Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Comment le groupe Bigard est devenu le maître de la bidoche sur le dos des éleveurs

Publié par wikistrike.com sur 12 Février 2020, 09:32am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie, #Economie

Comment le groupe Bigard est devenu le maître de la bidoche sur le dos des éleveurs

Le groupe Bigard est devenu un géant de la viande bovine grâce à l’invention du steak haché sous vide... et à des pratiques controversées.

Deux steaks hachés sur trois vendus en supermarché sont fabriqués par ses usines agroalimentaires. Il est difficile d’échapper au groupe Bigard, numéro un de la viande en France, qui possède les marques Charal et Socopa. Son chiffre d’affaires dépasse les quatre milliards d’euros [1]. La fortune personnelle de son dirigeant et principal actionnaire, Jean-Paul Bigard, est estimée à 550 millions d’euros en 2019, ce qui le classe parmi les 200 personnes les plus riches de France [2]. L’industriel est aussi un proche de l’Élysée : il était à bord de l’avion d’Emmanuel Macron lors du déplacement présidentiel en Chine début novembre.

Le « premier de cordée » de la viande hexagonale - pour reprendre une expression chère au président – emmène t-il avec lui éleveurs et employés vers les cimes de la prospérité ? Pas vraiment. Si le leader du steak haché se porte bien, ce n’est pas le cas des producteurs. Leur revenu moyen ne dépasse guère 1000 euros par mois [3]. Mais lors des réunions de l’interprofession, les dirigeants du groupe ne cessent de se plaindre. « Ils n’arrêtent pas d’asséner que l’entreprise ne gagne pas d’argent avec la viande et les abattoirs, mais ils ne donnent aucun chiffre. Il n’y a pas de discussion, juste un droit de veto, un pouvoir de blocage », raconte l’éleveuse Emilie Jeannin, qui représente le syndicat Confédération paysanne à Interbev, l’interprofession de la viande bovine.

La transparence n’est pas vraiment le point fort du groupe. Auditionné en septembre 2017 à l’Assemblée nationale, Maxence Bigard, fils du PDG, provoque un tollé en refusant de répondre aux questions des députés sur l’absence de publication de ses comptes depuis 2013, malgré l’obligation légale. « On est dans Le Parrain ou dans une commission d’audition de l’Assemblée nationale ? », s’agace alors François Ruffin, député de la Somme [4]. En cause notamment : les aides de l’État au titre du crédit impôt compétitivité emploi (CICE) et des allègements de cotisations sur les bas salaires. Bigard aurait ainsi touché 32 millions d’euros en 2014 et 26 millions d’euros en 2015, selon les données du syndicat Force ouvrière [5]. Assigné au tribunal de commerce par des journalistes et des associations, Bigard finit par publier une partie de ses comptes en septembre 2019 [6].

Le steak haché a fait la fortune de Bigard

C’est à Quimperlé, dans le Finistère, que débute l’histoire de l’entreprise. En 1969, Lucien Bigard, le père de Jean-Paul Bigard, négociant en viande, reprend l’abattoir municipal moribond. Il parvient à relancer l’activité car manger de la viande devient alors « tendance ».

LIRE LA SUITE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents