Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le budget de Trump accorde une priorité absolue à la nouvelle génération d’armes nucléaires

Publié par wikistrike.com sur 12 Février 2020, 16:04pm

Catégories : #Politique internationale

Le budget de Trump accorde une priorité absolue à la nouvelle génération d’armes nucléaires

L’élément le plus inquiétant du nouveau document budgétaire publié lundi par l’administration Trump est la place prépondérante accordée au développement d’une nouvelle génération d’armes nucléaires, y compris des armes dites à faible rendement, plus petites que les bombes qui ont détruit Hiroshima et Nagasaki, qui sont largement considérées comme plus susceptibles d’être effectivement utilisées au combat.

Le document demande que près de 50 milliards de dollars soient consacrés à la modernisation nucléaire, dont 29 milliards de dollars provenant du budget du Pentagone, et 19,8 milliards de dollars pour l’Administration nationale de la sécurité nucléaire (NNSA), une unité du ministère de l’énergie qui gère la production proprement dite des ogives nucléaires, ainsi que certaines des recherches primaires.

Le budget de Trump réduirait les dépenses de diplomatie et d’aide étrangère tout en augmentant fortement le financement des armes nucléaires, une indication claire de l’orientation politique donnée par la Maison Blanche à la suite de l’acquittement de Trump la semaine dernière dans le procès de destitution devant le Sénat. La débâcle de l’effort des démocrates pour mettre en accusation Trump pour des raisons de politique étrangère – tout en ignorant ses crimes réels et continus contre la classe ouvrière et les droits démocratiques – n’a fait qu’encourager la Maison Blanche à poursuivre son programme de militarisme, d’austérité et d’attaques contre les immigrants.

Le budget prévoit le montant le plus important pour le budget de recherche et développement du Pentagone en 70 ans, depuis la période où l’impérialisme américain s’est engagé dans les premières recherches sur la bombe à hydrogène et les missiles balistiques intercontinentaux (ICBM). Les fonds destinés à la modernisation des armes nucléaires ont augmenté de 18 % par rapport au budget de l’année dernière.

Le programme de modernisation, qui a reçu l’approbation initiale sous l’administration Obama, durera 30 ans et coûtera plus de mille milliards de dollars, répartis entre les trois composantes de la triade nucléaire américaine: les missiles basés au sol, les missiles lancés par des sous-marins et les bombes nucléaires lancées par des bombardiers à longue distance.

Un aspect important du programme de modernisation est l’amélioration des systèmes de lancement, y compris une nouvelle génération de sous-marins à propulsion nucléaire (la classe Columbia) et la fabrication du chasseur à réaction furtif F-35, le système d’armes le plus coûteux jamais construit, capable de transporter des bombes nucléaires. Cette configuration serait idéale pour une éventuelle attaque nucléaire furtive type «Pearl Harbor» contre la Russie ou la Chine, puisque les avions de combat sont pratiquement invisibles aux radars.

Premier lancement d’un missile Trident le 18 janvier 1977 à Cap Canaveral, Floride (Crédit: photo du dossier de la US Navy)

Selon une publication de l’industrie de la défense, il y a eu de sérieuses luttes internes entre la NNSA et le Bureau de la gestion et du budget de la Maison Blanche au sujet du chiffre énorme de la modernisation nucléaire, un conflit gagné par la NNSA après l’intervention du président de la Commission des services armés du Sénat, James Imhofe (républicain de l’Oklahoma), en sa faveur.

Les démocrates du Sénat comme Jack Reed de Rhode Island ont perdu la bataille sur les priorités de financement, la marine ayant annulé la construction d’un sous-marin nucléaire qui devait se faire à Groton, Connecticut, et à Quonset Point, Rhode Island, afin de «payer» les dépenses supplémentaires pour les têtes nucléaires.

La cheffe de la NNSA, Lisa Gordon-Hagerty, a déclaré que cinq grands programmes de modernisation des ogives étaient financés: le programme de prolongation de la vie des B61-12, le programme de prolongation de la vie des W80-4, le programme de modification numéro 370 des W88, le programme de modification des W87-1 et le programme des ogives W93. Elle a cité la nécessité d’augmenter la production de «charges» de plutonium, l’élément clé d’un dispositif explosif nucléaire, à 80 par an d’ici 2030.

L’annonce du budget fait suite à la confirmation par le Pentagone qu’il a déployé une nouvelle variante à faible rendement de la tête nucléaire W76-1 utilisée sur le missile Trident. Le déploiement du W76-2 a eu lieu sur le sous-marin USS Tennessee, opérant depuis la base sous-marine de Kings Bay en Géorgie. L’escalade des préparatifs américains en vue d’une guerre nucléaire a été signalée pour la première fois par la Federation of American Scientists, qui a averti que cette action ferait apparaître le danger d’une utilisation réelle d’une arme nucléaire.

La construction du W76-2 a été une conséquence directe de la Nuclear Posture Review de 2018, qui a accompagné la révision plus générale de la doctrine militaire du Pentagone, élevant le conflit des «grandes puissances» avec la Russie et la Chine au premier rang des préparatifs de guerre des États-Unis, déplaçant la prétendue «guerre contre le terrorisme».

En ce qui concerne le budget militaire global, alors que le Pentagone reçoit une augmentation annuelle de 0,3 %, ce chiffre est trompeur à deux égards au moins. Avec 740,5 milliards de dollars, le budget proposé pour l’année fiscale 2021 du ministère de la défense serait le montant le plus important jamais dépensé par le gouvernement américain pour l’intensification de la guerre et éclipse les dépenses de tous les rivaux de l’impérialisme américain réunis.

En outre, le fonds pour les Opérations de contingence à l’étranger (OCO), une composante du budget qui paie les opérations de combat en cours en Irak, en Syrie, en Afghanistan et dans d’autres endroits où les troupes, les navires et les drones américains sont engagés dans des combats, est illimité.

Alors que la Maison Blanche cherche à obtenir 69 milliards de dollars pour les OCO, ce chiffre suppose une réduction importante des effectifs des troupes américaines en Afghanistan. Si ces troupes restent en Afghanistan, ou sont redéployées dans une autre zone de guerre, le Pentagone demandera un crédit supplémentaire qui serait rapidement approuvé par la Chambre des représentants contrôlée par les démocrates et le Sénat contrôlé par les républicains.

La publication du budget de l’année fiscale 2021 a été accompagnée de commentaires dans les médias et de déclarations des principaux démocrates du Congrès selon lesquelles le budget n’est qu’une «liste de souhaits» conçue à des fins politiques pour faire appel à la base de droite de Trump et que, dans la pratique, il est «mort à l’arrivée».

Cela peut être vrai pour les coupes massives dans les programmes nationaux comme Medicare, Medicaid et les bons d’alimentation, qui s’élèvent à quelque 2000 milliards de dollars sur dix ans. Aucun des deux partis capitalistes n’est susceptible de procéder à de telles coupes dans les neuf mois précédant les élections du 3 novembre. Mais le document est néanmoins significatif en tant que plan pour la contre-révolution sociale que Trump propose de mener s’il est réélu – et à laquelle les démocrates n’ont aucune objection de principe, malgré leur prétendue consternation.

Parmi les coupes proposées – toutes sur une période de dix ans – figurent 465 milliards de dollars de remboursements de l’assurance maladie aux hôpitaux et aux médecins, ce qui sapera la capacité des personnes âgées à obtenir des soins; 292 milliards de dollars de Medicaid, qui paie les soins de santé pour les pauvres et les handicapés, et des bons d’alimentation; et 70 milliards de dollars de paiements de la sécurité sociale pour les personnes handicapées.

Le président de la commission du budget de la Chambre des représentants, John Yarmuth (démocrate du Kentucky), a publié une déclaration dénonçant le budget de Trump comme «destructeur et irrationnel», soulignant qu’il «comprend des changements destructeurs à Medicaid, au Supplemental Nutrition Assistance Program (SNAP – Programme d’aide supplémentaire d’alimentation) à la sécurité sociale et à d’autres programmes d’aide qui aident les Américains à joindre les deux bouts – tout en étendant ses réductions d’impôts pour les millionnaires et les entreprises qui se portent bien.»

Le fait est, cependant, que les démocrates n’ont jamais annulé les réductions d’impôts ou les coupes budgétaires des républicains, malgré leur posture contraire. Il existe une division du travail de longue date dans le système capitaliste bipartite, dans lequel les Républicains proposent des réductions gigantesques des dépenses sociales que les Démocrates «combattent» férocement, pour finalement parvenir à un accord bipartite qui intègre des réductions substantielles et prépare le terrain pour le prochain cycle d’un assaut sans fin sur ce qui reste de l’État-providence.

Alors que ce faux semblant de conflit se situe au niveau des dépenses sociales intérieures, les deux parties coopèrent généralement ouvertement pour augmenter les dépenses de l’appareil militaire et de renseignements. Cela signifie que si les réductions nationales proposées par M. Trump peuvent être reportées après les élections, le renforcement de l’appareil militaire bénéficiera d’un soutien bipartite massif, et les plans élaborés dans le document budgétaire méritent un examen minutieux.

Un élément important est le renforcement des troupes terrestres disponibles pour l’invasion et l’occupation d’un territoire étranger ou pour la répression de troubles intérieurs. L’armée de terre cherche à augmenter de manière significative ses effectifs, pour atteindre 485.900 soldats réguliers, renforcés par 336.500 dans la Garde nationale et 189.800 dans les Réserves de l’armée. Cela porterait la force terrestre totale à plus d’un million de soldats, soit 1.012.200 en tout.

Les nouveaux armements de ces soldats comprendront des armes hypersoniques, des armes antiaériennes à laser (le Système de défense aérienne mobile à énergie dirigée et à courte portée), et la capacité de protection contre les tirs indirects, décrite comme «une capacité mobile de défense contre les systèmes d’avions sans pilote, les missiles de croisière, les roquettes, l’artillerie et les mortiers.»

Il y a au moins 6 milliards de dollars pour moderniser les principaux systèmes d’armement, dont le véhicule de combat d’infanterie Bradley, le véhicule blindé Stryker, le char M1 Abrams et l’obusier Paladin, et 3,5 milliards de dollars pour l’acquisition de matériel aéronautique, dont 36 hélicoptères UH-60M Black Hawk et 50 hélicoptères d’attaque AH-64E Apache.

Il convient également de noter, par rapport aux chiffres globaux du budget, que le déficit du budget fédéral atteindra 1000 milliards de dollars cette année et devrait s’envoler bien au-delà de ce chiffre l’année prochaine. Alors que le bureau du budget de la Maison Blanche prévoit un déficit légèrement inférieur à 1000 milliards de dollars pour l’année fiscale 2021, cela suppose des succès économiques totalement irréalistes: Le produit intérieur brut augmentant de plus de 3 % et les taux d’intérêt restent proches de zéro, de sorte que la dette fédérale puisse être refinancée à bon marché.
Lorsque ces chiffres se révéleront inévitablement trop optimistes et que le déficit s’envolera, l’establishment politique et les médias clameront alors que les dépenses sociales doivent être encore plus réduites parce qu’«il n’y a pas d’argent». En attendant, les revenus et la richesse de l’aristocratie financière continueront à augmenter de manière exponentielle.

Lu Patricl Martin

 

 

 

Article paru en anglais, WSWS,  le 11 février 2020

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents