Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L214 dévoile des mails montrant que le ministère dissimule les non-conformités de l’abattoir Sobeval

Publié par wikistrike.com sur 25 Février 2020, 18:21pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie, #Politique intérieure

L214 dévoile des mails montrant que le ministère dissimule les non-conformités de l’abattoir Sobeval

Jeudi dernier, l’association L214 livrait une enquête vidéo choc sur un abattoir de veaux Sobeval, en Dordogne. On y voyait des veaux saignés encore conscients, non immobilisés, mal étourdis, qui reprenaient parfois conscience alors qu’ils se vidaient de leur sang. La préfecture de Dordogne et le ministre de l’Agriculture avaient toutefois affirmé qu’au vu des premiers éléments, tout était en règle. Mais une fuite qui, selon L214, viendrait de mails internes au Ministère affirmerait le contraire…

LE MINISTRE DE L’AGRICULTURE RÉFUTE LES ACCUSATIONS DE NON-CONFORMITÉ DE L’ASSOCIATION

L’association de défense des animaux L214 a publié ce jeudi 20 février 2020 une enquête sur les pratiques d’abattage de veaux réalisées par la société Sobeval, en Dordogne. Elle y dénonce les conditions d’élevage et accuse notamment l’abattoir de procéder à des saignées sans étourdissement et sans vérification de la perte de conscience et de sensibilité, ce qui est contraire à la loi. Elle avait donc demandé la fermeture immédiate de l’abattoir.

Face à ces accusations, la préfecture de Dordogne avait affirmé dans un communiqué qu’ “au premier visionnage des vidéos de l’association, il n’y a pas de mise en évidence de non-conformité à la réglementation”. Selon elle, les images “des animaux suspendus ne reflètent en aucun cas une souffrance ou un état de conscience de l’animal (…). Ces mouvements ne sont que des réflexes musculaires ou des spasmes post-mortem.”  Un discours qui a été repris par Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, qui refuse toute option de fermeture de l’abattoir puisque « les faits et les images ne sont pas avérés« . « Les images sont prises sur plusieurs mois ou plusieurs années, sont collées les unes aux autres. J’ai diligenté immédiatement des contrôles et ils montrent que le respect du bien-être animal est là« , a-t-il expliqué sur Europe 1.

L214 aurait donc monté cette violation des lois de toutes pièces. La société Sobeval a même porté plainte auprès de l’association pour diffamation. Mais voilà, c’était compter sans… des « erreurs de destinataires ».

 

Lire la suite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents