologie moderne comme l’application de techniques in vitro des acides nucléiques, notamment l’ADN recombinant et l’injection directe d’acide nucléique dans les organites cellulaires, et la fusion de cellules n’appartenant pas à la famille taxonomique, qui permettent de surmonter les obstacles physiologiques naturels à la reproduction et qui ne sont pas des techniques utilisées dans la sélection et la reproduction traditionnelles.

La réponse des médias (réseaux conventionnels et sociaux) à la proposition de Church a été immédiate et surtout négative. Les sourds ont été offensés. Les trans aussi. Ainsi que certains scientifiques. Eugénisme ! a affirmé Antonio Regalado dans le magazine du Massachusetts Institute of Technology.

Regalado, le rédacteur de biotechnologie du journal du MIT, a dit qu’il n’y a pratiquement aucune chance que cela fonctionne ; c’est essentiellement de l’eugénisme ; vous n’avez pas à donner les informations de votre ADN à une application de rencontre, qui sera probablement super-raciste.

Aucun des avis indignés ne donnait plus de détails sur l’application, mais nous avons obtenu des informations exclusives sur cette nouvelle société de rencontres par ADN qui viennent du laboratoire de Church.

Rencontre par génome complet

La start-up, appelée Digid8, a été créée en septembre par Barghavi Govindarajan, qui se décrit lui-même comme un « technologue, innovateur et éducateur formé à Harvard ». Church dit qu’il est le co-fondateur de la société. L’entreprise tire son nom de D8, un concept de l’argot qui désigne l’utilisation d’Internet pour les rencontres. Son but sera ce que Church appelle la « rencontre par génome complet ».

L’idée est d’utiliser des comparaisons d’ADN pour s’assurer que les personnes qui partagent une mutation génétique, comme celles qui causent la maladie de Tay-Sachs ou la mucoviscidose, ne se rencontrent jamais, ne tombent pas amoureuses ou n’aient pas d’enfants. Pour Regalado, il y a trois types d’utilisateurs pour utiliser cette application : les jeunes néo-nazis, les utilisateurs qui ne veulent pas sortir accidentellement avec leurs cousins, et les hackers chinois qui créent des armes biologiques.

Avec ces types de caractéristiques récessives (il y en a des milliers), les enfants ne développent la maladie que s’ils héritent de deux gènes de risque, un de chaque parent. La probabilité est généralement d’environ 25%. Church prétend que l’application génétique que Digid8 est en train de développer fonctionnerait en arrière-plan sur les pages de rencontres existantes, « comme un GPS » pour empêcher ces personnes de se rencontrer par le biais du service.

Un séquençage de génome coûte environ 670 euros, mais les coûts continuent de baisser. Church, dont le laboratoire lance des projets de plus en plus controversés, estime que ce coût pourrait être intégré dans le prix d’abonnement des sites de rencontres, qui coûtent généralement environ 45 euros par mois.

Le magazine du Massachusetts Institute of Technology dit que le laboratoire de Church a reçu des fonds de recherche du délinquant sexuel condamné Jeffrey Epstein, alors ce n’est pas le bon moment pour se lancer dans le domaine des rencontres. Ce lien n’a fait qu’ajouter à la réaction furieuse suscitée par son apparition dans l’émission 60 Minutes.

Peu après la diffusion de 60 minutes, Church a déclaré que les critiques n’ont pas cessé de « réfléchir profondément à ce problème très compliqué ». Selon ses explications, tout utilisateur serait compatible avec 95% des autres personnes. Et il a dit que l’application ne fournirait pas de données sur la santé des gens, elle utiliserait seulement leurs gènes pour écarter les correspondances de risque.

Alors, il se demande : « Est-ce que Digid8 est une entreprise d’eugénisme ? Oui et non. Non parce que l’eugénisme se réfère généralement à la stérilisation forcée, à la procréation forcée ou à l’extermination de personnes par un État. Mais aussi oui, parce que l’application essaie de prévenir la naissance de personnes atteintes de maladies graves. Et cette idée ne plaît pas à tout le monde ». Selon Vice News, il s’agit d’un développement « horrible » qui s’attaque aux personnes marginalisées.

George Church

Church a noté dans un tweet : « Ne pas tout éliminer » mais réduire l’incidence des maladies les plus graves. L’eugénisme (États-Unis, Allemagne, etc. 1920-1970) a interféré avec les vies humaines et les choix personnels de reproduction. Doryeshorim aide les gens à comprendre le risque génétique de maladies graves comme celle de Tay Sachs.

La vérité est que la médecine tente déjà de prévenir ces maladies : les tests génétiques « préconception » sont courants chez les couples qui prévoient d’avoir des enfants, et parfois les embryons issus de la fécondation in vitro (FIV) sont testés et sélectionnés en fonction de leurs gènes. Certains parents potentiels décident d’avorter lorsque le test révèle des résultats négatifs.

« Si tout cela se fait après qu’un couple tombe amoureux, c’est une mauvaise nouvelle. Un quart des enfants seront atteints de ces maladies. S’il est possible de remonter le temps avant qu’ils ne tombent amoureux, le message serait beaucoup plus positif », explique Church, qui souhaite ardemment utiliser la génétique pour prévenir les maladies.

Une de ses inspirations est un groupe de recherche juif à Brooklyn, aux États-Unis, Dor Yeshorim, qui étudie les adolescents des communautés orthodoxes et utilise ces informations pour les aider à réaliser leurs mariages. Par conséquent, les taux de Tay-Sachs, la maladie neurodégénérative mortelle la plus courante chez certains groupes juifs, ont diminué.

Church soutient qu’une application de rencontres comme Didig8 automatiserait tout et rendrait les choses plus faciles et soutient que la technologie n’est pas nouvelle. Le scientifique précise : « Toutes les pièces sont déjà prouvées, nous ne faisons que lier le séquençage du génome entier avec le cryptage avec le logiciel d’appariement génétique. Les rencontres par ADN, en théorie, permettrait de nombreuses applications que certains pourraient trouver problématiques ».

Par exemple, dans certaines cultures, les gens essaient de se marier uniquement au sein de certaines castes, clans ou tribus. Une offre d’emploi sur le site de Digid8 indique que la société cherche un marché « inexploité » en créant un service de rencontre qui utilise la science pour évaluer ce genre de « compatibilité linéaire », faisant apparemment référence aux pratiques d’autoségrégation de groupe qui se produisent dans la région du Golfe et en Inde.

L’idée n’était-elle pas de prévenir la naissance d’enfants malades ? Ce serait de l’eugénisme si son application tentait d’empêcher toute une classe de personnes de se rencontrer.

source : ¿Eugenesia biotecnológica? Didig8, un Tinder que usará el ADN para evitar hijos enfermos

traduit par Réseau International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents