Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Une étude indique que le coronavirus peut causer des lésions au système nerveux et musculosquelettique. Il serait 1000 fois plus contagieux que le SARS

Publié par wikistrike.com sur 1 Mars 2020, 08:21am

Catégories : #Santé - psychologie, #Science - technologie - web - recherche

Une étude indique que le coronavirus peut causer des lésions au système nerveux et musculosquelettique. Il serait 1000 fois plus contagieux que le SARS
Ceci est le premier rapport sur les manifestations neurologiques détaillées des patients atteints de COVID-19 en hospitalisation. Au 19 février 2020, sur 214 patients inclus dans cette étude, 88 (41,1%) étaient sévères et 126 (58,9%) étaient non sévères. De ce nombre, 78 (36,4%) avaient diverses manifestations neurologiques impliquant le système nerveux centrale, le système nerveux périphérique et musculosquelettique.

 

Comparés aux patients non sévères, les patients sévères étaient plus âgés et souffraient davantage d'hypertension mais moins de symptômes typiques comme la fièvre et la toux. Les patients sévères étaient plus susceptibles de développer des symptômes neurologiques, en particulier une maladie cérébrovasculaire aiguë, une modification de la conscience et des blessures musculaires.

 

 Par conséquent, pour les patients atteints du COVID-19, nous devons prêter une attention particulière à leurs manifestations neurologiques, en particulier pour ceux qui ont de graves infections, qui peuvent contribuer à leur mort. 

 

De plus, pendant la période épidémique de COVID-19, lors de la consultation de patients présentant des types de manifestations neurologiques, les médecins devraient considérer l'infection par le SARS-CoV-2 comme un diagnostic différentiel afin d'éviter un diagnostic retardé ou un diagnostic erroné et la transmission de la maladie.

 

Récemment, l'enzyme de conversion de l'angiotensine 2 , qui est présente dans plusieurs organes humains, y compris dans le système nerveux et musculosquelettique [11] a été identifiée comme le récepteur fonctionnel du SARS-CoV-2 [3]. L'expression et la distribution de l'ACE2 nous rappellent que le SARS-CoV-2 peut provoquer certains symptômes neurologiques par des mécanismes directs ou indirects. Des lésions neurologiques ont été confirmées lors de l'infection par d'autres coronavirus tels que le SARS-CoV et MERS-CoV. Les chercheurs ont détecté de l'acide nucléique de SARS-CoV dans le liquide céphalo-rachidien de ces patients et aussi dans leur tissu cérébral à l'autopsie [12-].

 

Les symptômes du système nerveux central étaient la principale forme de lésion neurologique chez les patients atteints de COVID19 dans cette étude. Le mécanisme pathologique peut provenir de l'invasion du SNC par le SARS-CoV-2, similaire au virus du SRAS et du MERS. Comme d'autres virus respiratoires, Le SRAS-COV-2 peut pénétrer dans le SNC par les neurones hématogènes ou rétrogrades. Cela peut être étayé par le fait que certains patients de cette étude souffraient d'hyposmie (trouble de l'odorat).

 

 Nous avons également constaté que le nombre de lymphocytes était plus faible chez les patients ayant des symptômes au niveau du SNC que ceux sans symptômes du SNC. Ce phénomène peut être révélateur de l'immunosuppression chez les patients atteints de COVID-19 présentant des symptômes du SNC, en particulier dans le sous-groupe sévère. De plus, nous avons constaté que les patients sévères avaient des niveaux de D-dimère plus élevés que ceux des patients non sévères. Cela peut être la raison pour laquelle les patients sévères sont plus susceptible de développer une maladie cérébrovasculaire.

 

Conformément aux études précédentes [7], les symptômes musculaires étaient également

 

courants dans notre étude. Nous supposons que le symptôme était dû à une lésion musculo squelettique, comme confirmé par des niveaux élevés de créatine kinase. Nous avons constaté que les patients présentant des symptômes musculaires avaient un taux de créatine kinase et de lactate déshydrogénase plus élevés que ceux sans symptômes musculaires. De plus, les niveaux de créatine kinase et de lactate déshydrogénase chez les les patients sévères étaient beaucoup plus élevés que ceux des patients non graves. 

 

Ces blessures pourraient être liées à l'ACE2 dans le système musculosquelettique [14]. Cependant, le SRAS-CoV, utilisant le même récepteur, n'a pas été détecté dans le système musculosquelettique par examen post mortem [15]. Par conséquent, si le SRAS-CoV-2 infecte les cellules musculaires squelettiques en se liant à l'ACE2 cela nécessite une étude plus approfondie.

 

 Une autre raison était la nocivité induite par la réponse immunitaire qui serait à l'origine des anomalies du système nerveux. Une élévation significative des cytokines pro-inflammatoires dans le sérum peut endommager les muscles.

 

Cette étude a plusieurs limites. Premièrement, seulement 214 patients ont été étudiés, ce qui pourrait provoquer des biais dans l'observation clinique. Il serait préférable d'inclure plus de patients de Wuhan, d'autres villes de Chine et même d'autres pays. Deuxièmement, toutes les données ont été extraites des dossiers médicaux électroniques, certains patients atteints de troubles neurologiques pourraient ne pas être inclus si leurs symptômes étaient trop légers, tels que l'hypogeusie (altération du goût) et hyposmie.

 

 Troisièmement, la plupart des patients étaient toujours hospitalisés et les informations concernant les résultats cliniques n'étant pas disponibles au moment de l'analyse, il a donc été difficile d'évaluer l'effet de ces manifestations neurologiques sur leur état, et des observations continues sont nécessaires.
 
En conclusion, le SRAS-CoV-2 peut infecter le système nerveux, musculosquelettique ainsi que les voies respiratoires. Chez les personnes atteintes d'une infection grave, l'atteinte neurologique est plus probable, ce qui comprend les maladies cérébrovasculaires aiguës, les troubles de la conscience et les lésions musculosquelettiques. L'atteinte du système nerveux implique un mauvais pronostic.
 

 

L'état des patients concernés peuvent s'aggraver et mourir rapidement. Par conséquent, pour les  patients atteints du COVID19, les médecins doivent porter une attention particulière à toute manifestation en plus des symptômes du système respiratoire.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents